Ils font FNE

Arnaud Schwartz

Président de France Nature Environnement. Issu d'Alsace Nature

Questionné dès son adolescence par notre rapport à l’environnement, Arnaud Schwartz s’est impliqué très tôt en faveur du respect de la Nature, humains y compris. Arrivé dans le mouvement France Nature Environnement en tant que militant d’Alsace Nature, il est aujourd’hui Président de France Nature Environnement. Retour sur son parcours.

En Alsace, où il passera la majeure partie de son enfance et adolescence, la défense de l’environnement apparaît très tôt à Arnaud comme une évidence. « Dès mes 13 ans, j’ai été troublé par l’incohérence entre les discours et les actes des adultes, et surtout, par le fait que de nombreux adolescents autour de moi semblaient les suivre dans cette voie. » C’est dès cette prise de conscience qu’il s’attachera à tenter de comprendre le monde pour ce qu’il est, non pour ce qu’on lui en dit.

Avec une curiosité et un esprit critique forgé au fil des années, cette volonté de comprendre l’amène à s’intéresser à de nombreuses disciplines : d’abord celle liées à la biologie, à l’ingénierie de l’environnement et à l’aménagement du territoire au cours de ses études, puis vinrent l’anthropologie, la psychologie et les sciences humaines en général. Des disciplines complémentaires selon lui pour comprendre les processus décisionnels et leurs enjeux.

Très tôt, il cherche à mettre son mode de vie au diapason de ses valeurs, avec une recherche de sobriété. « On bénéficie par une forme de hasard d’un mode de vie très impactant, auquel d’autres ne peuvent pas prétendre, et rien ne le justifie. » Il s’intéresse à ses modes de déplacement, à la provenance de ses vêtements... Aujourd’hui, cet engagement individuel se traduit pour lui, en partie, par le fait de cultiver la terre et de pratiquer l’apiculture.

Cette recherche de cohérence, d’adéquation entre les actes et les valeurs, mais aussi du faire-ensemble va guider tout son parcours professionnel : il débutera sa carrière comme chargé de développement, sur un poste pluridisciplinaire en coopération transfrontalière, par la création de ce qui allait devenir l’Eurodistrict Regio Pamina. Il y sera amené à piloter un agenda 21 régional franco-allemand et à participer à divers travaux franco-germano-suisses de la Conférence du Rhin Supérieur, avec des problématiques, dès le début des années 2000, qui concernaient la transition énergétique et le réchauffement climatique.

Au cours de notre échange, il devient très clair qu’Arnaud ne conçoit pas l’individuel sans le collectif : il a donc cherché à s’investir dans un mouvement associatif où il pouvait faire une différence. « Je me suis très vite rendu compte que les partis politiques n’étaient pas le type de structure où je voulais aller. Ce qui m’intéressait, c’était le concept de citoyens vigilants, garde-fous démocratiques, qui se regroupent pour faire valoir leur point de vue. » 

Il rejoindra le mouvement en 2002 au sein de l’association Alsace Nature, l’une des rares associations en Alsace permettant d’agir sur le terrain et d’échanger à l’époque. Du groupe local au bureau régional, il y exercera à peu près tous les niveaux de responsabilité possibles jusqu’à devenir président-fondateur de France Nature Environnement Grand Est en décembre 2016.

Son engagement à l’échelle nationale s’est officialisé en 2015, lorsqu’il est devenu administrateur puis secrétaire national de France Nature Environnement. Arnaud Schwartz accorde une importance toute particulière à nos liens avec l’Union Européenne, d’où émane l’essentiel du droit national de protection de l’environnement. C’est la raison pour laquelle il est aussi devenu l’un des membres actifs du Comité Economique et Social Européen à partir de mi-2017, où il a notamment porté plusieurs rapports relatifs à la mise en œuvre du droit et de la gouvernance environnementale, celle-ci étant depuis trop longtemps défaillante et en manque cruel de moyens humains et financiers. « Au regard des enjeux environnementaux, l’Europe est encore une échelle trop petite et imparfaite, mais le cadre existe, et nous devons en faire quelque chose de bien. C’est aussi parce que l’Europe existe que la France a été obligée de bouger sur ces questions. »

S’il est convaincu que la dégradation de l’environnement et les changements climatiques sont des questions désormais bien ancrées dans les esprits, il s’agit désormais de faire bouger les décideurs. Pour lui, tout l’enjeu est d’apprendre à être lucide vis-à-vis de notre condition et de notre environnement : « Quelles limites on se fixe, nous humains : c’est ça la grande question à laquelle il va nous falloir répondre. Où s’arrête notre liberté par rapport aux autres humains, aux générations futures, aux autres espèces ? Si on n’intègre pas, dans l’éducation, ce besoin de s’autolimiter, le retour de bâton sera violent : la nature nous impose déjà des sécheresses, des virus, des famines… »

En tant que nouveau président de France Nature Environnement, Arnaud Schwartz compte porter ces valeurs en remettant au goût du jour une notion qui lui est chère : celle de l’empreinte écologique. « On se focalise trop sur le CO2, et du coup, la plupart des propositions relèvent de la technique : or d’expérience, ce n’est pas la technique seule qui résoudra les problèmes auxquels nous faisons face. Nous devons remettre notre comportement individuel et collectif au centre de la solution : c’est un des piliers de France Nature Environnement : l’éducation, la sensibilisation. »

Alors qu’il devient président de France Nature Environnement dans une période politique et internationale complexe, son mot d’ordre reste le même : coopération. Pour lui, si les temps sont durs, ils sont aussi l’opportunité de faire ressortir ce que l’humain a de meilleur : « Encourager à la modération, voire faire revenir à la raison et à la sobriété tous ceux à travers le monde qui sont allés trop loin, pour tendre vers toujours plus de solidarité, n’est pas une mission que nous prenons à la légère. Elle est essentielle si on veut faire de ce monde un monde vivable et en paix. »

Dates-clés :

2002 : adhère à Alsace Nature

2017 : devient membre du Comité Economique et Social Européen au nom de France Nature Environnement

Avril 2020 : est élu président de la Fédération France Nature Environnement

Portrait paru dans la Lettre du Hérisson n°271, juillet 2020

Par FNE.
Le mardi 18 août 2015
Je relaie J'agis Je donne