Ils font FNE

Nathalie Villermet

Responsable du réseau prévention et gestion des déchets. Issue du CREPAN.

Militante de la première heure, la  responsable du réseau Prévention et gestion des déchets, spécialiste de la réduction des déchets et de l’économie circulaire, milite pour le passage du jetable au durable et pour l’optimisation de l’utilisation des ressources naturelles.

"On persiste et on se dit qu’un jour on y arrivera." Nathalie Villermet est optimiste. Raisonnablement. Pour elle "c’est une nécessité de continuer à avancer". Alors elle avance. A quarante ans cette spécialiste des déchets en a déjà passé quinze à France Nature Environnement. A Paris, pendant une décennie en tant que salariée, et depuis 2012 bénévolement, d'abord comme membre du Directoire à FNE Basse-Normandie, et maintenant pilote du réseau Prévention et gestion des déchets. Chargée de mission au sein de ce réseau, Héloïse Gaborel estime que cette double expérience, salariée et bénévole, "facilite sa compréhension du fonctionnement du mouvement et de ses enjeux." Pour Nathalie Villermet, "FNE peut avoir ses travers, mais elle regroupe un ensemble de personnes qui portent les mêmes envies. C’est le moyen de défendre mes idées, mais c'est aussi une aventure humaine." Héloïse Gaborel la décrit comme une personne à l’écoute, diplomate. Généreuse aussi. Spontanément, quand elle évoque ses dix ans FNE nationale, elle cite ses "mentors", Eliane Elsen ou Bruno Genty, "des personnes importantes dans mon parcours." Agnès Banaszuk, la coordinatrice de son réseau, dit que travailler avec elle "est motivant car elle est enthousiaste, dynamique et positive. C’est une véritable militante qui ne baisse jamais les bras et soutient nos demandes jusqu’au bout, même quand les pouvoirs publics ne veulent pas nous écouter. Elle est très attachée à FNE et n’hésite pas à lui consacrer beaucoup de temps pour défendre ses valeurs."

"Au collège, se souvient Nathalie Villermet, j’étais déjà étiquetée comme la naturaliste de service." En classe on la surnomme "Dame nature". Les sciences naturelles sont sa matière préférée. L’école n’est pas son unique lieu d’observation : "Mes parents étant séparés, tous les mercredis j’allais à Chantilly où mon père était entraîneur de chevaux. L’écurie était au milieu des bois. Le reste de la semaine je vivais dans le Val de Marne, dans un milieu très urbanisé. Je connaissais ces deux volets." Ado, elle sait qu’elle veut travailler dans l’environnement. Elle comprend petit à petit que son intérêt se porte sur les déchets, notamment après avoir vu un reportage d’Envoyé spécial sur Entressen, une grosse décharge à Marseille. Dotée d’un Deug de biologie, d’un IUP Génie de l’environnement et d’un DEA Sciences et techniques des déchets, "Dame nature" aurait pu se contenter d’une carrière d’ingénieure. Mais, encore étudiante, la militante pointe déjà son nez et frappe à la porte des syndicats de traitements des déchets ou encore à celle de sa mairie : "J’étais toute jeune, je ne pense pas avoir fait changer quoi que ce soit, mais c’était plus une implication pour faire bouger l’existant sur ces politiques-là."

A la fin de ses études Nathalie Villermet part pour sept mois au Canada afin de perfectionner son anglais… et pour travailler sur les sols pollués (on ne se refait pas). Elle revient en France en 2001, au moment où FNE recrute un chargé de mission Prévention et gestion des déchets. Elle ne connait pas le mouvement, ne sait pas encore si elle veut travailler dans une entreprise ou une association. Maintenant elle sait. "Quand je suis arrivée, tout de suite ça a fait résonnance parce qu’on parlait de prévention. Très peu y croyaient. FNE était à la pointe. Ainsi, il y a vingt ans l’économie circulaire était déjà dans nos plaidoyers sauf qu’à l’époque on n’abordait pas l’aspect économique, essentiel aujourd’hui si l’on ne veut pas que nos actions restent marginales." En 2011, à l’occasion de la naissance de son deuxième enfant, elle quitte la région parisienne pour la Normandie, région natale de son compagnon, militant  du mouvement. Elle se rapproche alors du Crépan (Comité Régional d’Etude pour la Protection et l’Aménagement de la Nature en Basse-Normandie) connaissant sa présidente Claudine Joly, co-pilote du Réseau Agriculture de FNE avec qui lme courant passe bien. Elle  y devient d'abord membre du CA, puis salariée, afin, dit-elle, "de voir comment agir concrètement en région sur les sujets que je portais en tant que salariée au niveau national." Tant au national qu'en région elle défend notamment le développement de l’économie circulaire, la réduction du gaspillage alimentaire, la fiscalité environnementale, un dossier qui lui tient à cœur : "Il faut donner des incitations pour faire changer les différents acteurs économiques et les consommateurs. Pour ça il y a la sensibilisation, levier qu’utilisent nos associations depuis longtemps. Mais rien ne bougera tant qu’on n’actionnera pas aussi le levier économique. C’est un chantier d’autant plus intéressant qu’il porte autant sur l’économie circulaire et la prévention des déchets que sur l’énergie, les transports, etc. Tout le monde est concerné. Il y a eu les Assises nationales des déchets en septembre. Tous les acteurs demandaient cette fiscalité écologique. Il leur faut des signaux, un cadre sans quoi ils ne s’engageront pas." Elle est dépitée quand elle voit que le nouveau projet de loi de finance n’accorde pas de place à cette fiscalité : "Le gouvernement actuel n’y croit pas. Il s’arrête au discours."

Le constat est sombre, les chantiers à mener considérables. Nathalie Villermet le sait. Elle reste optimiste. Raisonnablement. Même si la politique en matière de déchets a évolué ces dernières années, la pression citoyenne qui passe aussi par la mobilisation des membres de nos associations est impératif pour influencer sur les modèles sans avenir. 

Repères 3 dates

. 1976 : naissance à Saint-Germain-en-Laye
. 2001 : chargée de mission Prévention et gestion des déchets
. 2014 : pilote du réseau « Prévention et gestion des déchets »

Par fne-writer
Le mercredi 06 janvier 2016
Je relaie J'agis Je donne