Ils font FNE

Cécile Claveirole

Administratrice. Responsable du réseau agriculture. Issue de France Nature Environnement Midi-Pyrénées.

« Je ne crois pas au hasard » : quand Cécile Claveirole énonce cette intime conviction, c’est avec la même douceur qui semble irriguer tout son être, une sérénité en singulier contraste avec l’effervescence quasi permanente qui caractérise l’activité de France Nature Environnement. Douze ans après son premier contact avec la fédération, Cécile siège désormais au conseil d’administration et pilote bénévolement le réseau consacré à l’Agriculture et l’Alimentation.

Il en faudra cependant plus pour qu’elle se départe de son calme et de son sourire. Son secret ? Un attachement indéfectible à la terre, avec laquelle elle a grandi et dont elle a tiré à la fois sa patience et sa force de conviction.

Son premier contact intime avec le sol nourricier eut lieu dans le potager familial, où elle passa l’essentiel de son enfance bretonne, à Vannes, aux côtés de son père vétérinaire pour les agriculteurs des environs. Plus tard, une expérience d’apprentissage auprès d’un conseiller forestier lui apprit à reconnaître les arbres en fonction de leur feuillage et de leur ramure et, déjà, à replanter des haies dans un Morbihan dénaturé par le remembrement. Ce premier approfondissement de son attrait instinctif pour la nature l’encouragea à en faire son métier. On l’orienta alors vers un travail en pépinière, dont les liens avec la vie sauvage qui la fascine n’étaient que très ténus…

Nous ne sommes alors qu’à la fin des années 1970 et la protection de la nature ne constitue pas encore une passion évidente pour tout le monde, ni un parcours professionnel bien balisé. La jeune femme réalise qu’elle devra développer à sa manière son goût pour l’étude et la protection de la faune et de la flore.

« Le premier tournant eut lieu pour moi en 1992, lorsque je me suis engagée bénévolement au sein du Conservatoire d’espaces naturels de Bourgogne, où j’ai découvert l’application de ce qui n’était jusque-là qu’un ressenti, la richesse de tout ce que la nature pouvait nous apporter. »

Professionnellement, ses expériences successives au sein de l’Association Départementale pour l'Aménagement des Structures des Exploitations Agricoles de l’Yonne puis du Comité Interprofessionnel des Vins du Jura lui permettront de s’enrichir par les rencontres avec divers acteurs, à défaut de la faire adhérer à des systèmes trop dépendants d’une approche administrative et économique de la nature.

« Tout est lié, c’est ce que nous apprend la nature et c’est le principal crédo qu’on doit retenir en matière d’agriculture. »

Son installation dans le Jura à proximité de Poligny, ville riche de mouvements alternatifs, donnera à Cécile l’occasion de s’investir dans de multiples luttes ayant pour la plupart un trait commun : la terre, et son usage. En 2006, avec les autres membres d’un collectif local, elle s’implique ainsi dans une action de plantation de légumes sur un terrain fertile destiné à accueillir un supermarché. Des expériences enrichissantes, qui accompagnent la mue de Cécile la bénévole en Cécile la militante.

« C’est en 2008 que va se produire le second tournant. Je fais construire ma maison bioclimatique, toute de bois et de paille. L’occasion de quelques chantiers collectifs amicaux et d’une profonde réflexion sur la cohérence entre mon mode de vie et mes convictions. »

Ne manque plus à ce tableau qu’un dernier élément, celui qui va offrir une plateforme efficace aux nouvelles aspirations de Cécile : le mouvement France Nature Environnement, qu’elle découvrira avec Jura Nature Environnement. Sa bonne connaissance des enjeux agitant les territoires au tournant du 21ème siècle, alliée à une force de conviction s’exprimant toujours avec bienveillance, la désignent comme un atout majeur pour une association soucieuse de marier militance et démocratie. Cécile est ainsi rapidement repérée par l’actuel président de France Nature Environnement, Michel Dubromel, qui l’encourage à devenir administratrice à la fédération nationale et à s’investir au Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE).

Cécile Claveirole et France Nature Environnement étaient faites l’une pour l’autre. La militante apprécie en effet la dynamique propre au mouvement France Nature Environnement, fruit de son ancrage territorial historique d’une part et du recul permis par son généralisme d’autre part, ce généralisme qui oblige à défaire les cloisons entre les thématiques, les territoires et les acteurs. Il faut dire que Cécile n’aime pas les cloisons… et ne croit pas au hasard.

« Tout est lié, c’est ce que nous apprend la nature et c’est le principal crédo qu’on doit retenir en matière d’agriculture. Le sol est nourricier parce qu’il est vivant, c’est aussi ce qui lui permet de retenir l’eau, d’être notre allié pour l’avenir. L’agriculture ne peut pas se passer de la nature. »

Aujourd’hui, Cécile n’a rien perdu de sa soif d’expériences et de rencontres… ni de sa motivation.

« Pour préparer l’avenir, on a besoin de d’inventer de nouvelles manières de faire. Le lien à la nature, au vivant, au sol : voilà ce qui peut alimenter cette révolution. Les 1% qui dominent le monde ne font pas que le dominer : ils le tuent, au nom de leur seule priorité, l’argent. L’enjeu est donc de mobiliser les 99% en faveur du bien commun. L’espoir est là, dans toutes les équipes associatives, jeunes, motivées. C’est un enthousiasme qui fait plaisir à voir mais qui doit aller plus loin que la base, jusque dans les instances démocratiques de représentation, où on a besoin de jeunes. »

A bon entendeur…

Antoine Gaillard pour la Lettre du Hérisson n°267, octobre 2018

Repères

Par FNE
Le mardi 21 août 2018
Je relaie J'agis Je donne