Ils font FNE

Patrick Hervier

Cet ancien ingénieur chimiste et fonctionnaire, défenseur du réemploi, met son expérience, ses convictions et son calme au service du réseau prévention et gestion des déchets.

Il a eu envie de "retrouver le chemin des libellules". Au milieu des années 70, Patrick Hervier s'installait à Niort. Intéressé par les "petites bêtes", la géologie et l'environnement, il  frappait à la porte de Deux-Sèvres Nature Environnement. "Le président, Gaston Bonin m'a encouragé à regarder la nature avec passion, au-delà des savoirs appris à l'université". Trente-cinq ans plus tard, Patrick Hervier a eu, à son tour, envie de mettre ses compétences dans le domaine de la prévention et de la gestion des déchets au service des associations. Depuis la fin 2012,  Patrick Hervier est responsable, avec Penelope Vincent-Sweet, du réseau FNE dédié à cette thématique.

Entre-temps, d'autres militants lui ont ouvert la voie. Alors qu'il travaille pour le Conseil général des Deux-Sèvres, il fait la connaissance des "pères de la prévention des déchets", Francis Chalot et Bruno Genty. Le premier est l'auteur d'un Livre blanc sur le sujet, publié par France Nature Environnement, en 2001 (disponible sur le site de la fédération). Avec le second, actuel président de FNE, Patrick Hervier monte dans le département l'un des premiers programmes d'éco-consommation destiné à "limiter la production de déchets", une initiative qui touche à la fois les consommateurs et les distributeurs. Ces derniers étaient notamment encouragés à proposer des bons de réduction sur les produits peu générateurs de déchets.

À France Nature Environnement, le responsable du réseau déchets s'attache à repérer des référents au sein du mouvement. Lui qui se décrit avec modestie comme un "honnête généraliste de l'environnement", est convaincu de la nécessité de savoir s'entourer de spécialistes. "Mon rôle consiste à déceler les thématiques qui sont dans l'air du temps, à identifier les menaces et les opportunités à venir, pour proposer de futures actions", commente-t-il. Travailler sur la prévention des déchets de façon transversale, en se penchant par exemple sur les questions qui lient  transport, énergie et déchets, lui semble primordial. Ces sujets seront d'ailleurs abordés au cours de la table ronde "économie circulaire", lors de la prochaine Conférence Environnementale qui aura lieu en septembre. En parallèle, il tient à "être à l'écoute des associations du mouvement, partager leurs inquiétudes, contribuer à faire circuler les informations."

Depuis son arrivée, il a déjà œuvré sur la question du gaspillage alimentaire, un scandale économique, social et environnemental que FNE n'a de cesse de dénoncer. "Le positionnement de la fédération est clair : du champ à l'assiette, il faut mettre fin au gaspillage alimentaire. La lutte contre le gaspillage nécessite une mobilisation générale". Producteur, industriel de l'agro-alimentaire, distributeur, restaurateur ou simple citoyen, tout le monde peut s'investir. Patrick Hervier le constate avec intérêt : "Nombre de nos associations interpellent les acteurs de leur territoire et élaborent avec eux de multiples interventions". Dans les milieux associatifs, la créativité bat son plein, avec les opérations gâchis-mètre (où l'on mesure le pain ou les aliments gaspillés), la manifestation "la faim du monde n'aura pas lieu", organisée par le Crepaq (affiliée à FNE), en Aquitaine, ou la Disco Soupe.

Dans ces deux cas, sous des noms différents, la recette est la même :  récupérer des fruits et légumes invendus, les cuisiner puis les distribuer. Les militants du mouvement France Nature Environnement participent, et pas seulement avec leur épluche-légumes. "Ils se font l'écho de ces initiatives auprès de leur réseau, partagent leur expérience du travail avec les collectivités." Son passé de fonctionnaire - Patrick Hervier a également travaillé  au service "santé/environnement" de la Préfecture des Deux- Sèvres puis pour l'Agence Régionale de Santé d'Île-de-France - est une aide précieuse dans ces moments-là. Il sait alors trouver les mots pour chaque interlocuteur. Car il en est persuadé : tout ne peut pas reposer sur les épaules des consommateurs. "L'essentiel est de trouver, sur cette question du gaspillage alimentaire comme sur tant d'autres, des solutions qui soient acceptables pour tous, explique Patrick Hervier de sa voix posée. Il faut être dans un système gagnant-gagnant. À ce titre, le cas du vrac est plutôt parlant : grâce à la demande croissante du public, de nombreux magasins proposent des produits non emballés dans leurs rayons." 

Trouver des solutions acceptables pour tous

En cette période où la crise économique est dans tous les esprits, les associations de protection de l'environnement doivent redoubler de vigilance : "La crise atteint d'abord les plus fragiles économiquement et socialement. Les populations les plus défavorisées ont moins accès à l'information. La protection de l'environnement ne doit pas être discriminante. Mais elle constitue aussi une sérieuse opportunité pour revoir notre modèle de développement, dans lequel nous ronronnions tranquillement et d'y intégrer le renforcement du lien social." Pour preuve, des initiatives émergent, comme l'usage de téléphones reconditionnés, proposés par les Ateliers du Bocage, entreprise du Réseau Emmaüs "les Ateliers du Bocage". Une bonne habitude que Patrick Hervier, avec l'aide de plusieurs salariés du réseau prévention et gestion des déchets, a introduit à FNE, alliant ainsi le geste à la parole.
 
Bénédicte de Badereau
Par FNE.
Le mardi 27 août 2013
Je relaie J'agis Je donne