L'essentiel

Santé & environnement

Prévenons les expositions à un environnement dégradé

Nombreux sont les vecteurs par lesquels nous nous exposons à des pollutions : l’air (tant à la maison qu’à l’extérieur), l’alimentation, les produits que nous consommons, l’eau que nous buvons… Tout cela conditionne notre bien-être, d’autant plus lorsqu’on adopte déjà des pratiques à risque (tabac, alcool, mauvaise alimentation, manque de pratique sportive…).

Pour rester en bonne santé, il faut d’abord prévenir les expositions, c’est-à-dire empêcher le plus possible les personnes les plus fragiles d’être au contact de la pollution. Certaines pollutions dépendent de choix personnels (tabac, etc) alors que d’autres sont littéralement subies : on ne peut pas, par exemple, s’arrêter de respirer parce que l’air est pollué ! Dans un cas, les comportements individuels peuvent changer, dans l’autre, seules de meilleures politiques publiques peuvent régler le problème !

crédit photo : Anne

 

Alertons sur les substances chimiques présentes dans les produits industriels

La production industrielle se raffine de jour en jour et les ingrédients employés ne sont pas toujours clairement indiqués. Nous avons récemment alerté sur la présence possible de nanomatériaux dans certaines marques de bonbons et de chewing-gum, alors que ces substances sont classées cancérigènes par l’OMS. D’autres substances, les perturbateurs endocriniens, altèrent le fonctionnement du système immunitaire et reproducteur et sont utilisés dans de nombreux produits cosmétiques.

FNE demande un étiquetage systématique des substances à l’état nano et des perturbateurs endocriniens là où ils se trouvent. Nous demandons également qu’une définition légale de ces deux types de substances soit adoptée car pour l’instant, aucune réglementation contraignante n’existe pour empêcher leur utilisation par les industriels.

crédit photo : bulbocode909

Informer le public sur le vrai coût de la pollution pour notre santé

Si l’on prend le cas de la pollution de l’air extérieur, c’est chaque année 42 000 personnes qui en meurent prématurément. Pour parvenir à ce résultat sont pris en comptes différents types de coûts : l’absentéisme au travail, les dépenses en consultations médicales, les hospitalisations, etc. Un rapport du Sénat, rendu public en juillet 2015, a estimé à 100 Mrds d’euros par an le coût de la pollution de l’air pour l’économie française. Astronomique !

Les pollutions touchent en priorité les populations dont la santé, le pouvoir d’achat et la situation sociale sont fragiles. Ondes électromagnétiques, pollution de l’air, résidus de médicaments, de produits chimiques et de pesticides dans les eaux de consommation… FNE rappelle que protéger l’environnement, c’est protéger la santé !

 

Lire aussi