Ils font FNE

Rémy Martin

[Archives] Le président de FNE Midi-Pyrénées (entre 2004 et 2014, ndlr) conjugue combat pour l'environnement et lutte contre les exclusions. Portrait.

Je ne peux pas faire plus ", semble s'excuser Rémy Martin, alors qu'à 45 ans, il affiche déjà un parcours professionnel et associatif impressionnant. Actuel président de FNE Midi-Pyrénées, cet ingénieur en informatique et mathématiques appliquées, qui a toujours travaillé dans le milieu des associations, est directeur salarié de l'Afidel, association de formation et accompagnement professionnel depuis 2005. Père de quatre enfants, marié à Sophie,  agricultrice, il ajoute le plus simplement du monde : " J'essaye de tout concilier ". Et c'est bien ce qu'il fait, car en plus de sa vie professionnelle et de son engagement au sein de FNE, il était jusqu'en 2010 trésorier du Collectif Action Sociale en Comminges, qui gère un centre d'hébergement d'urgence à Saint-Gaudens, mais aussi administrateur de la FNARS Midi-Pyrénées (Fédération Nationale Accueil et Résinsertion Sociale).

Originaire de la région PACA, il part en Midi-Pyrénées pour étudier à Toulouse. Il habite aujourd'hui à Saint-Marcet, un village à une heure de route de la capitale occitane. Alors qu'il fait partie d'une petite association locale qui milite contre le barrage de Charlas, il rencontre des acteurs du mouvement France Nature Environnement (José Cambou, Frédéric Caméo-Ponz et Philippe Pointereau). C'est en 1997 qu'il rejoint Uminate, ancien nom de FNE Midi-Pyrénées, et en 1998 qu'il entre au conseil d'administration. Il en devient président en 2004.

Exergue

Allier le respect des hommes et de la nature

Parmi les nombreux sujets traités par FNE Midi-Pyrénées, il s'intéresse de près à la " transition écologique ". Son ton se fait passionné quand il en parle. " Il faut à la fois aider l'environnement et créer de l'emploi, en soutenant les entreprises qui allient autant le respect des hommes et de la nature ". Des valeurs qu'il met en pratique en s'impliquant dans les jardins de Cocagne, jardins collectifs à vocation d'insertion sociale, basés sur l'agriculture bio et locale, et en favorisant des projets qui lient la création d'emploi à l'environnement. Comme Sicaseli, une coopérative locale du Lot qui soutient et valorise les initiatives locales de développement des circuits de proximité tant agricoles qu'énergétiques, qu’on retrouve sur la Carte de France de l’Appel des 3000 (voir page 6-7).

Pilote du réseau eau à FNE Midi-Pyrénées, il fait de l’eau son deuxième cheval de bataille. " Il faut remettre la qualité de l’eau à l’ordre du jour ", explique-t-il, " cela nous concerne tous et dans tous les domaines : santé, agriculture, maintien des écosystèmes ", avant d’évoquer le collectif FNE Adour-Garonne que l’association a mis en œuvre, avec cinq autres associations du mouvement, la SEPANSO (Aquitaine), PCN (Poitou-Charentes), LNE (Limousin), la FRANE (Auvergne) et LRNE (Languedoc-Roussillon), pour une meilleure mutualisation des moyens.

Créée en 1974, l’association Uminate a depuis deux ans pris le nom de FNE Midi-Pyrénées. " Nous gardons notre indépendance mais cela nous a apporté beaucoup en terme d’image et de reconnaissance. Maintenant, les gens savent tout de suite de qui on parle ". Un renouveau pour l’association, tout comme l’arrivée de la nouvelle directrice, Marie-Laure Cambus, et de son équipe : " Tout a changé. En 2009 et 2010, ça allait plutôt mal. Il y a eu un gros travail fait par les salariés. Aujourd’hui, les bénévoles s’impliquent plus, il y a une meilleure entente avec les salariés, un nouveau site qui a de la gueule. On amorce une dynamique positive. "

Après quinze années au service de FNE et huit ans à la tête de FNE Midi-Pyrénées, le 34e congrès de FNE, organisé en 2010 à Toulouse, est l’un de ses meilleurs souvenirs, sans hésiter. " C’était un moment intense, qui a donné du cœur au mouvement, qui a permis de tous nous rassembler. Une belle réussite ! ". Il évoque également et non sans fierté le collectif Cap’Eau, soit une trentaine d'associations de protection de la nature, d'agriculteurs et de consommateurs de la région réunies pour produire des fiches thématiques autour de la protection de l’eau. Les échanges fructueux entre acteurs de tous bords ont permis un travail de qualité.   

Et pourtant... Et pourtant, à la question " et ensuite ? " Rémy Martin répond : " Il est bon de tourner... Huit ans, ça commence à faire long ". Si cette nouvelle dynamique lui donne envie de continuer, il semble désireux de ne pas rester éternellement à son poste de président. Pas question, en revanche, d’arrêter de militer pour FNE Midi-Pyrénées. Ce combat est une vocation. Il attend la relève, mais aujourd’hui personne ne lui a encore fait part de son envie d’endosser le rôle de président. On souhaite en tout cas à son successeur de porter ses engagements avec autant d’énergie et de passion.

Juliette Quidet-Marty

Rémy Martin en 4 dates

17 juillet 1966 : naissance à Paray-Le-Monial (71)

1997 : premier grand temps fort de la lutte contre le barrage de Charlas. Il devient bénévole à Uminate

2004 : président de FNE Midi-Pyrénées

2010 : membre de la commission particulière du débat public sur le projet d’EPR de Penly

Par FNE.
Le jeudi 05 avril 2012
Je relaie J'agis Je donne