Ils font FNE

Pauline Couvin

Administratrice. Issue de FNE Guadeloupe.

Changements climatiques, biodiversité, projets d’aménagement… La présidente de la fédération guadeloupéenne URAPEG revient sur les problèmes environnementaux qui touchent son île, mais aussi sur les motifs d’espoir.

C’est sous climat tempéré, à 6500 kilomètres de Pointe-à-Pitre, près des méandres de la Bièvre, un affluent de la Seine, qu’est née son envie de protéger l’environnement. Dans le jardin de ses parents poussent potirons, pommes de terre, fraises et cerise, que Pauline Couvin savoure avec joie. L’été, elle retourne en Guadeloupe. Elle en rapporte coquillages et émerveillement. Des deux côtés de l’Atlantique, elle profite des trésors de la nature.

De ces souvenirs d’enfant, Pauline Couvin a fait un engagement. Après un début de carrière en métropole, elle s'installe à la fin des années 70 en Guadeloupe avec son époux. Elle se penche sur le développement des systèmes informatiques du centre hospitalier. En parallèle, elle s'intéresse à la protection de la nature et découvre l'Association guadeloupéenne d'orchidophilie, membre de l'URAPEG, l'Union régionale associations patrimoine environnement Guadeloupe, créée en 1983. De fil en aiguille, elle s'investit au sein de cette fédération guadeloupéenne. « J'ai eu de la chance, estime-t-elle, j'ai toujours pu combiner activité professionnelle et vie associative, avec les encouragements de mes collègues.»

Pauline Couvin consacre désormais toute son énergie à la protection de la nature et des paysages guadeloupéens, à travers l'URAPEG, qu'elle préside depuis 2010. Comme tout président d'association de protection de la nature, elle jongle entre rencontres avec les associations et réunions avec les autorités, où elle fait souvent entendre une voix dissonante. Entre réchauffement planétaire, projets d'aménagement absurdes, risques naturels, les sujets d'inquiétude sont nombreux en Guadeloupe. Le scandale du chlordécone, ce pesticide utilisé dans les bananeraies très toxique mais longtemps autorisé, a laissé des traces. Des milliers d'hectares ont été empoisonnés et le sujet fait encore l’actualité. Autre aberration, en outre-mer, les épandages aériens de pesticides sont encore autorisés, alors qu’ils sont interdits en métropole. L'URAPEG se mobilise également contre les projets d'aménagement inadaptés, telle l'extension du grand port maritime de Guadeloupe, un ouvrage surdimensionné pour l'île.

Comme la métropole, la Guadeloupe est confrontée à de nouvelles problématiques environnementales, dont les espèces invasives. Le poisson-lion a été observé officiellement pour la première fois en octobre 2010 dans la région et sa population ne cesse de croître. Pauline Couvin s’en inquiète : « sans prédateur aux Antilles, c’est une menace importante pour les écosystèmes marins côtiers ». L’URAPEG a donc trouvé un début de solution original : devenir le prédateur du poisson-lion, et pour cela, apprendre à l’accommoder en organisant un concours de recettes. 

Dernier phénomène spectaculaire en date, la prolifération sur les plages des sargasses, de longues algues brunes venues du Nord-Est du Brésil, qui comme les algues vertes de l'autre côté de l'Atlantique, dégagent lors de leur putréfaction de l'hydrogène sulfuré, un gaz mortel. Pour frapper un grand coup médiatique, l'URAPEG a mesuré leurs émanations juste avant la venue du Président de la République, en mai 2015. Les chercheurs attribuent l’arrivée des sargasses au dérèglement climatique, qui touche déjà la Guadeloupe.

Cette prolifération n'est pas le seul impact lié au réchauffement planétaire que Pauline Couvin identifie. Cette marcheuse invétérée l'a constaté sur le terrain, l'érosion du littoral s'accélère. « La plage de Saint-Félix s'est retrouvée littéralement coupée en deux par la mer ! », s’exclame-t-elle.  C'est d’ailleurs une certitude : entre montée des eaux, catastrophes naturelles, blanchiment des coraux, destruction des mangroves, Guadeloupe est particulièrement exposée aux impacts du réchauffement planétaire, alors que les activités humaines sont concentrées sur le littoral. L'URAPEG suivra avec attention les négociations internationales sur le climat, en décembre prochain. La première semaine de novembre, la fédération régionale organisera de concert avec FNE un colloque et une grande journée festive autour du climat et des outre-mer, dans le cadre de la campagne « Refaisons le climat ».

L’île n’échappe pas non plus à la surconsommation, caractéristique de l’époque. « Ici comme ailleurs, on rêve d'une grosse voiture, d'une grande maison. Et les gens préfèrent acheter des mangues au supermarché plutôt que d'en ramasser au bord de la route. » La protection de l'environnement est pourtant inscrite dans la mémoire des habitants. « Le développement durable a toujours existé en Guadeloupe, raconte Pauline Couvin. A côté de la maison traditionnelle guadeloupéenne, on plantait un arbre à pain. Un cochon, installé à ses pieds, profitait de son ombre. On le nourrissait avec des pelures, pour le manger à Noël. »

Avec ses 60 000 hectares d'espaces naturels, sur 1 434 km2, l’île ne se résume pas qu’aux plages de sable blanc et aux eaux turquoise. Pauline aime arpenter l’intérieur des terres, marcher dans la vallée étroite des Grands- Fonds de Sainte-Anne, découvrir étangs et cascades, loin des circuits touristiques. Elle profite des sorties organisées par les très actives associations de sa fédération, qui s'investissent auprès de tous les publics. Cette jeune grand-mère est convaincue de l'importance de l'éducation au développement soutenable. « Les enfants peuvent amener les parents à faire attention à leur environnement. Même tout petit, dès l'âge de deux ou trois ans, on peut déjà leur expliquer.»

Depuis avril, Pauline Couvin est également administratrice de France Nature Environnement. C'est une nouvelle étape dans son parcours associatif. Elle sait déjà qu'elle peut s'appuyer sur la fédération nationale pour l'aider, notamment lorsqu'il s'agit d'envisager des recours juridiques. Par sa présence au Conseil d'administration, elle espère aussi avoir une « plus grande connexion avec les DOM ». « Nous rencontrons par exemple des problèmes très similaires à ceux des Réunionnais. Nous devons nous entraider, créer des synergies. C'est tout l'intérêt d'appartenir à une fédération nationale : ne pas rester seuls sur notre île. »  Pour reprendre la chanson, l’eau qui les sépare ne les laisse pas à part.

Bénédicte de Badereau 

Par FNE.
Le lundi 10 août 2015
Je relaie J'agis Je donne