Actualités

On aime les blaireaux !

Présent sur presque tout le territoire, le blaireau reste pourtant très discret. Sa vie nocturne et souterraine lui a donné une mauvaise réputation. Il est encore aujourd’hui considéré par certains comme un « puant » à détruire et fait les frais de l’urbanisation croissante et de l’augmentation du trafic routier.

© photo Denis-Richard Blackbourn

En noir et blanc

Le blaireau européen (Meles meles) fait partie de la famille des mustélidés, comme la fouine ou la belette. En Europe, c’est le plus grand d’entre eux : son corps mesure entre 70 et 90 cm et il pèse en moyenne 12 kilos, mais peut dépasser les 20 kilos en automne lorsqu’il a accumulé des réserves de graisses pour l’hiver. Le blaireau est facilement reconnaissable à son masque facial blanc barré de deux bandes noires qui couvrent ses petits yeux et remontent jusqu’à ses oreilles. Le reste du pelage, uniformément gris, devient noir sous le ventre et les pattes. C’est un mammifère massif, court sur pattes avec une croupe plus large que les épaules. Sa queue courte, ses pattes robustes et dotées de puissantes griffes, sa tête petite et conique traduisent son adaptation à la vie fouisseuse.

Un terrier pour la vie

Le terrier est indispensable au blaireau - il y passe près de la moitié de sa vie - et se transmet de génération en génération. Vivant en clan d’une dizaine d’individus, les blaireaux entretiennent plusieurs terriers dissimulés dans des zones boisées ou dans la végétation. Le terrier principal, le plus grand, peut s’étendre sur 10 à 15 mètres de long et peut compter plusieurs entrées. N’hibernant pas, ce terrier sert de gîte lors de mauvaise saison (automne et hiver) et est utilisé par les femelles pour la mise bas. Les galeries forment un vrai labyrinthe sur plusieurs niveaux, dont la longueur totale peut atteindre jusqu’à 300 mètres. Ce réseau est parsemé de petites chambres servant de dortoirs. Confortables, elles sont recouvertes d’une litière d’herbes sèches, de fougères ou de mousses régulièrement renouvelée. Des terriers secondaires parsèment le territoire du clan. Plus petits et utilisés moins fréquemment, ils servent de refuge en cas de dérangement ou de lieux de repos près des zones de recherche de nourriture.

Cueilleur mais pas chasseur

Ayant passé la journée à l’abri dans son terrier, le blaireau sort au crépuscule après avoir longuement humé l’air pour s’assurer de l’absence de danger. Une fois dehors, il nettoie avec soin son pelage et explore les alentours à la recherche de nourriture. Peu adapté à la poursuite ou à la capture de proies en mouvement, il a opté pour un régime omnivore. Son mets de prédilection est le ver de terre agrémenté selon les opportunités et les saisons, par des céréales, des fruits, des glands, des escargots et des limaces…

Sociable

La cohabitation dans un terrier implique une hiérarchie entre les individus du clan, sans que pour autant il y ait une exclusivité pour la reproduction. Les séances de toilettage à la sortie du terrier renforcent les liens entre les individus et les sons allant du grondement au couinement permettent aux individus de communiquer entre eux. La communication olfactive par les crottes et l’urine ou les sécrétions musquées des glandes anales sert à délimiter le territoire. Elle renseigne aussi sur l’âge, le sexe, l’état reproductif de l’individu et chaque clan a sa propre odeur.

La mauvaise réputation

Accusé de transmettre la rage, partageant de plus son terrier avec le renard, il a été la cible de destructions par le gaz et le poison. L’amélioration des connaissances sur l’espèce l’a peu à peu réhabilité, mais on lui reproche de provoquer des dégâts dans les céréales ou d’occasionner des
gênes en creusant des galeries. Il est également accusé d’être porteur de la tuberculose bovine et subit de lourdes campagnes de destruction dans certains départements, et ce alors même que le
principal diffuseur de la maladie serait le transfert du bétail d’une ferme à l’autre sans encadrement sanitaire. L’expansion urbaine, les modifications du paysage, les dérangements et la mortalité routière viennent compléter le tableau des menaces. Enfin, l’espèce reste chassable en France. Outre la destruction par le tir, le blaireau peut faire l’objet de vènerie sous terre, une méthode de chasse cruelle visant à faire acculer par des chiens un animal dans son terrier puis à le déterrer et le saisir avec des pinces.

Plaidoyer pour le blaireau

France Nature Environnement estime que la destruction du blaireau n’est plus une réponse acceptable d’autant que l’espèce ne prolifère pas, provoque peu de nuisances et que des solutions existent (clôture, répulsifs) pour prévenir les rares dégâts ou les ramener à des niveaux acceptables. Il existe également des moyens de réduire les collisions avec les véhicules en prévoyant des passages à faune dès la création des infrastructures de transport. Des mesures nécessaires car il est probable que la situation du blaireau soit peu florissante et localement certaines populations sont clairement menacées. À quand le blaireau espèce protégée ?

Une reproduction en différée

Le blaireau peut s’accoupler toute l’année, mais une période d’activité sexuelle plus intense a lieu de mi-janvier à mi-mars correspondant à l’ovulation principale des femelles matures. Deux autres périodes moins marquées ont lieu de mars à mai et de juillet à octobre. Pour autant, les naissances ne sont pas étalées tout au long de l’année : l’œuf fécondé suspend son développement et reste de 1 à 10 mois dans l’utérus. Il s’implantera dans la paroi utérine qu’en hiver, entre mi-décembre et mi-janvier, période à laquelle la gestation démarre véritablement. Ceci implique que des jeunes d’une même portée peuvent être de géniteurs différents et avoir été conçus à des périodes différentes.

 

Stéphanie Morelle,
Chargée de mission biodiversité
La Lettre du Hérisson°259

Par FNE
Le lundi 11 janvier 2016
Je relaie J'agis Je donne