Ils font FNE

Laure Subirana, passeuse de sens

Impliquée depuis deux ans dans les actions de France Nature Environnement sur le thème des forêts, Laure Subirana fait profiter la fédération de la richesse d’un parcours qui l’a amenée, depuis son sud natal jusqu’au Jura où elle s’est installée pour sa retraite récente, à comprendre l’importance de l’écoute et de la transmission.

Le rendez-vous pris dans un café au petit matin ne pouvait souffrir de la moindre approximation dans l’organisation : Laure fait en effet partie de ces résistants de plus en plus rares à n’avoir pas de téléphone portable. Au cours de notre entretien, ce choix de vie apparaîtra de plus en plus naturel de la part d’une institutrice et écrivaine pour qui les questions d’attention, d’observation et de concentration sont vitales.

« Mon père, qui était quelqu’un de très intelligent et fondamentalement curieux, m’a appris à regarder le monde et surtout à me poser des questions sur ce que je voyais. J’ai donc été très tôt attentive à tout ce qui m’entourait. »

Logiquement, la jeune Laure chercha alors à développer cet intérêt pour la nature environnante dans ses études. Après l’obtention d’un DUT en génie de l’environnement, une première expérience professionnelle en laboratoire à l’INRA l’amène cependant à réaliser que ce n’est pas à travers un microscope qu’elle veut observer et ressentir la nature.

« Je me suis dit que le meilleur moyen d’avoir prise sur l’environnement, c’était peut-être à travers l’humain et son regard. J’ai alors passé le concours de l’Éducation Nationale et suis devenue institutrice. »

La question environnementale ne la quittera cependant jamais. Lorsqu’elle s’installe en Lorraine, elle arrive dans une région marquée par les ravages environnementaux d’une industrie sur le déclin. Nous sommes en 1986 : l’accident de Tchernobyl vient d’avoir lieu, quelques mois avant que soit mis en service le premier réacteur de la centrale nucléaire de Cattenom… visible depuis le balcon du nouveau lieu de résidence de Laure.

« Forcément, dans un tel contexte, les problématiques environnementales faisaient l’objet de nombreuses discussions et j’ai fini par rejoindre les organisations citoyennes qui s’y impliquaient. »

Lorsque, bien des années plus tard, Laure quitte la Lorraine pour le Jura, elle espère alors arriver dans un territoire épargné par les excès du développement, où elle pourrait profiter d’un environnement préservé sans avoir nécessairement à le défendre.

« Mais quelques mois après notre arrivée, notre voisine est venue me voir car elle était inquiète face aux projets d’exploitation du gaz de schiste qui se trouvait sous nos pieds… et j’ai donc rejoint un collectif anti gaz de schiste ! »

Très vite, cette nouvelle implication dans la vie du territoire l’amène à découvrir Jura Nature Environnement, fédération à laquelle elle adhère aussitôt. Quatre ans plus tard, elle reçoit un appel à bénévoles du réseau « forêt » de France Nature Environnement.

« La forêt, c’est une composante essentielle du Jura. Ici, on a tous vu passer les grumiers1 sur les routes près de chez soi. Et depuis mon jardin, j’ai déjà pu observer les abatteuses2 en action. C’est un spectacle marquant, qui pousse à se poser des questions et à s’impliquer. »

Estimant n’avoir que peu de compétences dans les questions de gestion forestière, la nouvelle venue dans le réseau hésite dans un premier temps à prendre certains dossiers en charge.

« On m’a alors expliqué qu’au contraire, le réseau avait justement besoin de quelqu’un qui a les pieds sur terre, pour poser les bonnes questions aux spécialistes. De fil en aiguille, je me suis retrouvée à représenter la fédération aux réunions du Contrat Forêt Bois régional de Bourgogne Franche-Comté ! »

Laure illustre là une tendance bien connue au sein des associations, où les bonnes volontés sont rapidement mises à contribution sur beaucoup de projets, avec parfois un risque de découragement ou d’épuisement.

« Heureusement, à France Nature Environnement, on arrive toujours à trouver des gens avec qui on s’entend et avec lesquels on arrive à travailler en mettant en synergie les compétences et l’énergie de chacun. Et ce sont souvent des personnes ouvertes et sympathiques, ce qui rend la discussion stimulante. »

On en revient ainsi à l’humain, dépositaire de l’avenir du monde qui avait déjà incité Laure à devenir enseignante.

« Quand on est en réunion avec des élus, des agents, des partenaires… je pense que notre simple présence peut faire réfléchir ces personnes et les encourager à s’ouvrir à certaines choses. On croit qu’on travaille sur un document, mais en vrai on travaille sur la sensibilisation des gens qu’on rencontre. Et c’est peut-être ça le plus important, parce que cet élu, il sera amené par la suite à prendre d’autres décisions, au-delà de l’objet de la réunion. Et si nous avons réussi à le sensibiliser un peu, peut-être qu’il ne prendra pas tout à fait la même décision… »

La sensibilisation, un sujet que l’institutrice désormais retraitée connaît bien… et estime qu’on a tort de la cantonner au jeune public.

« Quand je me bats pour sauver une mare à tritons près de chez moi face à tel voisin qui va considérer que « ça fait pas propre », en fait je continue mon travail d’institutrice. Ayant appris des autres, je fais passer à mon tour. »

Dès lors, la militante peut espérer une double récompense : la sauvegarde des tritons, et…

« …le regard des gens qui découvrent. C’est formidable, ce regard tout à coup élargi et pétillant ! »

Repères

Portrait paru dans la Lettre du Hérisson n°269, juillet 2019

1 Longs camions transportant les troncs d’arbres coupés
2 Véhicule lourd employé pour les opérations de coupe en forêt
Par FNE
Le jeudi 11 juillet 2019
Je relaie J'agis Je donne