Actualités

Biodiversité et droits de l’homme : des liens évidents à renforcer

John H. Knox, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'homme et l'environnement, a présenté ce 1er mars son rapport sur la relation entre les droits de l'homme et la biodiversité.

Le plein exercice des droits de l’homme, notamment des droits à la vie, à la santé, à l’alimentation et à l’eau, dépend des services rendus par les écosystèmes. Cela sonne aujourd’hui comme une évidence. Mais l’on oublie ou l’on ignore bien souvent que ces services sont tirés de la biodiversité.

De fait, dans le monde entier, la dégradation et à la destruction rapides que connaît la biodiversité ont de graves et vastes conséquences pour le bien-être humain.

C’est cette évidence que John H. Knox, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'homme et l'environnement, a développé dans son rapport sur les obligations relatives aux droits de l’homme qui se rapportent à la conservation et à l’utilisation durable de la biodiversité.

Ce rapport fait suite à la consultation électronique qui s’est déroulée entre juillet et septembre 2016 et à laquelle notre fédération avait participé en versant une contribution de 5 pages.

Il rappelle notamment que la perte de biodiversité diminue la productivité et la stabilité de l'agriculture et de la pêche, détruit des sources potentielles de médicaments, augmente l'exposition à certaines maladies infectieuses et supprime les filtres naturels du cycle de l'eau, fragilisant le droit à l'eau.

Si cette perte de biodiversité affecte tout le monde, elle touche surtout les plus démunis, qui dépendent le plus de la nature pour leur vie matérielle et culturelle, estime également M. Knox.

Le rapporteur spécial conclut donc qu’aborder la question de la conservation et à l’utilisation durable de la biodiversité sous l’angle des droits de l’homme :

En retour, M. Knox invite les États à « admettre que les défenseurs de la biodiversité sont également des défenseurs des droits de l’homme ». Il conclut son rapport en exhortant les acteurs institutionnels, privés et associatifs à agir chacun à leur niveau. Il leur recommande notamment respectivement d’établir des cadres juridiques appropriés, de  respecter les principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme et de partager les bonnes pratiques

Le rapporteur spécial présentera officiellement son rapport au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies le 7 mars 2017.

Nous espérons qu’il permettra de faire admettre et percoler l’approche fondamentalement humaniste qui anime les actions quotidiennes de France Nature Environnement et de ses associations en faveur de la nature et de l’environnement.

Photo : © Herriest / Pixabay CC0 Public Domain

Par fne-writer
Le jeudi 02 mars 2017
Je relaie J'agis Je donne