Actualités

Pesticides : des agriculteurs engagés dans la réduction d'usage

FNE cite ici quelques exemples d’agriculteurs qui réussissent à réduire l’usage des pesticides tout en restant compétitifs

  En grande culture

Philippe Sautereau, céréalier sur 138 ha dans le Cher, a réduit de 40% l’usage de pesticides en introduisant de nouvelles cultures dans sa rotation (légumineuses notamment) et en détruisant des mauvaises herbes par le labour. Il a réduit ses charges et augmenté sa marge brute. Pour faire face à l’augmentation de la population de chardons, il envisage d’introduire de la luzerne.

Lire son portrait

 


En viticulture

M. Mussote, viticulteur sur 5,5 ha en Gironde, a réduit de 66% l’usage de pesticides, fongicides principalement, grâce, entre autres, à la mise en place et à l’observation de pieds de vignes témoins non traités pour y voir apparaître les maladies. Il passe plus de temps à observer ses vignes mais gagne du temps sur les traitements.
 

Lire son portrait


En arboriculture

Jean-Pierre Lacanal, producteur de fruits destinés entre autres à l’alimentation des bébés sur 18,5 ha dans les Alpes maritimes a réduit ses traitements de manière spectaculaire : moins 76,5%. Une surveillance accrue des vergers, la mise en place d’habitats favorables aux prédateurs des ravageurs, le désherbage mécanique et la pulvérisation d’argile lui ont permis d’obtenir ces résultats. Son rendement n’a pas été pénalisé.

 

Lire son portrait
 


  En polyculture-elevage

Philippe Girardeau, producteur de porcs et de grandes cultures sur 47 ha dans la Sarthe, est passé en bio en 2009. Il ne pratique plus aucun traitement phytosanitaire. Il a diversifié ses cultures avec notamment l’alternance de cultures d’hiver et de printemps, et a mis en place un désherbage mécanique. Son système est plus performant économiquement qu’avant. Il réalise actuellement des essais sur les intercultures pour mieux gérer ses mauvaises herbes.
 

Lire son portrait
 

Par FNE
Le lundi 22 février 2016
Je relaie J'agis Je donne