Bonnes pratiques

Protection des oiseaux de plaine : les premiers succès du site Natura 2000 « Champeigne »

En 2006, le site Natura 2000 « Champeigne » a été désigné sur le plateau du même nom, en Indre-et-Loire, pour préserver les oiseaux des milieux agricoles cultivés, notamment l’outarde canepetière et 8 autres espèces. Onze ans après, le combat continue. Mais une chose est sûre : c’est un véritable succès pour les acteurs locaux, tant en matière de gouvernance que pour la biodiversité.

La maîtrise d’ouvrage d’une collectivité pour relancer un processus bloqué

Alors que la commission départementale des sites et du paysage émet un avis favorable à l’unanimité pour la désignation du plateau de la Champeigne en site Natura 2000, en vue de la consultation locale de 2002, une forte opposition provient des agriculteurs et élus locaux.

C’est plus tard, en 2006, qu’une solution pour sortir du conflit est trouvée grâce à l’initiative de la communauté de communes de Loches Développement (CCLD), qui a sollicité dans la durée l'appui d'un médiateur territorial et écologue : un groupe de travail avec tous les acteurs est alors mis en place, afin d’initier un travail de réflexion autour de la gestion du site. La CCLD accepte ensuite la maîtrise d’ouvrage du site et un comité de pilotage est instauré avec l’ensemble des acteurs. Quatre structures animatrices sont désignées :

Cette gouvernance permet de travailler à la mise en place de mesures concrètes pour la biodiversité, dans le but d’atteindre les objectifs de gestion du site préalablement définis.

La création d’une mesure agro-environnementale spécifique à la Champeigne

Après avoir pris collectivement les décisions de base d’une mesure agro-environnementale[1] (MAE) spécifique à la Champeigne à l’automne 2007, deux outils de gestion proposés par les acteurs concernés sont approuvés par l’État au printemps 2008 : la mise en place d’un comité technique local, en charge des modalités techniques des actions, et la création d’une mesure agro-environnementale « Outarde » propre à la Champeigne. Celle-ci vise à maintenir, sur les parcelles agricoles contractualisées, un couvert herbacé permanent riche en légumineuses, non fauché pendant la période nécessaire à la nidification des oiseaux.

L’importance de la gouvernance

La gouvernance locale de ce site a créé une véritable dynamique du territoire, en réunissant les acteurs locaux pour la mise en œuvre d’actions efficaces en faveur de la préservation des espèces d’oiseaux menacées. Aujourd’hui, l’État recommande aux gestionnaires des autres sites Natura 2000 de constituer un comité technique local du même type. En 2012, le site a même été lauréat du Grand Prix national Natura 2000 dans la catégorie « Communication, sensibilisation, animation ».

La réussite du projet

L'implication des agriculteurs dans cette démarche de contractualisation est un exemple réussi de coopération entre la céréaliculture, l'écologie et l'administration. Les surfaces en MAE représentent 6,6% de la surface agricole utile du site Natura 2000 soit 795 hectares : 63 exploitations se sont engagées sur 115. Sur la période 2009 à 2014, 79 exploitations se sont engagées à mettre en place des MAE.

Deux contrats Natura 2000 ont été signés en 2010 par un particulier et une collectivité pour l’entretien de pelouses calcicoles. Ils ont permis d’éviter la fermeture de ces milieux, d’assurer une mosaïque du paysage, indispensable à la survie des Outardes, et ont aussi favorisé l’apparition de corridors écologiques sur l’ensemble du site.

Depuis la désignation du site Natura 2000, l’évolution des populations d’Outarde canepetière est positive. On comptait à l’origine une vingtaine de mâles chanteurs : un chiffre en légère hausse depuis 2014, avec une moyenne de 27-28 mâles. En période postnuptiale, la population fluctue, selon les années, entre 50 et 66 oiseaux (adultes et jeunes), au gré de la météo, du succès de reproduction et des couverts favorables disponibles. Si la tendance reste à confirmer dans les années à venir, les chiffres sont plutôt encourageants au regard de la situation en Centre-Ouest.

Photo : Outarde canepetière mâle - Tetrax tetrax © Pierre Reveillaud

[1] Une mesure agro-environnementale (MAE) se concrétise par un contrat rémunéré et un engagement à mettre en place et/ou respecter certaines actions.

Par FNE
Le lundi 19 juin 2017
Je relaie J'agis Je donne