Education & sensibilisation

Annick Noël

Enseignante maintenant à la retraite et bénévole au Crepan, Annick Noël est engagée depuis longtemps en faveur de l’éducation à l’environnement. Un engagement qu’elle met aussi au service du réseau Education de FNE !

Photo ©Denis RAOULX

Qui es-tu ? Que fais-tu ?

Avec une enfance partagée entre la Bretagne et Paris, je découvre avec curiosité la nature dans des milieux variés. Afin de comprendre ce que j’observe, je suis des études de sciences naturelles à la Sorbonne et passe l’agrégation. J’enseigne en lycée, à Paris puis à Caen où j’arrive en 1970. J’y découvre le Crepan (Comité Régional d’Étude pour la Protection et l’Aménagement de la Nature en Normandie) dont je suis vice-présidente. En 2000, j’entre au CA de FNE et deviens co-pilote du réseau « éducation à la nature et à l’environnement » qui se crée.
Parmi mes actions, je privilégie la rencontre avec le public, soit par des stands, soit par des sorties (adaptées aux aveugles). Je propose en particulier des découvertes des plages à marée basse prolongées par un bilan convivial et pédagogique dans un bar proche.

 

Pour toi, l'éducation et la sensibilisation à l'environnement et à la nature c'est quoi ?
Qu’est-ce qui t’a amené à te tourner vers ce domaine ?

Sensibiliser, pour faire naître un intérêt, développer une curiosité… Éduquer en apportant des connaissances et des éléments de réflexion, avec l’espoir qu’il en résulte des changements de comportement. C’est mon engagement au Crepan et à FNE qui m’a amenée à me tourner vers ce domaine, plus que mon activité professionnelle qui a cependant des liens forts avec l’éducation à l’environnement.

 

Si tu pouvais faire 3 vœux pour l'éducation à l'environnement ?

 

Ton plus beau souvenir ?

Concernant la nature, je garde un souvenir d’enfance extraordinaire des Botrylles, ascidies coloniales fixées sur les rochers bretons, colorées, délicates avec leurs « pétales » en gelée. Et l’envie d’en savoir plus.

 

Si tu étais un autre animal ?

Une hirondelle, pour le vol, la rapidité, les voyages.

 

Si tu étais un végétal ?

Une bruyère fleurie, au vent d’une lande bretonne.

 

Un message à faire passer aux lecteurs.trices ?

À plus de 80 ans, je poursuis mes activités associatives comme si de rien n’était, ou presque, et j’en tire beaucoup de satisfactions. Alors, vous les plus jeunes, vous voyez, la retraite vis-à-vis de la nature, ce n’est pas pour tout de suite... Courage !

Par fne-writer
Le vendredi 04 août 2017
Je relaie J'agis Je donne