Actualités

Première liste des espèces exotiques envahissantes préoccupantes

L’Union européenne a publié, le 13 juillet 2016, la liste des espèces exotiques envahissantes menaçant la biodiversité et les activités économiques.

Prise en application du règlement européen relatif à la prévention et à la gestion de l’introduction et de la propagation des espèces exotiques envahissantes entré en vigueur le 1er janvier 2015, cette première liste retient 37 espèces contre lesquelles les États membres devront mettre en place, dans un délai de 18 mois, des mesures de détection, prévention et de lutte contre leur propagation. Devront également être transposées dans la réglementation nationale, les interdictions d’introduction intentionnelle ou par négligence dans le milieu naturel, de reproduction, de culture, de transport, d’achat, de vente, d’échange, de détention.

La liste qui sera actualisée tous les 6 ans, retient pour l’instant, en raison de leurs impacts négatifs sur les écosystèmes, les activités économiques et la santé humaine, 13 espèces végétales, essentiellement aquatiques, 3 oiseaux, 10 mammifères, 6 crustacés, essentiellement des écrevisses, 2 poissons, le Frelon asiatique seul représentant des insectes, la Grenouille Taureau, et 3 sous-espèces de Tortues de Floride.

Cette liste ne retient pas les Renouées (l’invasion est telle que les moyens financiers à mobiliser sont trop conséquents), ni les Ambroisies (elles feront l’objet en France d’une réglementation spécifique). Aucune espèce marine exotique envahissante n’a été retenue.

Si l’apparition d’espèces exotiques dans les milieux naturels, qu’il s’agisse d’animaux, de plantes, de champignons ou de micro-organismes ne constitue pas toujours une source de préoccupation, il arrive que certaines d’entre-elles deviennent envahissantes au point d’avoir des conséquences néfastes sur la biodiversité, les activités économiques ou encore la santé publique, des menaces particulièrement prégnantes dans les écosystèmes insulaires. L’intensification des échanges mondiaux, des transports, du tourisme et des changements climatiques est susceptible d’accroître ces phénomènes d’invasion. Les échanges et la vente d’animaux ou de plantes entre particuliers facilités par Internet sont également à surveiller.

Pour l’instant, en France, alors que les espèces exotiques envahissantes et leurs effets sont bien documentés, la réglementation est en peine. L’introduction de plusieurs espèces de vertébrés terrestres et des jussies est bien interdite, mais rien n’est prévu concernant leur commerce et leur détention. Et il n’y a à ce jour aucun dispositif réglementaire concernant nos territoires insulaires particulièrement menacés par ce phénomène.

France Nature Environnement est intervenue à plusieurs reprises pour faire évoluer rapidement la réglementation et espère à présent qu’avec la parution de cette première liste, le Ministère de l’Environnement prendra les mesures adéquates dans les plus brefs délais.

Quelques détails

- 13 espèces végétales dont des plantes aquatiques comme les jussies qui font déjà de restriction dans la réglementation française ou encore la Jacinthe d’eau (Eichornia crassipes) en illustration de la page, ou encore des espèces terrestres comme le Séneçon en arbre (Baccharis hamifolia) qui en s’installant sur le littoral perturbe le fonctionnement des écosytèmes.

- 3 oiseaux : la Corneille d’Inde (Corvus splendens) et l’Erismature rousse (Oxyura jamaicensis), petit canard américain qui par sa concurrence avec l’espèce autochtone, l’Erismature à tête blanche (Oxyura leucocephala) fait déjà l’objet en France d’un plan d’éradication conduit par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. L’Ibis sacré (Threskiornis aethiopicus) est également retenu. L’oiseau représentant le dieu Thot chez les Égyptiens, est accusé de porter atteinte aux poussins des espèces menacées, la Sterne Caugek et la Guifette noire. L’Ibis fait aussi l’objet d’un plan d’éradication qui s’avère contesté, l’oiseau serait un grand amateur d’Écrevisses exotiques envahissantes.

- 10 mammifères, dont des Écureuils qui entrent en concurrence avec les Écureuils européens. À noter que le Tamia de Sibérie (Tamias sibiricus) est aussi vecteur de la maladie de Lyme.

- 1 amphibien, la gigantesque et vorace Grenouille Taureau (Lithobates catesbeianus)

- les 3 sous-espèces de Tortues de Floride, retenues dans la liste en tant que Trachemys scripta

- 1 insecte, le Frelon asiatique (Vespa velutina)

- 6 crustacés, dont le Crabe chinois (Eriocher sinensis) et les écrevisses exotiques dont certaines transmettent des maladies et parasites aux 3 espèces d’Écrevisses encore présentes dans les cours d’eau français.

- 2 poissons, le Goujon de l’Amour (Percottus glenii), introduit en tant que poisson d’ornement dans des mares et aquariums de Russie coloniserait aujourd’hui les côtes finlandaises. Le Goujon asiatique (Pseudorasbora parva), espèce de l’est de l’Asie, est présent dans les eaux françaises depuis les années 70. Les conditions de son introduction ne sont pas connues, mais il est porteur sain d’un parasite dangereux qui peut infecter d’autres espèces de poissons.

Par fne-writer
Le vendredi 22 juillet 2016
Je relaie J'agis Je donne