Actualités

Aménagement du territoire : mieux intégrer la biodiversité dans les projets

Dans un avis rendu public ce 11 janvier, l’Académie des technologies recommande de mieux intégrer la biodiversité dans les projets d’aménagements du territoire.

La relation entre biodiversité et aménagement des territoires est certes évidente. Mais la qualification de cette relation l’est beaucoup moins. C’est pourquoi l’Académie des technologies, associée à l’Académie d’agriculture, a demandé à un groupe de travail composé de scientifiques, de juristes et d’industriels, de préciser cette relation.

Les principales conclusions de ce travail, étalé sur plusieurs années, sont reprises dans l’avis adopté le 9 décembre 2015 et publié le lundi 11 janvier 2016.

Cet avis rappelle dans un premier temps l’intérêt « fondamentalement justifié, pour la biodiversité ». Il s’attache à définir le concept et les enjeux, avant d’aborder le lien avec l’aménagement du territoire.

L’on pourra regretter le traitement un peu caricatural de cette question. L’Académie estime que la biodiversité, objet complexe et encore mal connu, est traitée d’une manière fixiste, stricte et exagérant les enjeux. Elle recommande au contraire, de l’aborder dans le cadre de l’aménagement du territoire selon une vision dynamique, pondérée et rigoureuse.

Toutefois, nous souscrivons pleinement à la conclusion de l’avis. Il est en effet dit que : « tout projet d’aménagement doit intégrer, lors de l’étude d’impact, l’ensemble des dimensions de la biodiversité, les négatives autant que les positives, ainsi que l’analyse des bénéfices et des coûts, des avantages et des inconvénients, liés à la fois au projet, à la préservation et à la valorisation d’écosystèmes spécifiques, voire à inclure dans les aménagements un accroissement de la biodiversité. »

L’avis cite par ailleurs avec justesse les étapes du triptyque « éviter / réduire / compensation » lorsqu’il s’agit d’aménager. Il reconnaît que les mesures compensatoires doivent « faire encore l’objet de travaux d’expérimentation et de recherche, pour garantir l’atteinte des objectifs visés, augmenter les taux de succès et réduire, si faire se peut, les délais d’obtention sur les sites restaurés de l’état écologique qu’avaient les sites détruits. » Rappelons que le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages contient à ce jour des dispositions en matière de compensation écologique.

L’avis appelle par ailleurs à un développement des « recherches sur la biodiversité afin d’acquérir de nouvelles connaissances permettant de faciliter la prise de décision ». Encore une fois, nous souscrivons.

L’Académie termine en écrivant que cette connaissance doit aussi permettre de développer « une véritable ingénierie écologique » autorisant « une gestion dynamique et adaptative de la biodiversité (…) dont la conservation ne serait qu’une des modalités ».

Par FNE
Le mercredi 13 janvier 2016
Je relaie J'agis Je donne