L'essentiel

Villes et territoires

Changeons notre façon de faire « la ville » et les territoires

Nos choix en termes d'urbanisme et d'aménagement ont de trop nombreux impacts. Un impact environnemental : artificialisation des sols ; dégradation des paysages ; pression sur les ressources naturelles, la biodiversité, et les écosystèmes ; pollutions, déchets ; impact climatique… Une dégradation de la qualité de vie du plus grand nombre et des inégalités « écologiques » qui tendent à se renforcer avec l’étalement urbain et le dépérissement de beaucoup d’agglomérations et de territoires. Une désagrégation du tissu économique et social et une mobilité insoutenable liées à la ségrégation spatiale et à l’implantation anarchique de pôles d’activités, de transports et de grandes surfaces commerciales. Une vulnérabilité des territoires face aux aléas naturels, démultipliant les effets des inondations, du réchauffement climatique ou des tremblements de terre… En s’appuyant sur l’analyse lucide des causes de cet état de fait et sur les expériences et les initiatives, de plus en plus nombreuses, qui s’efforcent de lutter contre ces dérives et ces risques, il est urgent, de mettre en œuvre un urbanisme et un aménagement du territoire soutenable.

Allons vers un « habitat plus habitable »

Dans son espace de vie, chacun cherche et doit trouver un environnement sain, des services essentiels accessibles, les moyens de sa mobilité, un cadre de vie agréable, enrichissant, et sûr, des lieux de rencontre et de repos, des activités de culture et de loisirs, un paysage de qualité... Chaque groupe ou individu doit pouvoir également avoir accès à certains éléments vitaux ; ainsi le marché du travail pour les actifs, les services éducatifs pour les jeunes d’âge scolaire… Les réponses apportées varient considérablement d’un territoire à un autre, d’une agglomération à une autre. Elles dépendent des conditions biogéographiques, de l’histoire économique et sociale, de la culture locale et des usages. Mais elles devraient s’assembler à chaque fois autour de principes communs de développement soutenable, et une prise en compte des liens avec le reste du territoire dans lequel elles s’inscrivent. L’urbanisation et l’aménagement des collectivités territoriales doivent ainsi s’inscrire dans des projets de territoire, à des échelles de proximité et de bassin de vie. Il est important que les habitants et acteurs du territoire s’approprient ces projets : cela passe par de la sensibilisation, de la consultation, de la concertation et pourquoi pas de la co-construction !. C'est la clé de projets viables et durables pour nos territoires.

Stoppons le gaspillage des espaces naturels et agricoles

Dans la plupart des régions, espaces naturels et agricoles se trouvent soumis à de fortes pressions foncières, et sont de plus en plus fragmentés. Les sols transformés deviennent imperméables et stériles. Les milieux naturels, terrestres ou aquatiques, se dégradent, les cours d'eau sont perturbés. La biodiversité en souffre. Pour les populations les plus démunies, l'étalement urbain, s'avère souvent synonyme d'isolement, voire de « ghettoïsation » dans des espaces marginalisés de la périphérie, avec un accès difficile au travail et aux services mal desservis. Pour presque tous, la dégradation des conditions sanitaires progresse (pollution de l’air, bruit, allongement et stress des transports, recul de la marche à pied…). C'est pourquoi FNE défend une vie urbaine de proximité et un habitat plus dense de qualité. Pour stopper le grignotage du territoire, FNE porte un objectif de "zéro artificialisation nette" des territoires d’ici 2025, ce qui signifie que pour tout espace artificialisé, un autre doit être rendu à la nature ou à l'agriculture. Pour FNE, il est nécessaire de privilégier le renouvellement des agglomérations et des zones aménagées existantes. Cela commence par la réhabilitation des centres (villes, quartiers, bourgs, villages), la restructuration des couronnes, la reconversion des friches « urbaines », et plus généralement le recyclage de l’habitat et du bâti vacant.

crédit photo : pichope

Lire aussi