Actualités

LGV du Sud-Ouest : à quels sacrifices êtes-vous prêt pour soutenir la croissance de la mobilité ?

En juin 2016, le projet de lignes à grandes vitesses (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax a été déclaré d’utilité publique par le Ministre des Transports, ceci après deux débats publics houleux, un rapport de la cour des Comptes très critique et une enquête publique défavorable. La SEPANSO Aquitaine, association membre de France Nature Environnement (FNE), continue de se mobiliser contre ce projet surdimensionné, qui détruit inutilement l’environnement alors que des alternatives, moins coûteuses et plus intéressantes pour répondre aux véritables besoins de déplacements existent.

A l’heure actuelle, les déplacements sur la ligne Bordeaux-Toulouse deviennent problématiques, notamment à partir des gares intermédiaires. Les infrastructures et le matériel roulant vieillissent, de nombreux retards, pannes et incidents de réseaux dégradent la qualité de service et la circulation des trains. Au lieu de répondre à ces problématiques de mobilité du quotidien, le gouvernement a lancé un Grand Projet ferroviaire du Sud Ouest (GPSO) : ce projet de prestige consiste à construire deux nouvelles lignes à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax (à terme Bordeaux-Dax-Espagne), partageant un tronçon commun de 55 km en pleine nature au sud de Bordeaux.

GPSO, le Grand Projet Inutile du Sud-Ouest

Ce projet de LGV à 3 branches reliant Bordeaux à Toulouse et Dax qui ne répond que très imparfaitement aux besoins des usagers a été imaginé pour inciter les collectivités de la région Midi-Pyrénées (actuellement Occitanie) à financer la LGV Tours-Bordeaux, en tant que tronçon d’une future liaison LGV Paris-Toulouse par Bordeaux. La création de cette ligne sacrifie de ce fait la ligne historique Paris-Toulouse par Orléans et Limoges (POLT). En ces temps de disette économique, investir 9 milliards d’euros dans la construction de nouvelles lignes ferroviaires, alors que la modernisation nécessaire et suffisante du réseau classique de desserte des territoires coûterait beaucoup moins (1,5 millliard pour le tronçon Bordeaux-Toulouse), nous semble un mauvais calcul.

En effet, la LGV Bordeaux-Dax serait plus longue de 35 km que la ligne historique dont la simple modernisation offrirait un gain de temps équivalent à celui promis par la LGV. Qui plus est, elle comporterait une gare nouvelle située à 16,5 km de la gare centrale de Mont-de-Marsan, où les voyageurs ne pourront se rendre que par la route. La branche Bordeaux-Toulouse qui, elle aussi, comporterait deux gares externalisées, offrirait certes un gain de temps supérieur à l’aménagement de l’existant (environ 30 minutes), mais au prix fort pour l’environnement, l’usager du rail et le contribuable.

L’emprise de ce projet pharaonique à 9 milliards d’euros couvre 4.830 hectares de forêt, de terres agricoles ou viticoles, ainsi que de nombreuses zones naturelles remarquables. A titre de comparaison, l’emprise de l’aéroport Notre Dame des landes, autre grand projet inutile, n’est que de 1426 hectares. Faire gagner quelques dizaines de minutes de déplacements à une minorité d’usagers vaut-il le sacrifice de notre garde-manger et de nos écosystèmes, garants de notre survie sur cette planète ?

Des LGV qui suscitent une forte opposition locale

Ces projets dispendieux de LGV ont fait l’objet de deux débats publics distincts : LGV Bordeaux-Toulouse en 2005 puis LGV Bordeaux-Espagne en 2006. Ces deux débats publics ont vu se manifester une forte opposition de la population, des élus locaux et des associations de protection de l’environnement. Fin 2014, l’enquête publique préalable à la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) n’a pas vu cette opposition faiblir puisque sur les 14011 contributions déposées 93% des contributions singulières n’étaient pas favorables au projet. Composée de 21 membres, la Commission d’Enquête a rendu fin mars 2015 un rapport particulièrement bien argumenté se concluant par un avis défavorable. Malgré cela, le Secrétaire d’État aux transports a décidé de passer en force, au mépris de la population concernée et de la nature sacrifiée. La DUP a été signée le 2 juin 2016.

La SEPANSO Aquitaine, fédération régionale de France Nature Environnement (FNE), conteste ce passage en force, qui renie toutes les alternatives plus  soutenables. C’est pourquoi elle a déposé aux côtés d’une CDC, de trois autres associations et treize communes un recours commun en excès de pouvoir auprès du Conseil d'État. Dans un même temps, 5 autres recours ont été déposés par des acteurs aussi divers et variés que des associations (membres des coordinations 47, 82, 31, Amis de la Terre 40), des socioprofessionnels (sylviculteurs, viticulteurs, FDSEA33), des fédérations de chasse (33 et 47), des collectivités territoriales (CDC) et des particuliers.

Rail 2.0 : arrêtons les grands projets ruineux et destructeurs

La SEPANSO Aquitaine s’est toujours mobilisée contre les projets surdimensionnés et inutilement destructeurs de l’environnement. Elle a combattu (en vain) l’autoroute A65 Langon-Pau, la plus chère et l’une des moins fréquentées de France. Elle défend la modernisation du système ferroviaire existant et lutte depuis 2005 contre les projets de LGV qui menacent de fragmenter les derniers vastes espaces naturels d’Aquitaine, sans pour autant apporter d’avantages significatifs en matière de déplacements.

Pour la SEPANSO, le temps des grands chantiers inutiles destructeurs de nature est révolu. L’avenir est celui de l’économie circulaire, y compris en matière de recyclage d’infrastructures. Il vaut mieux revaloriser l’existant.

Vous voulez en savoir plus sur nos actions en Aquitaine ? Rendez-vous sur le site internet de la SEPANSO !

 

Article coécrit par Philippe Barbedienne, directeur de la SEPANSO et France Nature Environnement

Par fne-writer
Le mercredi 14 décembre 2016
Je relaie J'agis Je donne