Actualités

Grippe aviaire : la vigilance est de mise aussi chez les naturalistes !

Face à l’épisode de grippe aviaire qui frappe l’Europe et la France, nos associations sont concernées et mobilisées.

Un nouveau virus d’influenza aviaire hautement pathogène, baptisé H5N8, sévit en Europe depuis octobre 2016. Il est arrivé rapidement en France puisqu’un premier cas est détecté le 26 novembre dans le Pas-de-Calais sur des canards utilisés comme appelants pour la chasse au gibier d'eau, puis le 1er décembre dans un élevage de canards du Tarn.

Ce virus se caractérise par :

De fait, l'ensemble du territoire métropolitain est placé en risque « élevé » au regard de la grippe aviaire depuis le 5 décembre 2016. Un abattage préventif de près d’un million de canards et d'oies d’élevage dans 187 communes des 4 départements les plus touchés (Gers, Landes, Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées) a également été ordonné dans l’optique de maîtriser l’épidémie.

La contamination de la faune sauvage semble être plus limitée puisque seuls cinq foyers sont signalés à ce jour sur quatre départements. Outre le Pas-de-Calais avec le foyer sur appelants, sont concernés la Manche (2 canards siffleurs) Haute-Savoie (2 goélands sur 2 communes) et le Tarn (1 tourterelle turque).

Le virus touchant les oiseaux sauvages n’est pas exactement le même que celui qui touche les élevages domestiques, selon les premières analyses conduites. L’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) estime ainsi que deux virus et deux voies d’introduction coexistent sur le territoire.

Ce sont donc les conditions d’élevage et de commercialisation des canards et oies domestiques qui expliquent principalement la gravité de ce nouvel épisode de grippe aviaire. L’on ne peut toutefois pas exclure le rôle des oiseaux sauvages dans la propagation du virus. C’est pourquoi des mesures de biosécurité sont imposées aux éleveurs pour empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages.

Pour leur part, les naturalistes sont aussi appelés à agir et à se mobiliser à deux niveaux :

1. la surveillance des cas d’oiseaux morts ou moribonds

Cette surveillance permet de détecter la présence du virus H5N8 chez les oiseaux sauvages. Sont particulièrement concernées les espèces d’Anatidés (cygnes, canards, oies), de Laridés (mouettes, goélands) et Rallidés (poules d’eau, foulques, râles). Les animaux trouvés morts ou moribonds dans la nature sont à signaler au service départemental de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

Pour les autres espèces, seules les mortalités groupées (au moins 3 oiseaux trouvés morts simultanément) doivent être signalés. En centres de soins, les mortalités subites de rapaces diurnes ou nocturnes sont également à faire remonter.

2. le respect de règles sanitaires dans l’observation des oiseaux

Il est important de ne pas transporter passivement le virus avec vos bottes ou chaussures, les roues de votre véhicule, votre matériel d’observation, etc.

Veillez donc à respecter certains précautions pour vous garer, vous vêtir, nettoyer votre équipement ou manipuler les animaux, particulièrement si vous devez intervenir régulièrement dans une zone humide. Vous trouverez tous les conseils nécessaires sur le site Internet de l’ONCFS ou dans ce document à télécharger.

La mobilisation et le bon sens de tous sont essentiels et nécessaires dans la lutte contre cette nouvelle épidémie de grippe aviaire.

Par fne-writer
Le mercredi 11 janvier 2017
Je relaie J'agis Je donne