Chemin de traverse

Quand les politiques de préservation de la biodiversité aident à lutter contre les changements climatiques

De plus en plus d’études scientifiques montrent que la biodiversité est impactée par les changements climatiques que se soit sur le comportement de certaines espèces ou encore sur le changement de leur aire de répartition . Toutefois, la biodiversité en elle-même et certaines politiques menées pour assurer sa préservation et sa restauration peuvent aussi constituer des outils de lutte contre les changements climatiques. Une biodiversité « en bon état » permet donc d’atténuer le changement climatique (puits de carbone notamment) et ses conséquences (meilleure résilience des milieux aux changements). En effet, les écosystèmes en bon état de conservation résistent mieux aux évolutions climatiques, se rétablissent plus facilement après des événements climatiques extrêmes et fournissent des services écosystémiques de façon optimale.

Les Atlas de la Biodiversité Communale[1]

Les Atlas de la Biodiversité Communale permettent d’acquérir une connaissance suffisamment fine à l’échelle d’une commune ou d’une intercommunalité pour permettre d’identifier les enjeux et zones à enjeux liés à la biodiversité et ainsi de définir les actions à mettre en œuvre pour préserver, gérer et restaurer les milieux et éléments du paysage nécessaire à la biodiversité, ce qui permettra aussi de garantir les services écosystémiques. Par ailleurs, ils permettent de mener des actions de sensibilisation à la biodiversité, voire plus largement aux enjeux environnementaux dont les changements climatiques, et de participation à sa préservation pour l’ensemble des acteurs des territoires (élus, techniciens communaux, acteurs socio-économiques) et la population.

Les aires protégées[2]

Ce terme désigne plusieurs statuts juridiques. Ce sont des espaces où les activités humaines sont règlementées, voire interdites, de manière à s’assurer que les pratiques qui s’y déroulent sont compatibles avec la préservation de la biodiversité. L’urbanisation est, de manière générale, interdite pour maintenir la fonctionnalité des milieux ainsi préservés fournissant les différents services écosystémiques.

La Trame verte et bleue[3]

La Trame verte et bleue (TVB) est un outil de préservation de la biodiversité et d’aménagement du territoire sur l’ensemble du territoire que se soit en zone rurale, périurbaine ou urbaine. L’objectif est de maintenir et restaurer les réseaux de milieux nécessaires pour assurer le fonctionnement des différents habitats ainsi que le cycle de vie (reproduction, alimentation, repos, hivernation, hibernation) de la diversité des espèces sauvages y compris leurs déplacements. Cette politique passe par l’identification de réservoirs de biodiversité et de corridors écologiques formant des continuités écologiques que se soit à l’échelle locale et régionale. La TVB constitue un outil structurant qui doit mettre en synergie les différentes politiques sectorielles (aménagement/cadre de vie, agriculture, sylviculture, transport, énergie, santé) pour orienter les activités humaines vers des pratiques compatibles avec la biodiversité et d’éviter l’étalement urbain. La TVB constitue un outil pour aider la biodiversité et nos sociétés à s’adapter aux effets des changements climatiques.

Les parcs naturels régionaux[4]

Cet outil permet de mener des politiques de préservation de la biodiversité mais aussi de développement durable et d’expérimentation. Menées par une équipe professionnelle, ces politiques   doivent être définies dans la charte de chaque parc naturel régional pour assurer la transition écologique de ces territoires et de définir des stratégies de lutte contre les changements climatiques.

En quoi ces outils aident à lutter contre les changements climatiques ?

Ces outils visent à maintenir une diversité d’espèces sauvages et d’habitats naturels ou semi-naturels sur des surfaces importantes qui permettent :

- de stocker du carbone (maintien/restauration des zones humides[5], des forêts[6] et de leurs phases mâtures, etc) ;

- de réduire les conséquences des risques naturels :

- en évitant d’artificialiser toujours plus d’espaces ;

- en maintenant les dynamiques des cours d’eau (lit mineur, lit majeur, zones d’expansion des crues), ils permettent d’éviter ou de réduire les inondations ;

- en maintenant et restaurant un réseau de forêt en montagne, ils limitent les avalanches ;

- en maintenant et restaurant des espaces pour la biodiversité du littoral, ils limitent les impacts des submersions marines ;

- en maintenant et restaurant des espaces et éléments de biodiversité en zone urbaine et périurbaine (TVB), ils permettent de lutter contre les îlots de chaleur[7] ;

- en maintenant et restaurant des surfaces de milieux herbacés (prairies, pelouses sèches, landes) riches en biodiversité, ils permettent de maintenir une bonne productivité de foin pour l’élevage[8];

- en maintenant et restaurant les éléments du paysage (arbres, haies, bosquets, etc), ils permettent de limiter ou d'éviter l'érosion des sols.

- de promouvoir des pratiques respectueuses de l’environnement qui permettent aussi de lutter contre les changements climatiques (atténuation  via le maintien/restauration des sols de qualité assurant la fertilité des cultures réduisant la quantité d’intrants issus du pétrole, diminuant le ruissellement et augmentant le stockage du carbone ; circuits courts et de proximité réduisant la circulation des véhicules).

Ces outils doivent faire partie des solutions synergiques et des négociations de la COP 21

Outre les outils qui doivent permettre de réduire, de manière contraignante, les gaz à effet de serre, les négociations de la COP 21 doivent aussi définir une stratégie de lutte contre les changements climatiques basée sur la biodiversité[9] et viser à renforcer les outils de préservation de la biodiversité car ils permettent aussi de lutter contre les changements climatiques.

Enfin, de telles décisions permettraient de mettre en synergie les conventions internationales, notamment la convention internationale sur la diversité biologique[10]  et ses Objectifs d'Aichi[11] notamment l’objectif 11 « D'ici à 2020, au moins 17% des zones terrestres et d’eaux intérieures et 10% des zones marines et côtières, y compris les zones qui sont particulièrement importantes pour la diversité biologique et les services fournis par les écosystèmes, sont conservées au moyen de réseaux écologiquement représentatifs et bien reliés d’aires protégées gérées efficacement et équitablement et d’autres mesures de conservation effectives par zone, et intégrées dans l’ensemble du paysage terrestre et marin » et l’objectif 15 « D’ici à 2020, la résilience des écosystèmes et la contribution de la diversité biologique au stocks de carbone sont améliorées, grâce aux mesures de conservation et restauration, y compris la restauration d’au moins 15% des écosystèmes dégradés, contribuant ainsi à l’atténuation des changements climatiques et l’adaptation à ceux-ci, ainsi qu’à la lutte contre la désertification ».

 
Par FNE
Le jeudi 10 décembre 2015
Je relaie J'agis Je donne