Ils font FNE

Anne Vonesch, ferme sur le bien-être animal

A la fois déterminée, modeste et intarissable sur son engagement, Anne Vonesch défend avec ardeur la condition des animaux d’élevage, sur tous les terrains.

[Lettre du Hérisson n°265] C’est le résultat des heures passées sur ses dossiers. Des allers-retours entre Bruxelles, siège de la Commission européenne, et l’Alsace. Des discussions animées avec les éleveurs. Des années de patience avant de voir émerger dans le débat politique le bien-être des animaux, la cause qui lui tient tant à cœur, devenue sa priorité depuis plus de vingt ans. En réunion, en toute indépendance, Anne Vonesch exprime toutes ses convictions, même les plus dérangeantes, tout en s’appuyant sur des faits. 

Il n’y a pas de développement durable sans compassion, justice et solidarité envers les plus faibles.

« Dans ce domaine qui concerne des êtres vivants et sensibles, leur existence et leur mort, l’éthique n’est jamais loin, et elle est primordiale », explique celle qui a étudié la théologie. « Le bien-être des animaux constitue une véritable urgence, parce que chaque animal n’a qu’une seule vie. Nous n’avons pas d’autre choix que de travailler avec acharnement pour que le traitement des animaux change, résume-t-elle. » Toute la difficulté consiste à définir techniquement les critères d’acceptabilité pour l’incontournable transition entre l’existant - l’élevage intensif conventionnel - et une « utopie réaliste », à laquelle elle adhère, qui place très haut les critères du bien-être animal. « Vingt mille poules pondeuses en plein air, est-ce acceptable ou non ?, questionne-t-elle. Les réponses divergent. Or le plus souvent, des améliorations sont possibles.»

Depuis une dizaine d’années, Anne Vonesch est engagée au sein du réseau agriculture de France Nature Environnement, en plus de ses activités de vice-présidente d’Alsace Nature, la fédération d’associations alsaciennes. Référente sur la thématique du bien-être animal, elle représente France Nature Environnement et le Bureau européen de l’environnement, qui rassemble 140 organisations européennes, dans des groupes d’experts sur l’élevage auprès de la Commission européenne.

Cette médecin de formation, qui arrêté d’exercer pour s’occuper de ses trois enfants, « appuie toujours ses dires sur des éléments scientifiques », selon Maurice Wintz, ancien président d’Alsace Nature qui la côtoie depuis de longues années. « Elle est très rigoureuse, reprend-il. Elle n’hésite pas à se rendre dans les exploitations, à se faire entendre dans ce milieu très masculin de l’élevage. Elle est reconnue pour ce qu’elle dit. » Du terrain aux institutions européennes, Anne Vonesch mêle éthologie (la science du comportement animal), environnement, économie et  croise les informations qu’elle récolte auprès des éleveurs et d’autres acteurs avec les données des publications scientifiques et professionnelles.

Née à Munich, en Allemagne, élevée par une mère interprète dans un milieu très européen, cette enfant de l’après-guerre n’hésite pas à éplucher des études dans plusieurs langues et à écouter ce qui se fait ailleurs. En matière de bien-être animal, la France a des années de retard sur ses voisins. Anne Vonesch espère voir notre pays suivre l’exemple de la Suisse, de la Suède, ou de l’Allemagne (sur certains aspects), en particulier en ce qui concerne un meilleur respect des besoins comportementaux des animaux. Une expérience pilote est l’abattage à la ferme, qui épargne à l’animal un lot de souffrances inutiles.

« Le drame de l’élevage, c’est la compétitivité absurde dans lequel il est lancé. Aujourd’hui, les acteurs du marché dictent la loi et l’Europe encourage la production de masse. » Elle réclame avec France Nature Environnement une réorientation des aides de la PAC, pour qu’elles privilégient les exploitations les plus vertueuses. Changer une virgule dans un texte de loi réclame une « énorme énergie », mais dans son combat, elle n’est pas seule. Beaucoup d’associations et de collectifs se battent contre l’installation de fermes usines, comme Novissen, en Picardie, mobilisée contre la ferme des mille vaches ou AIVES en Nord-Pas-de-Calais. Le 25 mars, avec le Collectif Plein Air, qu’elle anime avec d’autres et qui réunit une trentaine d’associations de toute la France, et avec le Collectif contre la porcherie de Landunvez, Anne Vonesch organisait une conférence de presse sur la plage de Landunvez (Finistère), pour interpeller les candidats aux élections. Elle estime nécesssaire et complémentaire l'action d’une association comme L214, qui révèle les maltraitances dans les abattoirs et élevages.

« Ce qui me frappe, c’est sa cohérence, conclut Maurice Wintz. Elle a souvent accueilli chez elle des animaux en déshérence. » « Les animaux ont toujours été dans ma vie. J’ai toujours eu un intérêt eux, des plus grands aux plus petits, comme les petits invertébrés des prairies. Même si je ne suis pas naturaliste » dit-elle avec une dose d’humilité. Anne Vonesch nous laisse, il est temps pour elle d’aller promener ses chiens, deux animaux qu’on imagine heureux.

Bénédicte de Badereau 

L’empathie expliquée au monde de l’élevage

De sa plume lettrée, libre et scientifique, Anne Vonesch combine conte, science et du vécu dans un  ouvrage sur l’empathie, cette capacité à se mettre à la place d’autrui, et s’interroge sur le bonheur, les émotions des animaux et le monde de l’élevage, qui oppose si souvent un « niet » au bien-être des animaux. Une approche non conformiste, à lire sur collectifpleinair.eu 

A lire aussi, notre dossier L'élevage sans souffrance est-il possible ? 

Par FNE
Le jeudi 06 avril 2017
Je relaie J'agis Je donne