Ils font FNE

Thierry Dereux

Trésorier. Membre du directoire du réseau prévention et gestion des déchets et du réseau océans, mers et littoraux. Issu de Côtes d'Armor Nature Environnement (CANE).

Administrateur, Thierry Dereux est le président de Côtes d'Armor Nature Environnement. Entre algues vertes et centrale thermique, son département cumule les dossiers compliqués. Portrait d'un homme occupé.

Rassembler les énergies 

 D'office, on comprend que les minutes de Thierry Dereux sont précieuses. Posé sur la table, son téléphone portable vibre à intervalles réguliers. Nous sommes à la mi-septembre et le président de Côtes d'Armor Nature Environnement a passé son été " englué dans le dossier des algues vertes ". D'ici quelques jours, il participera à la grande manifestation sur la plage de Hillion, un des sites bretons les plus touchés (voir page 14).

Dans ce moment d'effervescence, Thierry essaie de rassembler les énergies. Ce Breton d'adoption fait profiter le collectif " Urgences, algues vertes " de son expérience de président de la fédération Côtes d'Armor Nature Environnement. Alors on l'appelle pour lui demander comment rejoindre le collectif, comment participer à la manifestation.

Le sens du consensus

Au fur et à mesure, les inquiétudes s'accumulent. Récemment, Thierry Dereux a appris que la mort d'un chauffeur routier était probablement liée aux algues qu'il transportait. D'autres questions surviennent : que se passe t'il sur les plateformes de tri des déchets au centre de la région ? Y-a-t-il eu d'autres incidents sanitaires ? " Souvent, comme président de fédération, on peut se sentir seul face à des dossiers lourds, un peu comme un chef d'entreprise. Dans ces cas-là, FNE m'apporte un relais national nécessaire. "

Les Côtes d'Armor concentrent un certain nombre de problèmes environnementaux. Il y a l'eau, les algues vertes bien sûr, mais aussi l'implantation d'une centrale thermique à Ploufragan ou les dossiers liés à l'urbanisme côtier et à la concertation sur la réduction des déchets. A chaque fois, Thierry, 58 ans, use de son sens du consensus, expérimenté dans son activité de consultant en études socio-économiques. " J'aime faire avancer les dossiers par la négociation. D'ailleurs, quand le dialogue est clos, l'associatif n'est pas forcément le plus fort. "

Changer son angle de vue

Au début des années 90, ce spécialiste de la construction subit comme tant d'autres la crise de l'immobilier. Loin de baisser les bras, il préside une association d'aide au retour à l'emploi des cadres. Il se bat ensuite pour la restauration d'une abbatiale dans le Nord-Pas de Calais. Puis il découvre l'île de Bréhat et devient membre de Bretagne Vivante 22. De fil en aiguille, il préside Côtes d'Armor Nature Environnement, met son énergie au service de la protection de l'environnement. Tout en s'investissant dans une association de réinsertion.

Je suis un enfant du baby-boom. Longtemps, je ne me suis pas posé de questions sur notre culture productiviste, qui dégrade l'environnement. En entrant dans le monde associatif, Thierry, administrateur de FNE, a changé de regard. Le 27 septembre, avec lui, ils étaient près de 3 000 à manifester à Hillion, pour que des mesures soient enfin prises contre les algues vertes. Avec sur leur banderole cette phrase d'Albert Einstein : " Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent agir et qui refusent d'intervenir. "

Par FNE.
Le vendredi 24 décembre 2010
Je relaie J'agis Je donne