Actualités

Annulation des tirs du Vautour fauve en Ariège

FNE Midi-Pyrénées, le comité écologique ariégeois et la LPO ont obtenu l’annulation de la décision du préfet de l’Ariège d’autoriser en 2014 les tirs d’effarouchement des vautours fauves dans 214 communes du département.

Une décision contestable

En 2014, le préfet avait autorisé les tirs d’effarouchement du Vautour fauve, espèce protégée, avec l’objectif de faire cesser les perturbations et les dommages engendrés par ces oiseaux sur les troupeaux.

Une décision plus que contestable, lorsque l’on connaît la biologie de ces rapaces nécrophages. Les vautours sont mal équipés pour tuer : leur bec crochu ne leur sert que pour dépecer des cadavres et si elles sont robustes, leurs pattes ne leur permettent pas de tuer des proies. Les vautours ont un rôle écologique important : ils éliminent les animaux morts des troupeaux présents en montagne. « Culs de sac épidémiologiques », les vautours sont des équarrisseurs naturels sûrs et gratuits pour le monde pastoral, et non pas des ennemis.

Le tribunal annule l’autorisation préfectorale

Les associations, estimant que cette décision était contestable, avaient saisi la justice. Le 3 mai 2017, le tribunal administratif de Toulouse a annulé l’arrêté du préfet, au motif qu’aucun dommage important ne peut être imputé aux vautours. Un jugement qui certes donne raison aux associations qui dénoncent des tentatives de stigmatisation de cette espèce, mais qui intervient plusieurs années après la décision alors que le mal a été fait.

Le Vautour fauve, une espèce en reconquête

Les populations de Vautour fauve sont en France circonscrites au massif montagneux des Pyrénées, des grands causses et du sud des Alpes. C’est pour cela que dans plusieurs dizaines de sites en France (Aveyron, Lozère, Gard, Drome, Aude, Pyrénées-Atlantiques…), des placettes d’équarrissage naturel sont gérées par des éleveurs.

Ils remplissent une fonction écologique importante en tant que nettoyeurs. Un rôle mal compris qui suscite beaucoup de désinformations qui vont jusqu’à présenter l’oiseau comme un prédateur s’attaquant aux troupeaux. D'un point de vue scientifique, on ne peut pas pour l'instant soupçonner un changement de comportement des vautours, qui passeraient de charognards à prédateurs. Toutefois, la position d'un animal en difficulté (naissance à problèmes, animal blessé...) peut tromper le vautour. Ces cas rares portent sur des animaux de toute façon condamnés. Pour en savoir plus

Par fne-writer
Le mardi 09 mai 2017
Je relaie J'agis Je donne