Ils font FNE

Anne Lassman-Trappier

Administratrice. Membre du directoire du réseau santé-environnement et du réseau transports et mobilités durables. Issue de Environn'MontBlanc.

Au pied du Mont-Blanc, Anne Lassman-Trappier se bat pour que les politiques de transport changent enfin, en pays de Savoie, en France comme en Europe. Portrait.

24 mars 1999. Un semi-remorque s'enflamme au milieu du tunnel du Mont-Blanc. Le violent incendie qui suit cause la mort de 39 personnes. Pour Anne Lassman-Trappier, comme pour tant d'autres hauts-savoyards, c'est l'accident de trop. " Je vivais alors en Angleterre, mais même de loin, j'ai voulu m'impliquer.  Je suis restée proche de mes racines. Lorsqu'on grandit en montagne, c'est difficile de ne pas vouloir protéger la nature. "  

Les Alpes sont malades d'un trop plein de transports routiers. Les associations de la vallée de Chamonix, en Haute-Savoie, dont le Comité de préservation du village des Houches (CPVH, affilié à la Frapna) et l'Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc, vont le faire comprendre et multiplier les manifestations. " Nous tenons des montagnards ce caractère déterminé. Il fallait du courage pour tenir sur ses réserves alimentaires six mois de l'année ",  explique Anne,  devenue membre du conseil d'administration du CPVH depuis 2001, et présidente depuis 2009.

Dernière action en date, lors du sommet de Copenhague, les militants associatifs ont bloqué l'entrée du tunnel aux poids lourds. L'action a duré trois-quarts d'heure. " L'idée était de marquer les esprits, sans braquer les usagers " Elle précise : " Nous ne demandons pas de déplacer le transport routier vers d'autres passages alpins, mais de repenser en profondeur nos politiques de transport, de privilégier le fret ferroviaire ". Au début du mois de décembre 2009, plus de 2400 poids lourds ont traversé le tunnel les jours de pointe.

Son horizon ne se limite pas aux sommets alpins. Anne, 44 ans, a rejoint en 2002 l'Initiative Transport Europe - un réseau d'associations qui s'opposent au trafic de transit actifs dans l'arc alpin et les autres zones sensibles d'Europe , Pyrénées et pays de l'Est - puis FNE en 2006, au sein du directoire du réseau Transports et mobilités durables. " C'est très utile de pouvoir travailler à plusieurs échelles. C'est une application littérale du " penser global, agir local. " J'aime ce travail concret."

Les soutiens sont essentiels, tant le combat est âpre. " Le lobby des transports est extrêmement puissant, les pressions nombreuses, les enjeux économiques, sociaux, environnementaux, colossaux. " Elle parle en connaissance de cause : après des  études de commerce international,  Anne a  travaillé comme cadre dans l’import-export de l’autre côté de la Manche. " Je suis très réaliste : les entreprises tournent, les marchandises doivent circuler. Mais un vêtement a-t-il besoin de faire le tour du monde avant d’arriver en magasin ? La plupart des transports sont superflus et  n’apportent rien à notre qualité de vie, bien au contraire. Des riverains souffrent partout des excès des transports. " 

Revenue en Haute-Savoie, il y a un an et demi, " obnubilée par l’urgence climatique ", cette mère de famille tient à montrer à ses deux filles de 11 et 14 ans que " ses paroles correspondent à ses actes. " Depuis 2000, elle consacre ses journées à un engagement bénévole qui la passionne.  Et sa volonté déplacerait des montagnes.  

Par FNE.
Le jeudi 23 juin 2011
Je relaie J'agis Je donne