L'essentiel

Transition énergétique : mode d'emploi

Elle est belle, elle est pleine de promesses, elle doit répondre à de nombreux enjeux. Elle, c'est la transition énergétique. Seulement concrètement, que met-on derrière ces deux mots magiques ? Alors que la France prépare la feuille de route qui fixera nos choix énergétiques pour les 10 années à venir, France Nature Environnement en profite pour donner sa vision d'une transition énergétique réussie : dénucléarisée, décarbonée, centrée sur la sobriété, l’efficacité énergétique, et orientée vers 100% d’énergies renouvelables. La transition énergétique, comment la faire ? Notre éclairage.

En 2017, pour la 3ème année consécutive, la surface du globe enregistrait des records de températures. En même temps, plus de 48 000 personnes décédaient de maladies liées à la pollution de l’air en France. Dérèglement climatique, pollution de l'air, disparition accélérée de la biodiversité, que faire face à ces problèmes provoqués par les activités humaines ?

Il faut revoir notre façon de produire et de consommer, ce qui signifie transformer notre modèle énergétique. Cette transition passe par deux grands chantiers : réduire la consommation d’énergie et faire évoluer notre mix énergétique en utilisant des énergies peu ou pas émettrices de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques (adieu pétrole, bonjour renouvelables), produites localement dans les territoires et aux risques sanitaires environnementaux nuls.

Aujourd'hui, quelles énergies utilisons-nous ?

S'intéresser à la transition énergétique, c'est étudier notre mix énergétique, qui ne doit pas être confondu avec le mix électrique. Le mix énergétique correspond à l’ensemble des sources d’énergie utilisées pour satisfaire les besoins énergétiques d’un pays pour se déplacer, se chauffer, s'éclairer, faire fonctionner nos équipements électriques, etc. Le mix électrique ne concerne que les énergies qui servent à produire de l’électricité. Cette précision peut paraitre anecdotique mais elle a son importance : ainsi, l’énergie nucléaire compte pour 42 % du mix énergétique1 quand elle représente 75 % du mix électrique. Une particularité française plutôt édifiante.

Le mix énergétique ci-dessus est proposé en énergie primaire, c’est-à-dire avant pertes liées à la production, au transport et aux transformations. Corrigé de ces pertes, les énergies fossiles satisfont, en réalité, environ 65 % de la consommation d’énergie finale en France, loin devant l’électricité d’origine nucléaire (20 %) et les renouvelables (15 %).

Pour réduire notre dépendance aux fossiles et nucléaire, l'État a voté une loi en 2015.

1 - en énergie primaire

Loi de transition énergétique et programmation pluriannuelle de l’énergie : le cadre politique

La France a adopté, en août 2015, une loi relative à la Transition Energétique pour la Croissance Verte (LTECV)2. Cette loi pose des objectifs contraignants et ambitieux en matière de réduction des consommations d’énergie, de rénovation des bâtiments, de réduction des émissions de gaz à effets de serre, ou encore de baisse de la part du nucléaire.

Que se passe-t-il depuis 2015 ? Dans un avis rendu en février 2018, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) constate que l’application de cette loi souffre de retards considérables dans tous les domaines. De cette loi découle un document capital pour les férus de transition énergétique : la « Programmation Pluriannuelle de l’Energie » rapidement rebaptisée PPE par les aficionados. Elle fixe pour les 10 années à venir les choix de la France en matière de mix énergétique, et ce, en cohérence avec les objectifs définis dans la loi.

Alors que cette « PPE » est en préparation et que la population française est invitée à s’exprimer sur son contenu, France Nature Environnement en a profité pour exposer les mesures qui, si elles étaient actées, permettraient de réussir une transition globale, énergétique, écologique, économique et sociétale.

2 -  Loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte

1 - Réduire les gaspillages d'énergie et d'électricité

L'équivalent de la production de deux centrales nucléaires est consommé chaque année pour alimenter les appareils électriques en veille. Ce chiffre hallucinant est un exemple des nombreuses économies d'énergie (et d'argent) qui pourraient être réalisées en modifiant nos comportements (sobriété) et en améliorant la performance de nos équipements (en changeant de chaudière par exemple) ou encore de nos bâtiments via l'isolation : c'est l'efficacité énergétique.

Pour France Nature Environnement, ces gains énormes peuvent être réalisés à condition que l’on donne les moyens humains, matériels, et financiers pour y arriver : sensibilisation aux économies d’énergie, formation à la rénovation performante des bâtiments, aides à la rénovation, etc. Ces mesures permettront également de combattre la précarité énergétique qui touche plusieurs millions de français.

2 - Accélérer le développement des énergies renouvelables

Plusieurs travaux l'ont montré3 : 100 % d’énergies renouvelables dans le mix électrique ou de gaz en 2050, c'est possible, à condition que tous les acteurs convergent en ce sens ! Ces énergies renouvelables sont de plus en plus compétitives et créatrices d’emplois. Il est donc impératif que la Programmation Pluriannuelle de l'Energie continue de fixer des objectifs hauts pour chaque filière, en se donnant les moyens d’aller vers 45 % d’énergies renouvelables en 2030. Ce développement doit être raisonné : même si les énergies renouvelables sont moins impactantes que les fossiles et le nucléaire, toute énergie a un impact sur le milieu. Il est donc essentiel de bien choisir les sites de production en tenant compte, non seulement de la ressource, mais aussi de la sensibilité du milieu.

L’énergie hydraulique et le bois énergie, déjà lourdement mobilisés, doivent être considérés avec attention. Par exemple, le bois énergie - c’est-à-dire la combustion du bois pour le chauffage ou l’électricité - n'est pas une énergie renouvelable comme le solaire ou l'éolien. La reconstitution de l’écosystème forestier se compte en décennies : il faut donc la préserver et privilégier son utilisation pour la construction plutôt que pour l’énergie.

3 - Un mix électrique 100 % d'énergie renouvelable ? Analyse et optimistation - Ademe Juin 2016  Un mix de gaz 100 % renouvelable en 2050 ? Synthèse de l'étude - Ademe Janvier 2018

3 - Fixer une trajectoire claire de sortie du nucléaire

L’électricité nucléaire est régulièrement présentée comme une énergie décarbonée. Seulement, elle fait peser sur l’environnement et les personnes un nombre outrageux de risques sanitaires, et son coût de plus en plus pharaonique sera fatalement répercuté sur les usagers et les contribuables. Par ailleurs, le choix du « tout-nucléaire » a entravé le développement des énergies renouvelables, plaçant aujourd’hui la France loin derrière ses voisins européens.

Car avec le développement des renouvelables, le maintien du nucléaire signifierait produire plus d’énergie que de besoin. On estime que cette énergie supplémentaire, qui serait donc exportée, représentera l’équivalent de la production de 20 réacteurs nucléaires. Les Français doivent-ils supporter le risque nucléaire alors que la demande ne le nécessite pas ? Nos voisins européens auront-ils besoin de cette énergie ? La voudront-ils ? Pas sûr.

Afin d’organiser notre sortie progressive du nucléaire, il est nécessaire de fixer des fermetures de centrales ou de réacteurs supplémentaires à Fessenheim d’ici à 2023 et 2028. Ces fermetures sont rendues d’autant plus nécessaires que la production d’électricité nucléaire génère des déchets hautement radioactifs qu’on ne sait et qu’on ne peut pas traiter aujourd’hui. Ces déchets restent radioactifs pour des centaines de milliers d'années.

Les contre-vérités du nucléaire

4 - Abandonner le « tout -routier »

Le transport est un « poids lourds » du dérèglement climatique et de la pollution de l'air. Pour lutter contre ces fléaux, il est temps de repenser la place du véhicule motorisé. Pour France Nature Environnement, il faut faire « moins » et « mieux ».

MOINS car le changement passe par une réduction des besoins même de mobilité, notamment les mobilités contraintes, en favorisant, par exemple, le développement du télétravail ou les réunions téléphoniques, rendus possible dans une société de plus en plus connectée.

MIEUX car beaucoup de pistes sont à emprunter : réduire le transport routier des particuliers, en favorisant les modes dits « actifs » tels que la marche à pied, le vélo (essor de voies réservées, d’aides financières et de mécanismes fiscaux) et en investissant dans les transports en commun. Du côté des professionnels, il faut supprimer les avantages fiscaux du gazole routier, encourager le report des transports de la route vers le rail et faire payer aux poids lourds le véritable coût d’usage des infrastructures routières. Nos poumons et le climat devraient apprécier.

Si le développement du véhicule électrique est souhaitable en zone urbaine, il ne peut satisfaire tous les types de déplacement restant. Il est donc nécessaire de développer les véhicules roulant au gaz renouvelable (bioGNV), carburant qui présente un intérêt majeur pour l’amélioration de la qualité de l’air, la réduction des émissions de CO2 et l’essor d’énergies locales et propres.

Pour aller plus loin, consultez nos publications : « La juste place de la voiture dans la mobilité de demain » (2014) et « Le climat, la mobilité et nous » (2016)
 

La Programmation Pluriannuelle de l'Énergie doit répondre à la volonté citoyenne en faveur d'un monde vivable

À l’occasion du « débat public » sur la Programmation Pluriannuelle de l'Energie, qui s’est déroulée de mars à juin 2019, France Nature Environnement a rédigé son cahier de propositions en faveur d'un avenir énergétique soutenable pour la France.

Avec le Réseau Action Climat, la fédération a également soumis un document appelant le gouvernement à favoriser un mix électrique basé sur la réduction des consommations d’énergie et la sortie du nucléaire. Les premiers résultats du débat public montrent que les français plébiscitent l’essor des énergies renouvelables et la sortie du nucléaire. Le gouvernement a annoncé que la première version de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie sortirait en octobre.

Le mouvement France Nature Environnement reste vigilant et mobilisé pour que le gouvernement respecte l’avis citoyen mais aussi que le pays se dirige enfin vers un avenir énergétique soutenable, pilier indispensable pour un monde vivant et vivable.