Actualités

Espèces exotiques envahissantes : les échappées

Plantées pour décorer un jardin, cachées au fond d’un pot ou planquées dans les cuves d’un bateau, les espèces exotiques envahissantes prennent leurs aises dans nos écosystèmes, parfois au point de menacer la faune et la flore sauvages autochtones, de présenter des risques pour la santé humaine et pour les activités économiques. Un phénomène préoccupant qui s’accélère, en métropole comme outre-mer.

[Lettre du Hérisson 264] Des premières migrations des hommes du Néolithique à la mondialisation des échanges d’aujourd’hui, l’homme a emporté volontairement et involontairement des plantes et des animaux. Parfois pour le meilleur, comme avec la pomme de terre, rapportée de Colombie par les conquistadors, qui sauvera des millions d’Européens de la famine. Mais aussi pour le pire : au 14e siècle, un tiers de la population d’Europe occidentale a été décimée par la peste noire, transmise par des rats embarqués sur les navires des marins génois. Aujourd’hui, chaque cargo et avion qui sillonne le monde est le vecteur potentiel d’une crise écologique, sanitaire ou économique, et plus aucun recoin du monde ne semble désormais épargné, des flots de marchandises et de voyageurs étant déversés aussi bien sur des îlots perdus que sur les terres antarctiques.

Portrait-robot

Si la plupart des espèces exotiques introduites sont inoffensives, voire sont bénéfiques pour l’homme et ses activités, un faible pourcentage d’entre elles s’échappent et s’adaptent si bien aux conditions de leur nouveau milieu qu’elles envahissent les écosystèmes au détriment des espèces autochtones, de la santé humaine ou des activités économiques. On parle alors d’espèce exotique envahissante. Plante ou animal, elle présente certaines particularités : une capacité de reproduction, de multiplication et d’adaptation importante, une croissance rapide, une forte résistance aux perturbations et aux maladies, une absence ou un nombre restreint de prédateurs naturels. Certaines plantes exotiques envahissantes prolifèrent même à partir d’un petit bout de tige ou racine.

De redoutables compétitrices

Dans des milieux déjà fortement perturbés et dégradés (surexploitation, pollution…), les espèces exotiques envahissantes entrent en compétition avec les espèces indigènes, s’en nourrissent, les remplacent ou s’hybrident avec elles. Certaines plantes impactent le fonctionnement des milieux en changeant les propriétés du sol, en modifiant la température, la luminosité ou le taux d’oxygène de l’eau. Cette concurrence conduit parfois à la disparition des espèces indigènes, notamment dans les îles marquées par un fort endémisme.

Mais la menace est également forte dans les zones continentales en raison des effets sur la santé ou la sécurité, car, en prime de leur impact sur la biodiversité, certaines espèces, comme les Ambroisies (voir encadré) sont allergènes, irritantes ou transmettent des maladies. Sans compter les atteintes aux infrastructures, problématiques lorsque, par exemple, des plantes obstruent des canalisations de refroidissement de centrales énergétiques. Tout cela a un coût économique important, qui s’élèverait à des centaines de milliards de dollars à l’échelle mondiale.

Les stratégies s’affinent

Longtemps sous-estimées ou ignorées, ces menaces sont de plus en plus prises en compte. La lutte contre les espèces exotiques envahissantes s’organise. Les stratégies sont multiples : amélioration des connaissances scientifiques, mise en place d’outils juridiques pour interdire l’introduction, la commercialisation, le transport, organisation du contrôle des espèces les plus préoccupantes, développement de dispositifs de prévention et de lutte contre la propagation de ces espèces. L’Union européenne a publié durant l’été 2016 la liste des 37 espèces les plus préoccupantes et la France travaille actuellement à l’élaboration d’une stratégie nationale qui déclinera les lignes directrices européennes. France Nature Environnement et ses associations contribuent à leur échelle à l’élaboration de cette stratégie et participent activement sur le terrain à des opérations d’éradication. 

Trois cas d'écoles

La bactérie, la tique et l’écureuil

Débarquée en Europe de Nouvelle-Angleterre, la bactérie Borrelia, responsable de la maladie de Lyme, s’est alliée sans difficulté avec les tiques autochtones. Dans la forêt de Sénart, en Seine-et-Marne, celles-ci se sont agrippées au Tamia de Sibérie, petit écureuil de compagnie relâché en nombre par des propriétaires indélicats (en photo). L’animal est devenu le vecteur sain parfait de cette maladie aux effets neurologiques graves.

L’Éponge chinoise

Cette éponge massive peut atteindre un volume proche du mètre cube et se régénère rapidement après avoir été écrasée. Originaire de mer de Chine et du Japon, cette espèce se retrouve aujourd’hui du Golfe du Morbihan jusqu’au bassin d’Arcachon. Son arrivée est probablement liée à l’introduction des huîtres creuses japonaises. Sa présence bouleverse complètement l’écosystème local.

L’Ambroisie à feuille d’armoise

Venue d'Amérique du Nord, cette plante est apparue en France en 1863, vraisemblablement introduite par un lot de semences fourragères. Elle se répand depuis les années 50 à la faveur des grands travaux d'aménagement du territoire. Lutter contre la dissémination de cette plante, très allergène, est une question de santé publique : 6 à 12 % de la population y est sensible.

 

Stéphanie Morelle,
chargée de mission biodiversité 

Lettre du Hérisson 264 

Crédit photo : Andrew Berezovsky - fotolia.com

Par FNE
Le mercredi 04 janvier 2017
Je relaie J'agis Je donne