Ils font FNE

Anne Dieleman, créatrice de souvenirs

Toujours dans l’action, souvent dehors, la directrice de Nature et Société porte une approche concrète et sensible de l’éducation à l’environnement.

Prendre le RER, traverser la grisaille. Trouver le bus. Descendre au troisième arrêt, après la zone commerciale. Longer la départementale, puis pendant une vingtaine de minutes, le quai sud du port industriel de Bonneuil-sur -Marne. Spontanément, ce n’est pas la destination qu’on aurait imaginée pour une sortie nature. C’est pourtant ici qu’Anne Dieleman nous a donné rendez-vous. Ce samedi de septembre, journée du patrimoine, Nature et Société, l’association (membre de France Nature Environnement depuis 1985) dont elle est directrice, participe à la célébration du centenaire du deuxième plus grand port fluvial d’Ile de France, à 8 km de Paris. Un port où se rencontrent péniches, trains et camions de marchandises, une immense « plateforme intermodale », diraient les spécialistes des transports.

Faire découvrir la biodiversité 

Sur le quai, une quarantaine de curieux, familles et couples plus âgés, sont prêts à embarquer sur « Le Francilien » pour une courte croisière sur la Marne. Anne Dieleman, qui fait pourtant découvrir chaque année la vie du port  et sa biodiversité à des centaines de collégiens, a un peu le trac. « J’ai tout le temps envie que ce soit bien. En plus, je connais les lieux sur le bout des doigts, j’ai vécu quelques années sur une péniche. » Une fois à bord, elle prend le micro, et avec un langage clair, un débit rapide, des mots simples, elle décrypte le paysage pour les novices. Mine de rien, elle évoque tour à tour la préservation de la faune et de la flore, la mobilité, les liens entre l’homme et la nature, les activités industrielles et leurs impacts. A chacun, l’animatrice nature laisse aussi le temps d’observer. Le cormoran au faîte d’un hangar, la bergeronnette sur la berge, le héron caché par les feuillages, les rameurs qui glissent sur l’eau. Le site industriel qui au fil de la balade laisse place à la nature, les îlots verdoyants de la fin de l’été. Quarante minutes plus tard, une fois le bateau amarré, petits et grands tout sourire la remercient.

Des formations et de l'émotion

Retour à terre, Anne Dieleman s’interroge. « Je me demande toujours ce qui reste comme traces de nos sorties ». Pour marquer les esprits, elle mise sur le plaisir d’être dans la nature, les émotions. « La sensibilisation à la nature passe par le beau, l’émerveillement, l’art », estime-t-elle. Et de citer Pierre Déom, créateur de La Hulotte, conteur et pionnier de l’animation nature, qui met le bonheur (et l’humour) au cœur de l’action. Parce que chaque individu a des intérêts, des goûts différents, la pédagogue multiplie les approches. Il suffit de jeter un œil au programme de l’association pour s’en convaincre : fabrication de cosmétiques bio, sortie brame du cerf, aquarelle, expériences culinaires, exposition photo autour de la faune et la flore sénégalaise, conférence sur l’écoconstruction. Elle croise aussi les disciplines, conjugue art plastique et esthétique de la nature, mathématiques et angles du jardin, citoyenneté et biodiversité.

Faire connaître la nature en ville

Des élèves de maternelle, enthousiastes d’emblée, aux collégiens qui « demandent à voir », en passant par les agents de collectivités ou ses adhérents, Nature et Société s’adresse à tous et a fait de l’égalité d’accès à la nature son cheval de bataille. L’association est implantée sur la base de loisirs de Créteil, ville populaire du Val de Marne, 90 000 âmes. Dans ces quartiers bétonnés, les habitants n’ont pas toujours le réflexe d’aller voir en bas de chez eux. Nature et Société les y invite. « Se reconnecter à l’environnement est primordial. A tous les âges, nous avons besoin de la nature pour nous construire, analyse Anne Dieleman, pour nous confronter à nous-mêmes, pour être bien.» Cette ancienne assistante sociale pense aussi aux publics plus fragiles, réfléchissant par exemple aux liens entre nature et mémoire pour les personnes atteintes d’Alzheimer.

En milieu urbain, se reconnecter à l’environnement est primordial

« La plupart des animateurs nature cherchent à fuir l’Île-de-France. Pour moi, au contraire, c’est en milieu urbain que l’éducation et la sensibilisation à la nature et à l’environnement ont le plus de sens ». Cette native du Val d’Oise, qui raconte une enfance un peu bohême, « toujours fourrée dehors » avec ses frères et sœurs », n’aime rien tant que faire vivre de beaux et inattendus moments. Comme ce grand gaillard qui va par tous les moyens tenter d’échapper à une nuit à la belle étoile, avant de se laisser convaincre et finalement adorer. Ou bien ces adolescents qui, au détour d’une conversation sur l’eau, loin de leurs habitudes, vont rebondir sur des sujets plus intimes, évoquant leur culture ou la relation à l’autre.

Une respiration dans un emploi du temps serré 

Mettre le nez dehors, c’est aussi une respiration dans son emploi du temps serré de directrice d’association, souvent envahi par les tâches administratives et les papiers. « Mais je ne me plains pas, précise-t-elle tout de suite. J’ai le privilège d’avoir une vie passionnante, avec beaucoup d’activités que je choisis. » Ses journées de travail se prolongent souvent jusque tard dans la soirée. « C’est une perfectionniste. On doit même la forcer à prendre des vacances ! », résume quant à lui Philippe Dumée, secrétaire de l’association, qui la connaît bien. Ces derniers mois, de nouvelles difficultés apparaissent. « Suite aux changements de majorité politique, l’avenir de la base de loisirs de Créteil, des associations ou de certains projets n’est pas assuré », s’inquiète Anne Dieleman. Dans un tel contexte, la directrice peut s’appuyer sur le vaste et dynamique réseau d’associations de France Nature Environnement. Celles-ci proposent chaque année plus de 100 000 demi-journées d’éducation et de sensibilisation à la nature par an, et au moins autant de souvenirs.  

 

Bénédicte de Badereau
La Lettre du Hérisson n°264

Par FNE
Le vendredi 28 octobre 2016
Je relaie J'agis Je donne