L'essentiel

Sècheresse : les barrages, fausse solution face au dérèglement climatique

Projet aberrant de Sivens, barrages illégaux de Caussade et de Fourogue et tant d’autres, notamment en Adour Garonne. Les conflits autour de la construction de barrages d'irrigation se multiplient ; ils opposent régulièrement certains irrigants et des citoyens soucieux de la biodiversité, du climat et du juste partage de l'eau. Investi de longue date sur ces dossiers, à l’image des combats historiques contre la multiplication des barrages sur la Loire ou à Charlas, le mouvement France Nature Environnement milite régulièrement contre la construction de nouveaux barrages. Ils aggravent les sècheresses qu'ils sont censés combattre. Explications.

En France, l'agriculture, c'est 48 % de la consommation d'eau, avec un pic sur les 3 mois d'été où elle représente jusqu’à 80 % de l’eau consommée sur le territoire1. Cette grande soif est particulièrement liée à l'irrigation, utilisée sur moins de 6 % des surfaces de production agricole. Or, la crise climatique entraine des sècheresses de plus en plus longues, fréquentes et intenses et la France n'est pas épargnée par le phénomène. Dans ce contexte, certains syndicats agricoles d'irrigants réclament régulièrement de nouveaux barrages. L'idée est de stocker davantage d'eau l'hiver pour l'utiliser l'été. Seulement, cette option simpliste se révèle particulièrement inadaptée pour l'agriculture, le territoire, ses citoyens et délétère pour l'ensemble du cycle de l'eau. Pire, elle aggrave les effets du dérèglement climatique qu'elle est censée pallier.

Faire un barrage, c'est aggraver les sécheresses en aval

Faire un barrage en plein milieu d'un cours d'eau entraîne inévitablement une baisse de la quantité d’eau pour l'aval. La faune et la flore en subissent les effets désastreux mais ce sont également les hommes et femmes vivant en aval qui voient leur cours d'eau s'étioler alors que ce bien commun est utilisé pour de nombreux usages. Quand les épisodes de sècheresses arrivent, des cours d’eau sont mis artificiellement à sec. C'est bien souvent le cas dans le Sud-Ouest et particulièrement sur le bassin d'Adour-Garonne où France Nature Environnement Midi-pyrénées, pour préserver la vie biologique des cours d’eau, a obtenu plusieurs condamnations1 de gestionnaire de barrages ne respectant pas les débits minimum d'eau.

Sur ce phénomène d'assèchement, une analyse2 des sècheresses entre 1945 et 2005 en Espagne se révèle éclairante. Elle montre que les bassins versants comportant le plus de barrages connaissent aussi plus de sécheresses en aval… Mais pas seulement. Les épisodes secs les plus sévères et les plus longs avaient lieu sur ces mêmes bassins dotés de nombreux barrages, avec parfois des kilomètres de petits cours d’eau mis à sec. Ces dégâts causés sont également soulignés par l’observatoire national des étiages3. Ces rudes sècheresses s'avèrent très liées aux volumes de consommation d'eau, qui ont augmenté ces dernières décennies.

1En Adour-Garonne, France Nature Environnement Midi-Pyrénées a obtenu deux condamnations de la compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne pour ne pas avoir respecté les débits du Midour (32) et de la Gimone (82). Cette compagnie, gestionnaire de barrage, fait régulièrement l’objet de procès-verbaux constant la violation des débits qu’elle s’était pourtant engagée à préserver pour assurer les différents usages de l’eau de ces rivières (eau potable, vie biologique, hydroélectricité, irrigation) CA Toulouse, 26 fév. 2018, n°2018-162 et CA Pau, 7 mai 2019, n°19-1840
2 Extreme hydrological events and the influence of reservoirs in a highly regulated river basin of northeastern Spain, Journal of Hydrology août 2017
3 - Voir aussi le site de l'observatoire national des étiages
Photo : Le lit à sec du Vern au sud de la Combe, Vergt, Dordogne, France. Crédit Père Igor

En freinant les économies d'eau, les barrages accélèrent la venue de sécheresses sur le bassin

En effet, ces barrages d'irrigation créent un cercle vicieux : ils habituent les agriculteurs irrigants à utiliser plus d'eau que la nature ne peut en livrer. Quand la pluie se fait attendre, ces barrages ne se remplissent plus alors que la demande, elle, ne faiblit pas. Pire, elle augmente. Ces ouvrages donnent ainsi l’illusion d’une sécurité mais les quantités d'eau prélevées restant importantes, la sécheresse arrive finalement plus tôt.

Résultat, en France, les préfets se voient régulièrement obligés d'instaurer des restrictions d'eau sur le territoire. 85 départements concernés à la mi-août 2017. 62 en octobre 2018. 11 départements en avril 2019 alors que l'été n'a pas encore commencé… Pour répondre aux besoins de l'agriculture irriguée, de nombreux préfets accordent des dérogations pour arroser les champs, sans pour autant vérifier que des mesures d'économies d'eau soient prises en parallèle.

Une étude publiée en 20181 dans le Journal of Geophysical Research montre que ces aménagements humains pourraient certes réduire la sécheresse agricole de 10 % mais conduiront à une augmentation de l’intensité des sécheresses sur l'ensemble du bassin à hauteur de... 50 %.

Favorisant un sentiment erroné d'opulence de la ressource, ces barrages freinent donc la nécessaire transition agroécologique des agriculteurs. Celle-ci passe par la diversification des cultures qui permet de réduire les pics de prélèvements d'eau, mais aussi dans le développement de cultures et de pratiques plus économes en eau. Un virage indispensable à prendre : l’agriculture est et sera confrontée au manque d’eau pour bien des années, tout comme l'ensemble des usagers de l'eau.

1 Wan et al. 2018

Les barrages détruisent également la biodiversité

La construction d'un barrage entraîne toujours la destruction du milieu naturel sur place. Ces eaux courantes, plus fraîches, abritent des habitats et des espèces parfois protégés. Fréquemment, ces barrages détruisent aussi des zones humides naturelles. Ces aires participent pourtant à l'atténuation des inondations et des épisodes de sècheresses. Elles permettent de recharger les nappes phréatiques souterraines, de dépolluer l'eau, de capter du carbone mais aussi d'offrir un lieu de vie à une biodiversité exceptionnelle.

Ces milieux d’eaux courantes détruits par le barrage ne sont pas compensés par la retenue elle-même, car les eaux stagnantes, plus chaudes et moins oxygénées, ne permettent pas d’abriter de nombreuses espèces exigeantes sur la qualité des milieux. Seules les espèces dites pionnières pourraient en profiter, dont en particulier des espèces exotiques envahissantes. De plus, un barrage représente un obstacle majeur à la continuité écologique : il empêche la libre circulation des sédiments, des poissons et des invertébrés aquatiques, dont le cycle biologique est alors fortement perturbé.

Sobriété, optimisation et juste partage : les préconisations du mouvement France Nature Environnement

Les conflits autour des barrages ont malheureusement de l'avenir. Derrière ces constructions, ce sont les questions du partage juste de cette ressource rare, du respect de la nature ou encore de notre adaptation au changement climatique qui se font sentir.

Face à la multiplication de ces retenues, France Nature Environnement :

- s’oppose fermement à la création de nouveaux barrages en travers des cours d’eau compte tenu des milliers déjà existants qui barrent la vie des cours d’eau, en cumulant de lourds impacts sur l’environnement. La priorité doit porter sur l’optimisation de leur utilisation. Tout financement public doit être définitivement exclu en faveur de ce type d’ouvrages qui ont le plus fort impact environnemental.

- prône une gestion plus sobre de la consommation en eau pour tous les acteurs et notamment la transition agroécologique des irrigants. Cette transition doit être fortement soutenue grâce à un accompagnement au changement qui permet une meilleure résilience de l’agriculture face à la crise climatique. Comment ? En développant des prairies, en préservant des éléments du paysage qui freinent le ruissellement des eaux (haies, bosquets, talus, mares, etc.), en diversifiant les cultures et leurs assolements ou encore en optant pour des cultures moins gourmandes en eau, plus robustes face au changement climatique.

- milite pour la désimperméabilisation des sols et de toute autre action favorisant l’infiltration naturelle des eaux de pluie en ville comme à la campagne : l’eau de pluie qui tombe en hiver a une utilité fondamentale, elle sert à recharger les nappes d’eau souterraines.

- demande la préservation systématique des milieux naturels, notamment aquatiques, et de leurs fonctionnalités.

- appelle à une gestion collective, publique et à gouvernance partagée par tous les usagers de l'eau. Notre fédération considère qu'il est indispensable de garantir une eau en quantité suffisante pour assurer le bon fonctionnement des milieux aquatiques et la sécurité de l’alimentation en eau potable, puis calibrer et satisfaire ensuite les autres usages humains (agricoles, énergétiques, industriels) de façon durable.

Photo : mobilisation locale des associations du mouvement France Nature Environnement contre la construction du barrage de Caussade, avril 2019

Gérer l'eau dans un projet de territoire : les derniers RDV politiques

Ces positions, nous les défendons actuellement aux Assises de l'Eau. Nous les avons également répétées à l'occasion des négociations autour de l'instruction ministérielle relative aux projets de territoire pour la gestion de l’eau, publiée en mai 2019. France Nature Environnement milite pour que les projets de territoires actuels, dont beaucoup reposent sur un surdimensionnement des prélèvements en eau, soient réexaminés à l’aune des critères méthodologiques de cette nouvelle instruction. Dans ce texte, France Nature Environnement a réussi à empêcher que la construction de retenues ne devienne l’alpha et l’omega de la politique « d’adaptation » aux effets du changement climatique sur la ressource en eau. Si l'ensemble du texte se révèle positif, le lobbying de certains syndicats d'irrigants a malheureusement obtenu deux choses. D'une part, l'assouplissement de critères écologiques pour faire financer des projets de stockages artificiels par les Agences de l’eau et de l'autre, l'insertion d'une annexe peu réjouissante : une liste hétéroclite de projets qui, pour certains, ne ressemblent en rien à de véritables projets de territoire.

Le partage de la ressource en eau doit absolument se faire dans le dialogue et l’équité, en prenant en considération le grand cycle de l’eau, dont font partie intégrante les milieux naturels. Pour nous permettre de vivre dans un monde vivable, le mouvement France Nature Environnement n'aura de cesse de défendre et se mobiliser pour cette ressource vitale.

Pour aller plus loin

Barrages et réservoirs : leurs effets pervers en cas de sécheresses longues, article de The Conversation, février 2019

Instruction ministérielle du 7 mai 2019 relative aux projets de territoire : décryptage de France Nature Environnement

Retenues d'eau : quelles impacts sur le milieu aquatique ? article de l'Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (IRSTEA), avril 2016

Partager sur Facebook

Partager sur Twitter

Partager sur Linkedin

Photo : Le Touch à Plaisance du Touch (Haute-Garonne), crédit Vigneron