Ils font FNE

Elodie Martinie-Cousty

Administratrice. Responsable du réseau Océans, mers et littoraux. Représentante de France Nature Environnement au CESE. Issue de l'UMIVEM.

Tempête Xynthia, disparition du sable, menaces sur les paysages… Avec un engagement aussi intact que dans son enfance, la présidente de l’Umivem et responsable du réseau Océans, mers et littoraux de FNE se bat pour la sauvegarde du littoral et de nos paysages.

Une nuit de mars 2010, alors que soufflait la tempête Xynthia, la rupture d’une digue, cédant aux assauts de la mer, coûtait la vie à 29 personnes à la Faute-sur-Mer (47 personnes en France), parce qu’elles vivaient dans une « cuvette », classée initialement en zone inconstructible, devenue une « zone constructible sous conditions ». Quatre ans et demi plus tard, cinq semaines de débats ont été nécessaires pour comprendre l’enchaînement des fautes des élus et des représentants de l’Etat, sous la pression des promoteurs immobiliers. A la rentrée 2014, Elodie Martinie-Cousty, responsable du réseau océans, mers et littoraux de France Nature Environnement, a suivi le procès et relayé le travail des associations. «  Coorlit 85 et Vendée Nature Environnement ont assisté à chaque minute du procès et leurs retours sont édifiants, pointant les dysfonctionnements à tous les niveaux », s’indigne-t-elle. Le drame a mis en lumière la forte pression immobilière que subit le littoral français, sur la côte atlantique comme ailleurs. « Cette tragédie pourrait être le point de départ d’une culture du risque naturel en France, analyse Elodie. Mais celle-ci ne s’acquiert pas facilement. Sur le littoral, de nombreux habitants ne sont arrivés que récemment. Souvent résidents secondaires, ils ne connaissent pas l’histoire des événements tumultueux de la région. Il est essentiel que tout le monde comprenne que ces endroits merveilleux, le long de nos côtes, sont aussi des endroits à risques.»

« Sur le littoral, les endroits merveilleux sont aussi à risques »  

Originaire de Saint-Pierre-Quiberon, en Bretagne, elle connaît bien ces problématiques. Elodie s’investit depuis 20 ans dans les associations de protection de la nature, d’abord à l’échelle locale, au sein de l’APSSE, association de protection de l’environnement de sa ville natale, puis de l’Umivem, Union pour la mise en valeur esthétique du Morbihan, dont elle est présidente depuis mai 2013. Elle poursuit : « Le pouvoir d’attraction du bord de mer représente un vrai danger pour les équilibres fragiles du littoral comme de l’intérieur des terres. C’est une menace pour le trait de côte, pour les activités traditionnelles comme l’agriculture littorale et la conchyliculture.» Au nord de son département, c’est au contraire la désertification qui guette, avec « la crainte de voir s’installer des élevages intensifs de vaches laitières pour les usines chinoises de lait en poudre ».

Qu’elle soit à Paris, où elle travaille depuis trente ans, ou en Bretagne, où elle file dès qu’elle le peut, Elodie veille. « Nous devons être présents sur tous les sujets. Nous faisons tout pour faire comprendre que chaque action a un impact sur la nature. Quitte à passer pour des empêcheurs de tourner en rond », explique-t-elle. Elle a de qui tenir. Marie-Claire Borde, sa tante, fondatrice de l’Umivem, association tournée à ses débuts davantage vers la protection des paysages, était surnommée par un ancien ministre « la plus grande emmerdeuse de l’Ouest ». Sa mère, quant à elle, a défendu avec ferveur l’agriculture bio. Centrale de Plogoff, remembrements : sa famille a été de toutes les luttes de l’écologie bretonne des années 70. « Le respect de la nature était très ancré chez nous, raconte cette petite dernière d’une famille de cinq enfants. On nous poussait à faire attention, à ne pas gaspiller. »

Devenue mère à son tour, passée par une reconversion professionnelle - de chef de produit pour une marque de literie à architecte d'intérieur indépendante, Elodie s’engage dans une vie associative tournée vers la mer et la protection du littoral. En 2007, toute nouvelle administratrice de l'Umivem, un gros projet d'extraction de sable près de Lorient se profile. Avec d'autres associations, Elodie crée « Le peuple des dunes ». Le collectif rassemble 15 000 personnes sur la plage, refusant le projet en bloc. La menace est écartée. Positive, elle cherche aussi à convaincre les élus d’agir pour l’environnement avant qu’il ne soit trop tard. En 2013, elle conçoit une exposition au titre sans équivoque, Le réchauffement, c’est maintenant, c’est ici, proposée aux mairies du département. « Dans le Morbihan, on constate déjà que la rose des vents a changé. Auparavant, les tempêtes venaient du Nord-Ouest, explique cette navigatrice. Aujourd’hui, elles viennent du Sud-Ouest, voire du Sud-Est. Dans un contexte de dérèglement climatique, nous allons être confrontés à des aléas que personne ne sait mesurer. Les sciences du climat en sont encore à leurs balbutiements. Mais on sait déjà que ces aléas seront plus fréquents, plus violents, plus intenses. »

Administratrice de France Nature Environnement, Elodie transmet les inquiétudes, les observations et les propositions des associations au plus haut niveau en représentant, entre autres, la fédération au Conseil d’administration du Conservatoire du Littoral, à la Commission des Sites et paysages et au Conseil supérieur de la Navigation et des sports nautiques. Elle consacre désormais la majeure partie de ses journées à ses activités bénévoles. « Les générations précédentes se sont battues pour nous laisser un monde meilleur. Je veux, à mon tour, le transmettre le moins dégradé possible. Nous avons tous une responsabilité vis-à-vis de la préservation de l’environnement ». Une responsabilité qu’Elodie assume, sans conteste.

Bénédicte de Badereau 

 

Repères

1963 Naissance à Lorient

1994 Première adhésion à l’Association Protection du Patrimoine des Sites et de l’Environnement de Saint-Pierre Quiberon (56)

2013 Présidente de l’Umivem

2014 Responsable de la mission océans, mers et littoraux de France Nature Environnement

Par FNE.
Le lundi 05 janvier 2015
Je relaie J'agis Je donne