L'essentiel

Pesticides : stop !

Un usage toujours en augmentation

L’agriculture française est particulièrement dépendante aux pesticides. Alors que la France s’était fixée comme objectif dans le cadre du Grenelle de l’environnement de diviser par deux sa consommation de pesticides, force est de constater que c’est l’échec. La consommation de pesticides a augmenté, en nombre de doses, de 9,4% entre 2013 et 2014 (16% en tonnage), et de 5,8% en moyenne entre la période 2011-2012-2013 et 2012-2013-2014. Toujours entre 2013 et 2014, les traitements de semences ont bondi de 31,4% et les produits contenant des molécules suspectées cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction ont augmenté de 12,9%. Les pesticides imprègnent tous les milieux naturels avec 92% des cours d’eau pollués et des impacts sur la santé humaine de plus en plus avérés.

FNE, très impliquée dans la réduction d’usage

La réduction de moitié de l’usage des pesticides en France était en 2007 un objectif porté par FNE, validé par le gouvernement en place à l’époque et partagé alors par l’ensemble des acteurs lors du Grenelle de l’environnement. Le plan Ecophyto, adopté en 2008, représente pour FNE la colonne vertébrale de l’agro-écologie. Il prévoit une division par deux de la consommation de pesticides en France, d’abord à l’horizon 2018 puis à l’échéance 2025 (plan Ecophyto II). Cette baisse de l’utilisation de pesticides s’entend en nombre de doses (indicateur NODU) et non en tonnage. Ce point est très important car des molécules qui s’utilisent à plusieurs kg par hectare peuvent être remplacées par des molécules s’utilisant à quelques grammes par hectare sans réduction du nombre de traitements. FNE est très impliquée dans la création et la mise en œuvre de ce plan remarquable dans sa conception, unique en Europe, très élaboré, avec de nombreuses actions indispensables à la diminution du recours aux pesticides. Son application nécessite une forte volonté politique qui a fait défaut jusqu’à ce jour. Elle butte aussi sur le manque d’engagement d’une majorité d’agriculteurs, de distributeurs de pesticides et d’organisations agricoles.

Les demandes de FNE

FNE demande :

L’interdiction des pesticides les plus dangereux : les néonicotinoïdes, toxiques pour les abeilles et autres pollinisateurs, le glyphosate, classé cancérigène probable par l’OMS, le chlorphyriphos-méthyl, dont le lien avec des leucémies et des problèmes de neuro-développement chez l'enfant est avéré et plus généralement tous les pesticides cancérigènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction.

La mise en place d’une taxation dissuasive incitant les utilisateurs à réduire leur usage de pesticides.

La séparation réelle du conseil et de la vente en matière de pesticides. En effet, l’essentiel du conseil dispensé aujourd’hui aux agriculteurs provient des coopératives et du négoce agricoles, qui sont également vendeurs de pesticides !

L’affichage du nombre de traitements sur les produits alimentaires. Par exemple, le consommateur doit savoir que la pomme qu’il achète a été traitée 35 fois.

Une action au niveau européen pour que l’Union européenne dans son ensemble s’engage dans cette réduction d’usage.

La diffusion et la démultiplication des bonnes pratiques mises en œuvre par de nombreux agriculteurs engagés dans l’agro-écologie dans le cadre du réseau DEPHY.