L'essentiel

Risques industriels

Rassemblons les industries françaises sur des sites déjà industriels

Les industries actuelles doivent s’implanter sur des zones industrielles existantes, afin de limiter leur impact sur les espaces, car un site occupé par une industrie ne peut plus être utilisé pour un autre usage (habitation, agriculture, loisir …). En dehors des villes, l’exposition des populations est réduite. C’est ainsi que les Plans de Prévention des Risques Technologiques, institués en 2003 empêchent l’implantation des  nouvelles industries dans les zones urbaines et éloigne les populations qui habitent aujourd’hui à proximité immédiate des sites dangereux.

Une amélioration constante pour réduire les risques à la source et les rejets vers l’extérieur

Les risques chroniques sont les rejets du fait du fonctionnement de l’installation. FNE plaide pour l’usage des meilleures techniques disponibles, diminuant progressive les seuils de rejet dans l’air, l’eau et les sols, et réduisant ainsi l’impact de l’activité industrielle sur l’environnement et la population riveraine. La pollution de l’air ne connait pas de frontière et les émissions des industriels, de gaz à effets de serre ou autre substance

Sécurisons les sites pour éviter qu’un incident ne se transforme en accident

Les risques accidentels : le risque zéro n’existe pas, la catastrophe d’AZF nous l’a douloureusement rappelé. Nous plaidons pour une réduction des risques dans les industries. Les moyens sont multiples : substitution de produits dangereux par des substances moins novices, réduction des stocks, réorganisation de l’industrie ou encore éloignement des riverains trop proches du site industriel, doivent être utilisés.

Renforçons les effectifs d’inspection pour des contrôles réguliers, efficaces et inopinés

Les 500 000 Installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) sont soumises à des règles spécifiques selon leur degré de dangerosité : simple déclaration, déclaration avec contrôle, enregistrement, autorisation, voire pour les plus dangereuses SEVESO. Ce sont les inspecteurs de la DREAL (souvent services risques industriels) qui s’assurent du respect de ces prescriptions spéciales. Le renforcement des effectif doit être une priorité pour l’Etat afin d’anticiper au plus tôt les pollutions et les risques sanitaires pour les populations riveraines.

Anticipons les fins d’activité afin que la dépollution soit financée par le responsable des pollutions du site.

L’abandon de certaines activités  et les délocalisations dans les pays émergents nous ont laissé un héritage bien triste : plus de 300 000 sites et sols pollués créent des risques pour la santé ou l’environnement.Les exploitants ayant souvent disparu, c’est à l’Etat de gérer ces sites. FNE plaide pour que le principe pollueur payeur soit efficacement utilisé pour les sites pollués afin que la réhabilitation ne repose pas sur la collectivité.

Lire aussi