Ils font FNE

Stéphane Hette

Papillon, charançon de l'iris des marais ou libellule... Ce photographe, bénévole à l’Opie, s'intéresse à tous les insectes. Ses atouts ? Une technique originale et une infinie patience.

A l'entendre, volubile, prolixe, butinant d'un sujet à l'autre, difficile de l'imaginer scrutant une libellule des heures durant, attendant qu'elle accomplisse sa métamorphose. C'est pourtant le quotidien de Stéphane Hette, qui, appareil en main, capture la vie des insectes. Sa technique photographique unique rend son travail reconnaissable au premier coup d’œil. « Je prends mes modèles sur des fonds blancs, en extérieur ou dans mon studio, explique cet artiste qui tranche avec le cliché du photographe animalier, silencieux et solitaire. La surexposition gomme les ombres et reliefs du papier. » La frontière entre photographie et dessin naturaliste s’estompe. Restent ces insectes aux silhouettes ciselées, ces fleurs aux couleurs délicates.

 
Thècle du bouleau, par Stéphane Hette

Primé à de multiples reprises, publié régulièrement dans la presse magazine, Stéphane Hette a été le premier photographe naturaliste accroché en 2013 à la Maison européenne de la photographie, espace d'exposition parisien réputé qui met en avant la photographie contemporaine française. Un succès inattendu pour cet artiste qui est venu à la photographie sur le tard. Né à Châlons-en-Champagne un crayon dans la main, il a d'abord fait les Arts appliqués à Bruxelles, avec l'intention de devenir graphiste-illustrateur. Changement de cap complet en 1991 : Stéphane Hette devient officier instructeur dans l'Armée de Terre. « J'étais jeune et naïf, je ne savais pas trop à quoi m'attendre en entrant dans l'armée. Mais cette phase m’a structuré. J'ai appris à respecter des dates-butoir. Et photographes naturalistes et militaires partagent le goût de l'effort ». L'expérience durera sept ans.

 

« Les petites bêtes me fascinent »  

En 1998, nouveau virage. Il s'installe avec sa compagne Cathy dans la campagne champardennaise. C'est presque une révélation. « Au départ, j'étais un vrai citadin. J'avais franchement peur de m'ennuyer à la campagne. Et puis j'ai commencé à contempler la nature qui m'entoure, les papillons, les larves de moustique dans la piscine. C'est toujours fascinant ! » De là naît l'idée de prendre en photo des insectes sur des fonds blancs, de créer des liens entre art, nature et science. Aujourd'hui, il ne se lasse pas de ces moments où il rêve au bord de l'étang, observant les petites bêtes. « J'aime cette proximité, raconte-t-il avec une joie presque enfantine. C'est génial, je travaille dans mon jardin ! En fait, j'ai besoin d'être dans la nature pour être un bon photographe de studio. » Lors de ses balades, dans sa besace, il emporte l'attirail du parfait petit entomologiste : une boîte transparente, une loupe, un filet à papillons. Une fois dans son atelier-labo, pas question de contraindre ses modèles. « Mes flashs ne chauffent pas et lors de la pose, quand ils en ont assez, les insectes s’envolent. C’est une belle image de liberté. »


Gazé ou Pieride de l'Aubépine, par Stéphane Hette

Dès ses premiers essais photographiques, Stéphane Hette a ressenti le besoin d'un éclairage scientifique. Il s'est alors tourné vers l'Opie, Office pour les insectes et leur environnement, association membre de France Nature Environnement. « J’ai commencé par élever des insectes, puis j’ai sympathisé avec toute la bande de l'association, des gens drôles et accessibles, qui transmettent leur enthousiasme pour la nature sans être ennuyeux. » La mission de l'Opie : faire connaître l'univers des insectes et de l'entomologie et toucher le plus de monde possible. « On parle beaucoup des grosses bestioles à sauver au bout du monde, mais les insectes sont un maillon essentiel de nos écosystèmes ». Au fil des ans, Stéphane Hette est en toute logique devenu un spécialiste de la photographie d'insectes, armé de toute la patience nécessaire. Il lui a fallu six années pour obtenir tous les clichés qu'il voulait du Paon du Jour, un papillon commun. Il cherchait à immortaliser toutes les phases de la vie de l'espèce pour illustrer un article pour la revue Nat'images, à laquelle il collabore régulièrement. Il a réalisé plusieurs ouvrages, dont 4m2 de nature (Déclic éditions), avec la complicité de l'illustrateur Marcello Pettineo et du naturaliste Emmanuel Fery, qui mêle avec poésie dessin, photo et connaissance naturaliste.

Une fois l'appareil posé, le cliché parfait en mémoire, le photographe participe aux autres actions de l'Opie. Comme d'autres bénévoles de l'association, il sensibilise les enfants au monde des insectes. Parmi les spécificités de l’Opie, la découverte des insectes in situ ou en élevages est toujours un succès. « Au début, face aux insectes, les enfants ont une réaction de rejet, mais très vite, ils les prennent dans la main, se rendent compte qu'ils peuvent les toucher.  Les phasmes sont assez faciles à élever et avec eux, les élèves apprennent à respecter les petites bêtes et à les voir différemment. C'est aussi l'occasion de parler de la place de chaque espèce dans le cycle de la nature.» Une fois de plus, l'artiste raconte cette expérience avec un enthousiasme communicatif. Son secret ? « Ce que je photographie est beau, bouge en permanence. C'est simple, cela me rend heureux. » 

Bénédicte de Badereau

Repères
1988-1991 : Etudiant aux Arts Appliqués de Bruxelles-Saint-Luc
1991-1998 : Officier instructeur dans l’Armée de Terre
1998 : S’installe dans la campagne champardennaise
2006 : Démarre ses projets « Colocataires » et « Les ailes du désir »
2008 : Adhésion à l’Opie
2013 : Exposition « Art of Butterfly » à la Maison Européenne de la Photographie

 

Retrouvez le travail de Stéphane Hette sur son site Internet : www.artofbutterfly.com
Retrouvez l'Opie sur insectes.org, www.facebook.com/opie.national et sur Twitter @Opie_insectes

 

 

 

Par FNE.
Le lundi 11 mai 2015
Je relaie J'agis Je donne