Actualités

Grand Hamster : Barbara Pompili souhaite une zone prioritaire pour la biodiversité

En déplacement en Alsace ce 27 février, la Secrétaire d’Etat suggère aux acteurs locaux de se saisir de ce nouvel outil.

La Secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, Barbara Pompili, s’est déplacée le 27 février dans la région strasbourgeoise pour notamment faire le point sur le dossier Grand Hamster, espèce qui n’est présente en France que dans les terres agricoles alsaciennes.

Elle a tenu à rencontrer les acteurs locaux concernés par la préservation de cette espèce, après avoir visité des parcelles agricoles inscrites dans la mesure agroenvironnementale collective « Grand Hamster » à Ernoslheim-sur-Bruche.

Elle a évoqué avec eux les différentes actions à mettre en œuvre pour enrayer le déclin de l’espèce, marqué par une réduction de ses effectifs (environ 800 individus actuellement) et une contraction de son aire de répartition (400 terriers connus sur 13 communes).

Parmi celle-ci figure l’étude de la création d’une zone prioritaire pour la biodiversité, nouvel outil de préservation des espèces à la disposition des préfets depuis le 16 février 2017.

Ce nouvel outil a été mis en place par l’article 74 de la loi biodiversité et son application vient d’être précisée dans le décret n° 2017-176 du 13 février 2017.

Ainsi, lorsque l’évolution des milieux naturels ne permet plus de garantir des conditions de vie favorables à une espèce protégée, le préfet de département pourra délimiter des zones dans lesquelles un programme d’action en faveur de l’espèce concernée sera mis en place.

Ce programme d’action sera dans un premier temps volontaire et pourra inclure des pratiques agricoles, pouvant faire l’objet d’aides et à choisir parmi une liste limitative de 7 mesures : maintien d'une couverture végétale du sol ; travail du sol, gestion des résidus de culture et apports de matière organique ; gestion des intrants ; diversification des cultures par assolement et rotations culturales ; maintien ou création de haies et de fossés d'infiltration ; restauration ou entretien d'un couvert végétal spécifique ou restauration ou entretien de zones humides.

La zone prioritaire pour la biodiversité vise donc à mobiliser les acteurs d’un secteur donné, particulièrement  les collectivités territoriales et les représentants des propriétaires et des exploitants agricoles, pour la préservation d’une espèce protégée et menacée.

Si les actions définies collectivement ne sont pas mises en œuvre ou n’apportent pas les résultats attendus, le préfet pourra rendre certaines actions du programme obligatoires au bout de 5 ans, voire de 3 ans si l’état de conservation de l’espèce le nécessite.

Ce nouvel outil apparaît donc bien adapté au cas du Grand Hamster, rongeur qui apprécie particulièrement les sols meubles des champs de blé ou de luzerne qui lui offrent le gîte et le couvert.

Nous espérons que les acteurs alsaciens, motivés par le discours de la Secrétaire d’Etat, sauront se saisir de l’outil et verront dans la zone prioritaire pour la biodiversité, une opportunité non seulement pour le Grand Hamster, mais aussi pour le maintien des terres agricoles en plaine d’Alsace, convoitée par des aménageurs de tout poil à l’appétit vorace.

Photo : © M. Vieujeau / GEPMA / FNE

Par fne-writer
Le mardi 28 février 2017
Je relaie J'agis Je donne