L'essentiel

Notre-Dame-des-Landes : les raisons de la contestation

Contesté depuis plus de cinquante ans, le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes fait l'objet de multiples polémiques et rebondissements. Mais pourquoi ce projet fait-il tant de débat ? Engagée dans l'opposition, France Nature Environnement vous livre ici un résumé (non exhaustif) des raisons pour lesquelles nous militons contre le transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes.

Le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes nie doublement l'enjeu climatique

« Nous entrons dans l’ère du bas carbone » promettait le président de la République, François Hollande, lors de la signature de l’Accord de Paris sur le climat le 12 décembre 2015. Deux ans plus tard, « Make our planet great again » renchérit son successeur, Emmanuel Macron, mettant ainsi la volonté française d'agir rapidement contre le dérèglement climatique sur le devant de la scène. L'urgence d'agir, de préserver la biodiversité, nos ressources naturelles et lutter contre le dérèglement climatique est également scandée à de multiples reprises par la communauté scientifique. Ainsi, 15 000 scientifiques lançaient, en novembre 2017, un cri d'alarme commun dans une tribune intitulée « Il sera bientôt trop tard ».

À côté de ces discours unanimes, le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes envisagé dans les années 60, se révèle être une idée du passé : il nie doublement le défi climatique. D'une part, cet aéroport vise à développer encore et toujours le transport aérien, mode de transport champion de l’émission de gaz à effet de serre par kilomètre. De l'autre, il compte s'implanter sur une zone humide, milieu reconnu pour son rôle de puits à carbone et faisant donc partie des meilleurs atouts pour lutter contre… le dérèglement climatique.

Découvrez nos visuels à partager pour s'opposer à Notre-Dame-des-Landes

Notre-Dame-des-Landes ou comment détruire une solution

En effet, le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes prévoit de détruire 962 hectares de zones humides et de bocages. Cette surface s’élèverait même à plusieurs milliers d’hectares avec les infrastructures de desserte prévues à moyen et long terme (tram-train, LGV…). Pourtant, ces zones humides sont précieuses. Véritables éponges, elles régulent inondations et sécheresses, stockent du carbone ou encore elles abritent une riche biodiversité, d'indéniables atouts qui permettent d'atténuer les effets du dérèglement climatique. Détruire ces écosystèmes, c'est donc détruire une partie de la solution à de nombreux problèmes.

De plus, afin de préserver ces milieux naturels et avant un projet de construction, la loi exige d'étudier s'il est possible d'éviter la destruction de cette nature. Si ce n'est pas le cas, elle impose de réduire ces destructions puis de les compenser, c'est à dire de recréer ou restaurer sur un autre terrain l'écosystème qui a été détruit.

Seulement, à Notre-Dame-des-Landes, les porteurs du projet proposent une méthode de compensation concernant la biodiversité et les zones humides qui n'a jamais été éprouvée sur le terrain. Une option bien trop théorique regrettée par le collège d'experts scientifiques mandaté par la préfecture en 2013 mais aussi par le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN). La réponse apportée par l’État à ces scientifiques ? Aucune. Avec le projet d'aéroport, c'est l'ensemble d'un milieu naturel aux multiples richesses qui risque d'être détruit.

photo  © F. De Beaulieu, Naturalistes en lutte

Hécatombe en vue pour les espèces sauvages

Le site de Notre-Dame-des-Landes abrite plus de 2 000 espèces animales et végétales et 5 zones naturelles d’intérêt écologique faunistique et floristique. Avec 11 habitats naturels à enjeu européen, le site pourrait également prétendre à un classement en zone Natura 2000.

Sur les 2 000 espèces recensées, plus d'une centaine s'avèrent être classées « espèces protégées ». Et l'inventaire des merveilles du lieu est loin d'être clos. Ainsi, le travail minutieux des Naturalistes en lutte, collectif dans lequel les militants de nos associations sont très actifs, a permis par exemple de découvrir des espèces non répertoriées dans l'inventaire du bureau d'étude Biotope mandaté par l'État. Un exemple parmi tant d'autres des nombreux manquements de cet inventaire, outil pourtant capital dans un projet puisque les mesures d’évitement, de réduction et de compensation en découlent.

Concernant les mesures de compensation, 4 espèces seulement seraient concernées1 sur plus de 100 espèces protégées présentes. Pourtant une loi de 2016 a fixé l’arrêt de la perte nette de biodiversité comme objectif. De plus, pour cette toute petite poignée d'espèces élues, rien de rassurant : pour les sauver du chantier, il faudrait d'abord que les ouvriers les voient, qu'ils les reconnaissent, les capturent dans les règles, puis les emmènent ailleurs… Une hypothèse bien illusoire.

1le Fluteau nageant, le Triton crêté, le Triton marbré et le Campagnol amphibie, auxquelles il faut ajouter le déplacement de quelques arbres favorables au Grand capricorne
Photo : Campagnol amphibie © Boris Varry

La légalité du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes est encore en question

Au vu de ses lourds impacts sur la biodiversité et les milieux aquatiques, le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes nécessite plusieurs autorisations environnementales. Celles-ci ont été contestées en justice par plusieurs requérants, dont France Nature Environnement et les associations de son mouvement. En novembre 2016, alors que les décisions de justice suivent dans leur grande majorité les préconisations du rapporteur public, la cour administrative d’appel de Nantes a surpris tout le monde.

Alors que le rapporteur public concluait à l’annulation des autorisations environnementales, la cour d’appel a rejeté nos recours. Nos associations ont donc saisi le Conseil d’Etat, juridiction administrative suprême, pour lui demander de vérifier la régularité du raisonnement des juges de Nantes. Ces pourvois ont été déclarés admissibles, nos arguments étant jugés suffisamment sérieux. Par ailleurs, un autre recours est examiné actuellement par le tribunal administratif de Nantes s’agissant des autorisations de destruction d'une espèce protégée, le campagnol amphibie, espèce opportunément oubliée par les aménageurs dans le montage du projet.

Détruire la nature présente à Notre-Dame-des-Landes, légal ou illégal ? La justice n'a pas encore tranché définitivement. Il convient donc de lui laisser le temps de dire son dernier mot avant de détruire ces terres à la fois agricoles et naturelles, qui abritent une riche biodiversité, nous protègent et nous nourrissent.

© photo X. Metay FNE Pays de la Loire

Ne pas expulser des agriculteurs qui nous nourrissent

Les terres agricoles de Notre-Dame-des-Landes sont en effet un précieux garde-manger. Les vaches présentes sur les lieux ne diront pas le contraire : le site est ainsi l’un des principaux bassins laitiers de Loire-Atlantique. C'est pourquoi, depuis près de 50 ans, les agriculteurs sont en première ligne de la lutte contre le projet, « conçu sans souci d'économie d'espace », d'après un service du ministère de l'Écologie, le Conseil général de l'environnement et du développement durable.

Et pour cause : près de 2000 hectares de terres leur seraient enlevés. 15 exploitations agricoles mettraient la clé sous la porte. À ce jour, onze exploitants refusent de partir, malgré les pressions de Vinci, les arrêtés d’expulsion et les passages devant le juge. Et si les emplois de ces agriculteurs sont menacés, c'est en réalité tout le tissu local qui risque d'être impacté.

Maintenir des emplois

En comptant les emplois supprimés dans l’agriculture et les activités connexes (vétérinaires, agro-alimentaire) 200 personnes risquent d'être au chômage si un aéroport venait à être construit en pleine campagne. Pour les travaux, Vinci promet l’embauche de 700 personnes pendant 4 ans. Seulement, la sous-traitance est la règle sur ce type de chantier, avec des ouvriers payés aux prix les plus bas, en contrat précaire. Une fois ouvert, l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, plus automatisé, aurait besoin de moins de personnel. Des méfaits sur l'emploi qui ont conduit la CGT-Vinci à se prononcer publiquement contre le projet. Parmi les nombreuses critiques, il y a également ces 2000 personnes, travaillant aujourd’hui à Nantes-Atlantique qui seraient transférées, déséquilibrant le bassin d'emplois nantais, entre le Nord et le Sud, avec des risques sur la pérennité du site industriel voisin d’Airbus qui a besoin que se maintienne un trafic de fret sur l'aéroport actuel.

photo  © Jacinte

Un aéroport sans desserte, c'est comme une maison sans porte : dur d'y accéder

L'équilibre du territoire pose également une question de transports : comment rejoindre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, situé à 27 km du centre-ville de Nantes ? Les projets de tram-train et de ligne grande vitesse Bretagne-Pays de Loire, qui impacteraient eux aussi l’environnement et l’agriculture, sont pour l'instant hypothétiques. À son ouverture, Notre-Dame-des-Landes ne serait desservi qu’en bus. Seront donc privilégiés les trajets en voiture individuelle. « La mission n’a pas trouvé trace (…) de réflexions opérationnelles en faveur de l’aire d’influence du projet d’aéroport », résume le rapport remis au ministère de l'Ecologie en avril 20161. Il faut ainsi comprendre qu’aucune stratégie en matière d’aménagement du territoire n’accompagne le projet d’aéroport. Un projet plus éloigné qui favoriserait forcément l’étalement urbain. Et si, finalement, la solution se trouvait en réalité du côté de l'existant ?

1Rapport du Conseil Général de l'Environnement et du Développement Durable
photo  © AM Chabod - ACIPA

L'aéroport actuel de Nantes-Atlantique ne serait-il pas la solution ?

Aux origines du projet à Notre-Dame-des-Landes, deux idées : doter Nantes d'un aéroport international et enrayer la saturation de l'aéroport actuel. Au sud de la ville, l'aéroport de Nantes-Atlantique, élu meilleur aéroport européen en 2011-2012 par le trophée ERA, propose déjà plus de 100 destinations, vers une vingtaine de pays. Initialement conçu pour 4 millions de passagers par an, Nantes-Atlantique en a accueilli 5 millions en 2017. « Saturation » s'époumonent certains. Pourtant, un réaménagement de Nantes-Atlantique constitue une alternative qui permettrait d'en accueillir jusqu'à 9 millions, sans entraîner une forte augmentation des décollages et atterrissages. Car le taux de remplissage des appareils progresse avec les systèmes de réservations en ligne et les stratégies commerciales des compagnies low cost.

Seulement, selon les partisans de Notre-Dame-des-Landes, l'aéroport actuel poserait des problèmes de sécurité et de bruit. Pourtant, il est classé dans la meilleure catégorie en matière de sécurité par la direction générale de l'aviation civile. Quant à la question du bruit, elle n’a jamais été correctement étudiée mais ne semble pas insoluble. L’arrêt des vols de nuit (entre 23 h et 6 h) et la révision des plans de vol ont fait leurs preuves ailleurs.  De plus, les avions sont de moins en moins bruyants.

Le rapport du Conseil général de l'environnement et du développement durable d’avril 2016 reconnait la possibilité d'agrandir Nantes-Atlantique et la nécessité de rénover la piste existante. Il demande qu’une tierce expertise soit réalisée « dès que possible » pour définir finement les coûts des différentes hypothèses. Une modernisation pourtant « systématiquement écartée » jusqu'à maintenant. Et si on se livre à un comparatif des plans entre le projet de Notre-Dame-des-Landes et l’aéroport existant de Nantes-Atlantique, ce dernier offre d’ores et déjà un certain nombre de services… supérieurs à l’aéroport censé le remplacer.

photo  © B. Hogommat – FNE Pays de la Loire

Notre-Dame-des-Landes : un aéroport moins confortable, sûr et fonctionnel que l'aéroport actuel

Dévoilé par le Canard Enchaîné en octobre 2014, le permis de construire de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est fort instructif. En comparant les plans, le projet s'avère plus petit, moins confortable et fonctionnel que l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique. Zone de parking des avions, taille des halls de départ et d'arrivée, caserne de pompier, hangar de maintenance... tous ces éléments ont des surfaces inférieures à celles de l'aéroport actuel et en-deçà des préconisations de la direction générale de l'aviation civile. Il y aurait également moins de passerelles d'embarquement ou de comptoirs d'enregistrement. Comment alors l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes pourrait-il être jugé « surdimensionné », selon les propres mots des ingénieurs du ministère de l'environnement ? Doublez simplement la superficie de la galerie commerciale, prévoyez 7000 places de parking extralarges et construisez deux pistes quand une seule suffit. En guise de réponse face à ces incohérences, la préfecture de Loire Atlantique a précisé que ce permis était « évolutif ». Un adjectif qu’on pourrait probablement appliquer également au coût de ce projet.

Qui va payer l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ? Vous en grande partie.

La simple construction de l'aéroport s’élèvera à 565 millions d'euros3 hors taxe, un chiffre qui n’intègre pas la réalisation d’un tram-train ou d’une ligne grande vitesse pour le desservir. 43 % de cette somme sera financée par les collectivités et de l'État, donc par les contribuables. La facture explosera probablement : + 40 % en moyenne sur ce type de chantier. Tandis que le coût d’un réaménagement de Nantes-Atlantique serait d’environ 140 millions d'euros, selon les experts missionnés en 2016 par le ministère de l'Environnement.

3 - Valeur 2016

Défendre le droit à l'information

Un permis « évolutif », un coût hasardeux… comment se prononcer sur un projet, sans en connaître le détail ? Sur ce dossier, FNE Pays de la Loire et Bretagne Vivante tentent de recueillir le maximum d'informations. Seulement, les recueillir relève parfois d'un réel parcours du combattant. Nos associations ont dû saisir quatre fois la Commission d'accès aux documents administratifs (CADA), une commission qui détermine si un document peut être communiqué au public ou non. Les 4 fois, les associations étaient dans leur bon droit. Seulement, elles ont dû sortir le portefeuille : 336 euros pour l'impression de certains documents demandés alors qu'une clef USB aurait largement fait l'affaire. Autre absent de poids dans les documents : le permis de construire déposé par Vinci en avril 2013. C’est le Canard enchaîné qui en a révélé le fond, fin 2014. Bien renseigné, l’hebdomadaire a aussi dévoilé en février 2016 une note de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement sur la réserve naturelle de Grand-Lieu. D'après cette note, le réaménagement aurait moins d’impact qu'un déménagement, en rendant possible l’urbanisation de terrains aujourd’hui préservés. Face à ces informations qui ne sortent qu'avec difficulté, une question reste en suspens : combien de documents dorment encore dans les placards afin d'étudier sereinement le dossier ?

Lire : Notre-Dame-des-Landes et le droit à l'information : une histoire bien opaque

Étudier sérieusement les alternatives

C'est la grande demande des associations : rechercher et analyser les solutions alternatives afin de pouvoir mieux juger. Ce travail sérieux aurait dû être mené dès le début au vu des impacts environnementaux et sociaux du projet d'aéroport mais aussi comme l’impose la réglementation. Face à cet « oubli » , une association de citoyens s'est formée pour fournir une précieuse expertise sur les alternatives au projet de Notre-Dame-des-Landes : l'atelier citoyen. Elle met en exergue de nombreuses solutions et alternatives.

Poussée par la mobilisation citoyenne, des rapports publics ont finalement été émis très tardivement. Dans leurs études, la Direction générale de l’aviation civile en novembre 2013 puis le Conseil général de l’environnement et du développement durable en avril 2016 reconnaissent que la modernisation de l’aéroport actuel est une réponse technique crédible à l’augmentation du trafic jusqu’en 2060.

En juin 2017, le nouveau Gouvernement a confié une mission à trois médiateurs. Cette mission doit analyser les coûts et avantages économiques, environnementaux et sociaux des différentes options possibles pour éclairer la décision du gouvernement. Les médiateurs ont ainsi organisé une large concertation avec l’ensemble des parties prenantes via une méthode innovante et objective en sollicitant des données nouvelles pour l’étude de ces alternatives. Cette mission doit rendre son rapport le 13 décembre 2017.

Les associations sur le front

Complexe, ancien et d’un impact qui dépasse largement le département de Loire-Atlantique, le dossier de Notre-Dame-des-Landes mobilise énormément de militants du mouvement France Nature Environnement, sur le terrain, dans les tribunaux, au niveau local, régional, national ou européen. Parmi les protagonistes, citons FNE Pays de la Loire, Bretagne Vivante, la LPO44 ou Eau et Rivières de Bretagne. Des bénévoles s’investissent au sein du collectif des Naturalistes en lutte, de l’ACIPA (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre-Dame-des-Landes) ou encore de l’Atelier Citoyen, collectif de citoyens experts. Autant d’énergies citoyennes pour ne pas se tromper d’avenir : tourner le dos à un modèle de développement économique ignorant nos limites environnementales et permettre que le territoire concerné s’inscrive dans une véritable transition écologique et solidaire.

A lire aussi 

Les impacts cumulés de Notre-Dame-des-Landes épinglés par une commission d’enquête, communiqué de FNE du 29/11/16

Notre-Dame-des-Landes : qui va payer la destruction de l'environnement et la construction d'infrastructures inutiles ?, communiqué de presse commun du 14/11/16

Notre-Dame-des-Landes : les autorisations environnementales probablement annulées !, communiqué de presse commun du 07/11/16

Plus jamais ça ! 
Empêchons un nouveau Sivens : à Notre-Dame-des-Landes ou ailleurs, Tribune du Président de FNE du 26/10/16

Maldonne pour le projet de territoire autour de Notre-Dame-des-Landes, communiqué de presse de FNE du 21/10/16

Notre-Dame-des-Landes : le crash de la pseudo démocratie participative inventée par le gouvernement, communiqué de presse de FNE du 27/06/16

Les Français ne veulent pas de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, communiqué de presse de FNE du 22/06/16

« Chut ... Les citoyens sont consultés ! », communiqué de presse de FNE du 02/06/16

« CONFERENCES ENVIRONNEMENTALES : LE BILAN DES RENDEZ-VOUS MANQUES », dossier de presse de FNE du 25/04/16

« Quelle cohérence pour la France en 2016 ? », dossier de presse commun du 21/04/16

Le référendum rendu inutile par le rapport indépendant, communiqué de presse du 05/04/16

Notre-Dame-des-Landes, c’est toujours non !, motion de l'Assemblée générale de FNE du 02/04/2016

Le CNTE rejette unanimement le projet d’ordonnance, communiqué de presse du 25/03/16 

Un referendum illégitime, communiqué de presse commun du 23/03/16

Notre-Dame-des-Landes : Motion de FNEarticle de FNE du 21/03/16 

Référendum sur Notre-Dame-des Landes : un bricolage anti-démocratique pour masquer les enjeux, communiqué de presse du 15/03/16

Notre-Dame-des-Landes et le droit à l'information, une histoire bien opaque, article de FNE du 26/02/16 

NDDL : les dissimulations inacceptables de l’État communiqué de presse du 17/02/16

NDDL : construire collectivement une alternativecommuniqué de presse commun du 02/02/16 

Notre-Dame-des-Landes : Un aéroport à quel prix ? 2 infographies pour comprendrearticle du 09/01/16 

NDDL : DES EXPULSIONS QUI ANNONCERAIENT LE PIREcommuniqué de presse du 09/01/16

Notre-Dame-des-Landes : hors de question de baisser les bras !communiqué de presse commun du 17/07/15

8 choses à savoir sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, article du 08/07/15

Notre-Dame des Landes : ce n’était qu’une étapecommuniqué de presse du 18/06/15

NDDL : La protection de l’environnement doit prévaloircommuniqué de presse du 17/06/15