L'essentiel

Pesticides : ce qu'il faut savoir sur ce dossier sensible

Avec des dizaines de milliers de tonnes vendues chaque année, des effets dévastateurs sur la santé et l'environnement mais aussi une utilisation en constante augmentation, les pesticides ne cessent de faire la Une de l'actualité. Mais quels sont les principaux enjeux de ce dossier sensible ? France Nature Environnement fait le point.

C'est quoi un pesticide ?

Néonicotinoïdes, diméthoate, glyphosate, SDHI, pyréthrinoïdes… Les pesticides regroupent des centaines de substances actives aux noms barbares qui sont d'origine naturelles ou synthétiques. Ils sont utilisés pour tuer des organismes vivants ou des animaux qui détériorent des cultures, plantations, matières ou, selon certains, l'esthétique (la fameuse herbe folle de l'allée en gravier). Aussi connus sous le nom de produits phytosanitaires, ils possèdent trois principales cibles : les herbicides visent des herbes jugées « mauvaises », les fongicides s'attaquent à des champignons quand les insecticides tuent des insectes. Leurs modes d'action sont variés (imprégner toute la plante ou rester à sa surface, être préventif ou curatif…). Leur application diffère également d'un produit à l'autre (enrobage de graine, aspersion de plante...) tout comme leur façon de tuer (par inhalation, par contact...).

© photo - Tamina Miller

La France accro aux pesticides

En considérant les volumes achetés, la France est vice-championne d'Europe de consommation de pesticides, au coude à coude avec l'Espagne. 90 % d'entre eux sont utilisés en agriculture, les 10 % restant sont consommés par les particuliers, collectivités et entreprises.

Pourquoi une telle dépendance de l'agriculture à ces substances ? Après la seconde guerre mondiale, l'objectif (louable) a été d'atteindre la sécurité alimentaire. Pour cela, l'agriculture est entrée dans une logique d’intensification et de spécialisation. Pour augmenter la productivité, les apports extérieurs se sont révélés indispensables pour « booster » les cultures : engrais, pesticides. Les exploitations, voire même les territoires, se sont spécialisés dans une production agricole, comme l’élevage intensif en Bretagne ou encore le maïs dans le Sud-Ouest. Or les monocultures rendent les plantes plus sensibles aux attaques de ravageurs ou de champignons. Les systèmes agricoles sont ainsi devenus très dépendants aux intrants (pesticides mais aussi engrais, antibiotiques, carburants, eau d'irrigation, etc.). Ces systèmes intensifs, très lourds en investissements, sont à présent peu résilients, c’est-à-dire sensibles à la moindre perturbation, qu’elle soit climatique, sanitaire ou économique.

Au vu des graves conséquences sanitaires et environnementales des pesticides, les pouvoirs publics tentent timidement, depuis 2012, de réduire cette dépendance à coup de plans Ecophyto. Ceux-ci sont encore bien peu efficaces puisque l'usage de pesticides reste en constante augmentation. Pour autant, les rendements agricoles n'augmentent pas. Et la question devient particulièrement problématique au regard de la longue liste d'effets secondaires de ces pesticides.

Des dangers pour la santé… notamment des agriculteurs et riverains

L'Organisation Mondiale de la Santé a classé un grand nombre de pesticides comme cancérogènes, mutagènes (toxiques pour l'ADN) ou reprotoxiques (nocifs pour la fertilité). Ils font également partie de la grande famille des perturbateurs endocriniens. Derrière ces mots, une myriade de maladies (Maladie de Parkinson, cancers, malformations, infertilité...). Les premiers touchés sont les agriculteurs et agricultrices qui manipulent et respirent ces produits, dès leur épandage. Facteur aggravant, les équipements censés les protéger ne sont ni adaptés, ni bien utilisés1. Trop frileusement, les autorités font peu à peu entrer ces effets secondaires dans la liste des maladies professionnelles reconnues en agriculture.

Les riverains des parcelles agricoles où s'opèrent les épandages sont également très exposés. France Nature Environnement défend une meilleure information sur les dangers de l'exposition à ces substances. Si quelques mesures de protection ont été prises pour les lieux accueillant des personnes vulnérables (principalement les enfants), c'est l'ensemble des citoyens et citoyennes à proximité des épandages qui devraient être tenu.e.s #LoinDesPesticides. France Nature Environnement milite aussi pour l’instauration de zones non traitées aux pesticides à proximité des lieux de vie accompagnée de la plantation de haies de protection. Mais les effets sanitaires de ces substances dépassent le périmètre des champs.

1 - Lire l'avis très complet de l'ANSES - Juillet 2016 - Expositions professionnelles aux pesticides en agriculture

Air, eau, sols, aliments : une pollution diffuse à laquelle nous sommes tous exposés

36 en ville, 38 à la campagne : il y a en moyenne presque autant de pesticides dans l'air en ville qu'en campagne2. 92 % des cours d'eau français surveillés sont pollués aux pesticides3 et 950 000 citoyens ont été alimentées en 2015 par de l’eau présentant « des dépassements récurrents aux limites de qualité vis-à-vis des pesticides sans nécessiter une restriction d’usage »4.

Rien de bien réjouissant non plus dans l'assiette où, par exemple, 80 pesticides différents ont été retrouvés par l'EFSA sur un échantillon de pêches vendues en Europe, 84 sur un échantillon de fraises. Si des labels se targuent de garantir « zéro résidus de pesticides » dans leurs aliments, la promesse se révèle trompeuse comme l'a révélé France Nature Environnement. En effet, pour détecter des résidus de pesticides, il faut chercher l'ensemble des substances d'une trop longue liste.

Air, eau, sols, alimentation... les pesticides se révèlent omniprésents dans notre quotidien. Ils deviennent ainsi une pollution diffuse, permanente. Cette exposition chronique à divers pesticides, même à faible dose, pose la question de l'effet cumulatif et de l'effet cocktail. En rencontrant d'autres molécules, ils peuvent se muter et s'avérer bien plus dangereux tout comme ils peuvent aggraver certains problèmes de santé déjà existants. Ce dilemme de santé publique n'est pratiquement pas évalué car scientifiquement complexe à analyser.

2 - Étude menée en 2014 par AirParif
3 - « Les pesticides dans les cours d’eau français en 2013 » • Commissariat général au développement durable • Chiffres & statistiques • Numéro 697 • Novembre 2015
4 - Environnement et Agriculture - Les chiffres clefs 2018

Faune, flore et écosystèmes fortement affectés par les pesticides

Et la biodiversité dans tout ça ? Les pesticides font partie des principaux responsables de l'érosion de la biodiversité. Une biodiversité qui s'avère bien mise à mal : un tiers des oiseaux des milieux agricoles a disparu en moins de 30 ans, 38 % des populations de chauve-souris en 10 ans et près de 80 % des insectes ont eu le même destin tragique. Pour les plantes associées aux milieux agricoles cultivées (bleuets, coquelicots, etc), les chiffres ne sont pas plus rassurants : 51% sont considérées en situation précaire quand 7% ont disparues.

Les pesticides ont leur part de responsabilité dans cette hécatombe, de manière directe ou indirecte. Par exemple, de nombreuses études ont montré que les néonicotinoïdes augmentent la mortalité des abeilles. De façon plus indirecte, les pesticides peuvent causer des pathologies, diminuer la fertilité, perturber le système immunitaire ou encore simplement faire disparaître les proies d'autres espèces qui ont donc bien plus de mal à se nourrir. Amphibiens, mammifères, oiseaux, poissons et reptiles... l'ensemble de la chaîne alimentaire voit ainsi son espérance de vie et son état de santé se dégrader. Les écosystèmes, de celui du sol à l'eau en passant par les espaces naturels ou les terres arables sont fragilisés. Mais alors, face à une telle liste d'effets secondaires, comment se fait-il que les pesticides soient encore vendus ?

Évaluations incomplètes pour mettre en vente, batailles d'expertises pour interdire les pesticides les plus dangereux

Pour être en rayon, les pesticides doivent obtenir une autorisation de mise sur le marché5 de l'Europe pour les substances actives, puis de l’Europe et de l'État pour les produits commerciaux. Si par essence tous les pesticides sont dangereux, les autorités évaluent avant tout le danger pour les espèces non ciblées par le pesticide, notamment l'Homme. Ces évaluations jugent si le risque encouru est « acceptable » avec l'ambition que seules les molécules présentant plus d'avantages que d’inconvénients soient autorisées.

Seulement, l’évaluation complète du risque est extrêmement complexe voire impossible puisqu'elle est faite suivant des méthodes standardisées. Ces dernières ne peuvent reproduire les circonstances réelles d'utilisation et mesurer ainsi l’ensemble des impacts sur la biodiversité et la santé.

Lorsqu'une substance ou un produit est en vente mais que des études viennent alerter sur leur nocivité, des batailles d'expertises s'enclenchent alors avant d'espérer une décision de retrait de la part des politiques. Si des études soulignent des effets délétères, d'autres viennent donner un avis contraire en modifiant certaines variables avec, en toile de fond, plusieurs scandales révélés sur certaines études dénaturées par de très forts conflits d'intérêts. Ainsi, des années d'expertises et une forte mobilisation citoyenne sont souvent nécessaires pour réussir à interdire les substances les plus nocives quand des dizaines de nouveaux pesticides arrivent sur le marché chaque année. Mais alors, comment sortir de ce cercle vicieux ?

5 - Condition d’autorisation des produits phytopharmaceutiques Art. 253-1 Code rural

Pour sortir des pesticides, changeons les pratiques agricoles

Si France Nature Environnement milite régulièrement pour l'interdiction des pesticides les plus dangereux, notre fédération prône également un changement radical de pratiques de la part de l'ensemble des utilisateurs. En matière d'agriculture, il s'avère indispensable de passer d'un modèle agricole productiviste industriel à l'agroécologie. Interaction entre l'agronomie et l'écologie, ce modèle agricole propose de s’appuyer sur la restauration des équilibres des écosystèmes pour obtenir des cultures plus résilientes. Plutôt que de tuer tous les insectes, elle vise par exemple à créer les conditions pour que les populations s’autorégulent. Il s’agit de recréer les conditions optimales de pousse des plantes et de vie des animaux, donc par exemple, rapporter de la diversité dans les cultures, diminuer la taille des champs immenses pour instaurer des couloirs de déplacement pour les animaux et insectes auxiliaires, remettre les ruminants (vaches, chèvres, brebis) dans les prés pour pâturer, préserver les prairies naturelles et leur richesse floristique, replanter des haies en bordure de champs et surtout des fossés et cours d’eau, voire même des arbres dans les cultures (agroforesterie).

Recherche, accompagnement, conseil technique, agriculteurs, pouvoirs publics, consommateurs... Pour opérer cette transition, il est indispensable d’embarquer tous les acteurs vers cette sortie des pesticides. La transition ne pourra pas s’opérer tant que la logique sera de remplacer une molécule par une autre, jugée moins dangereuse … pour le moment.

Contre un système alimentaire et agricole à deux vitesses (industrielle vs. biologique, locale vs. mondiale), c'est la multiplicité des agricultures et l’adaptation de chaque production à son environnement local aussi bien naturel que social et économique qui représentent les solutions résilientes et durables. A cela s'ajoute la protection rapide des zones fragiles.

Pour que citoyens et zones fragiles restent #LoinDesPesticides

Des habitations proches des épandages, des cours d'eau arrosés de pesticides, des îlots de biodiversité sur lesquels il n'est pas interdit de répandre ces substances actives… Il existe bien des zones de tensions où la présence de pesticides se révèle particulièrement préoccupante. Si les conditions d’usage des pesticides sont encadrées, France Nature Environnement mène campagne pour créer ou renforcer la protection des citoyens et citoyennes mais aussi des espaces naturels fragiles.

Ainsi, notre fédération se mobilise pour que des zones non traitées aux pesticides soient instaurées à proximité des habitations. Notre mouvement se bat également pour rétablir et améliorer la protection des cours d'eau face aux pesticides. En effet, suite à un décret mal rédigé6, de nombreux cours d'eau ont disparu des cartes ce qui a ouvert la voie aux épandages de pesticides à leurs abords. Pour nous soutenir dans ce combat, vous pouvez d'ailleurs signer notre pétition. C'est grâce à la mobilisation de chacun que la France réussira à sortir de sa dépendance aux pesticides.

6 - Arrêté du 4 mai 2017 relatif à la mise sur le marché et à l'utilisation des produits phytopharmaceutiques et de leurs adjuvants

Tous acteurs de la sortie des pesticides

Auprès des agriculteurs, des pouvoirs publics, des citoyens ou encore des médias, France Nature Environnement se mobilise depuis des années pour porter et mettre en lumière les solutions permettant de se passer durablement de ces substances.

Pour mettre fin à la dépendance de notre agriculture aux intrants en général et aux pesticides en particulier, l'accent doit être mis sur l’accompagnement des agriculteurs vers cette transition agroécologique et sur la juste rémunération des services rendus par une agriculture plus vertueuse. Une politique qui s'avèrerait bénéfique à la santé de tous, à notre environnement mais également à la juste rémunération des agriculteurs.

Puisque tous les acteurs doivent se mobiliser, vous avez également votre rôle à jouer : privilégier une nourriture bio ou de Haute Valeur Environnementale, c'est également œuvrer à la sortie des pesticides. Jardiner sans pesticides, c'est aussi agir concrètement. Si à partir du 1er janvier 2019 les particuliers ne pourront plus acheter de pesticides, vous pouvez d'ores et déjà adopter les bons gestes. De nombreuses associations locales du mouvement France Nature Environnement proposent des formations et conseils pratiques pour jardiner sans pesticides.

N'oubliant aucun acteur, des associations du mouvement France Nature Environnement ont créé en 2005 le dispositif « Objectif zéro pesticide dans nos villes et villages » pour accompagner de nombreuses collectivités dans cette transition. Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités ont l'interdiction d'épandre des pesticides : une belle victoire pour le mouvement après des années de mobilisation.

En somme, de nombreuses solutions et initiatives existent, elles se créent sur mesure, s'adaptent aux territoires et répondent à l'urgence écologique, au fléau sanitaire mais aussi à la crise agricole. France Nature Environnement s'attache à valoriser, diffuser et essaimer cette belle exemplarité pour faire de ce monde, un monde vivable.