Actualités

Gestion de la présence du Loup : l’État fait fausse route selon les scientifiques

L’expertise scientifique MNHN-ONCFS, rendue fin mars, attire l’attention de l’État sur les risques que fait peser les choix de « gestion » actuels sur le maintien d’une population viable de loups dans notre pays. Les tirs sont trop nombreux et non sélectifs, et n’ont pas d’efficacité automatique sur la prévention des dommages.

Une commande ministérielle

En avril 2016, le Secrétariat d’État à la Biodiversité a commandé au Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), une expertise collective scientifique et technique sur la situation du loup en France à l’horizon 2025/2030. L’objectif de cette évaluation prospective était de dégager les conditions de viabilité à long terme de l’espèce en France et d’établir des scénarios sur l’extension géographique possible de la population.

Le panel d’experts chargé de conduire ce travail sous la présidence du Pr. Yvon Le Maho, a rendu son rapport le 24 mars dernier. Celui-ci vient d’être mis en ligne sur les sites Internet du MNHN et de l’ONCFS.

Cette expertise, complétée par une étude socio-anthropologique sur les effets de la présence du loup ainsi que par les travaux de groupes de travail intégrant les parties prenantes, doit permettre à l’État de déterminer les mesures à mettre en place pour garantir la coexistence entre la présence pérenne de cette espèce et les activités humaines, dont l’élevage pastoral.

Des bornes indicatrices

Les scientifiques estiment que le seuil de viabilité robuste d’une population de loups est difficile à estimer, selon des conditions bio-géographiques mouvantes. Néanmoins, sur la base des connaissances scientifiques actuelles, ils estiment ce seuil dans une fourchette de 2 500 à 5 000 loups matures. Rappelons que la population française est actuellement estimée à 300 loups environ. Il est nécessaire également de maintenir des connexions avec les populations lupines des pays voisins, sachant qu’il « serait biologiquement et juridiquement risqué de faire reposer la viabilité à long terme de l’entité française uniquement sur le devenir des autres noyaux européens et des connexions avec ces derniers ».

Par ailleurs, si la population française n’est pas exposée à un risque d’extinction démographique immédiat, l’expertise détermine qu’au delà d’une mortalité annuelle de 34 %, l’espèce verra ses effectifs diminuer. Tout en rappelant que la mortalité du prédateur, toutes causes confondues, s’est élevée à 22 % par an en moyenne entre 1995 et 2013, mais qu’elle s’est accrue ces dernières années.

Or, les chercheurs font remarquer, qu’après plusieurs années d’augmentation, la population de loup n’a plus augmenté depuis 2014. Cette stabilisation correspond au moment où l’État s’est engagé dans une nette augmentation des tirs. Sans qu’ils aient pu conclure à une preuve de cause à effet, les scientifiques tirent néanmoins la sonnette d’alarme : si la politique de gestion de l’espèce devait se poursuivre avec un niveau haut de tirs (40 loups pour 2016/2017), entraînant une baisse ou une stabilité des effectifs, elle induirait l’impossibilité d’atteindre les objectifs de viabilité génétique à long terme sur le territoire français.

Aussi, les scientifiques estiment que les destructions d’individus ne devraient pas dépasser les 10 % des effectifs de loups pour permettre à la population d’être « au moins » stable. Or, les pourcentages de loups légalement tués ont oscillé entre 12 et 14 % ces dernières années. Ainsi que FNE l’a détaillé auprès de la Commission Européenne ces dernières années, l’Etat français conduit aujourd’hui une politique de contingentement numérique et géographique de l’espèce : ses justifications mathématico-politiques ne sont aujourd’hui plus tenables, devant les éléments scientifiques produits par ses propres services. 

L’expertise scientifique souligne également l’importance d’évaluer l’efficacité des tirs de loups sur la prévention des dommages d’une part, sur la dynamique de la population d’autre part. Ce qui n’a pas été réalisé ni même initié par l’Etat, bloqué dans une approche seulement « quantitative » de la gestion de l’espèce. Devant la disparité des conséquences de ces tirs, qui peuvent dans certaines conditions être contre-productifs en termes de dommages aux troupeaux, les scientifiques écrivent qu’il « est clair que le nombre de loups pouvant être retirés de la population ne pourrait à lui seul moduler les niveaux d’attaques sur le long terme ».

Vers une gestion adaptative

Enfin, étant donné qu’il est très difficile de prédire l’évolution des effectifs de loups d’ici à 2030, ainsi que la répartition géographique à venir de l’espèce, les scientifiques recommandent de conduire une gestion adaptative de la présence du loup, basée sur la poursuite d’une collecte adaptée des indicateurs de tendance. Cette gestion adaptative est définie comme un processus dynamique qui intègre la compréhension des systèmes naturels et de leurs réponses aux actions mises en œuvre et qui prévoit un ajustement des  mesures en fonction de l’évaluation des effets des décisions prises antérieurement sur la population de loups. Ceci afin de « favoriser la mise en place combinée de tous les outils disponibles visant à une population viable de loups en France coexistant avec le pastoralisme ».

Par fne-writer
Le mercredi 12 avril 2017
Je relaie J'agis Je donne