Actualités

S'engager pour un monde meilleur : chapitre 1

Oui, un monde meilleur est possible ! Mais comment ? En dix chapitres, "S'engager pour un monde meilleur" dresse le portrait d’une société en paix avec son environnement et porte autant de mesures citoyennes et politiques pour le construire. Voici le premier chapitre de ce livre, écrit par le journaliste Frederic Denhez suite à ses échanges avec les bénévoles et salariés de France Nature Environnement. Jean Jouzel, vice-président du groupe scientifique du GIEC et prix Nobel de la paix nous fait l'honneur d'en signer la préface. Une lecture utile, à se procurer dans toutes les bonnes librairies au prix de 12 euros ou à commander sur notre boutique en ligne.

Commander ici le livre "S'engager pour un monde meilleur"

Chapitre premier

Reprendre notre juste place dans la nature

Pour une écologie sociale, humaniste, pour des petits matins plutôt que d’hypothétiques grands soirs...

Sivens est un choc. J’y ai vu ce que je craignais. D’un côté, un peuple de contestataires du fait établi, prétendant demander des comptes sur une décision qui leur paraissait insensée. Face à eux se trouvait ce peuple des momies électorales en place depuis que le monde existe, qui ne comprenait pas pourquoi on lui contestait ses habitudes. Les premiers étaient naïfs, les seconds arrogants. Rien ne bougeait. Alors des violents apparurent, prétendant défendre les premiers, si bien que les momies répondirent en faisant donner la force publique. L’habituelle comédie humaine pouvait enfin démarrer, au bénéfice des médias et des politiques excités par le manichéisme. L’acmé fut atteinte lorsqu’une grenade s’insinua entre le dos et le sac d’un naturaliste, simplement venu réclamer que l’on n’asséchât point une zone humide. Érigé en martyr par certains, Rémi Fraisse encouragea par sa mort quelques-uns à reconsidérer ce projet de barrage impossible, dont on feignit de s’apercevoir, en hauts lieux, qu’il n’était ni réfléchi, ni utile. Il fallut ce terrible drame pour secouer le théâtre.

Elle expliqua à quel point Sivens était, hormis son épouvantable conclusion, très symptomatique de l’énergie qu’il faut déployer, en France, tous les jours, pour faire appliquer la loi et les règlements, et capter l’attention d’autorités qui pensent que l’élection est une onction incontestable.

Cela désespéra France Nature Environnement (FNE), dont Rémi Fraisse était membre. Discrète par habitude, n’aimant pas la fumée des pneus brûlés car légaliste par essence, « FNE », la plus grande fédération d’associations de protection de la nature en France, montra alors ses larmes, sa colère et son incompréhension. Elle expliqua à quel point Sivens était, hormis son épouvantable conclusion, très symptomatique de l’énergie qu’il faut déployer, en France, tous les jours, pour faire appliquer la loi et les règlements, et capter l’attention d’autorités qui pensent que l’élection est une onction incontestable. C’est ce que j’essayai de dire avec Denis Cheissoux dans la chronique à deux voix de « CO2, mon amour » sur France Inter, que nous dédiâmes à Rémi Fraisse. J’ai gardé la feuille, modifiée, raturée jusqu’à la prise d’antenne. Étrange de pleurer dans un micro.

Je suis écrivain, conférencier et homme de radio, et je travaille depuis plus de vingt ans sur les questions d’environnement. Je suis l’ami de professionnels locaux qui pataugeaient sur la zone du projet de barrage pour en faire l’étude d’impact, et l’associé d’une coopérative promouvant les zones humides auprès d’agriculteurs. Si j’ai été, moi aussi, tellement secoué par cette affaire, c’est que j’y vis, pourtant guère naïf, voire légèrement cynique, ce à quoi les associations et citoyens engagés sont confrontés au quotidien. Je ne pensais pas que c’était à ce point.

Et la question a surgi : un monde meilleur est-il possible ?

Et la question a surgi : un monde meilleur est-il possible ? Oui, c’est ce que nous dit l’esprit de Sivens, qui perdure une fois la brume lacrymogène dispersée et les arbres abattus. Car des Sivens, j’en vois partout. Fleurissant sur la jachère de l’État impécunieux, incohérent, peu honnête et sans vision, collectivités, individus, entreprises et associations inventent, proposent, font. Il y a comme une excitation sourde partout en France, des ondes gravitationnelles en train de tout changer, l’air de rien.

Et cela, FNE l’incarne. Cet immense réseau d’associations de bénévoles, parce qu’il touche des centaines de milliers de militants, les écoute en retour. Et, cahin-caha, en émergent quelques idées sur le monde de demain. En me plongeant dans les synthèses de FNE, en rencontrant les femmes et les hommes qui la composent, j’ai découvert des réponses solides aux questions que je me pose qui, sans être toujours les miennes, ont l’immense mérite de dessiner une France cohérente, souriante et vivante.

Le résultat ? Ce livre qui, en dix chapitres, dresse le portrait d’une société en paix avec son environnement.

Le résultat ? Ce livre qui, en dix chapitres, dresse le portrait d’une société en paix avec son environnement. Une société où les individus sont tout à la fois impliqués dans la production d’énergie renouvelable, à l’échelle de leurs territoires, et dans une course à consommer le moins possible pour oublier le pétrole et le nucléaire. Des femmes et des hommes qui, loin du tout électrique, partagent plutôt des moyens de transport dans des agglomérations denses entourées de ceintures maraîchères – et non de panneaux publicitaires géants. Une agriculture agro-écologique, centrée sur la polyculture-élevage. Des citoyens vivant dans des collectivités qui planifient et pilotent avec eux leur mobilité, leur eau, leurs sols, leur biodiversité, leur agriculture, leur littoral, leur mer, leur urbanisation. C’est enfin des consommateurs engagés dans une économie circulaire, qui utilisent au mieux plutôt que de posséder un peu, en ayant constamment à l’esprit la santé et le bien-être. Car tout commence par la nourriture : bien manger, c’est bien produire, c’est bien gérer ses territoires, c’est aussi être bien formé aux questions d’environnement, de nature, de développement durable.

In fine, le principe Éviter-Réduire-Compenser (ERC) structure l’approche transversale de FNE. D’abord éviter. Ce que l’on ne peut éviter, en réduire autant que possible les impacts, et faute de mieux, compenser les effets inévitables. Ça marche aussi bien pour le pétrole que pour l’installation d’une infrastructure, ou pour les déchets. Dans tous les cas, cette démarche préserve l’essentiel sans se priver d’agir.

Mais comment construire ce monde meilleur ? En ayant à cœur la « pensée complexe » chère à Edgar Morin.

Mais comment construire ce monde meilleur ? En ayant à cœur la « pensée complexe » chère à Edgar Morin. Comprenez : faire rimer le mot d’ordre « penser global, agir local », avec son pendant « penser local, agir global ». Une approche systémique, transversale, qui est aussi une démarche politique visant à renouveler la démocratie. Car cette démarche s’interdit aussi bien la façon descendante (l’État fort, infantilisant le bon peuple) que la manière ascendante (le citoyen au contraire tout-puissant qui par ses petits gestes peut tout bouleverser). Elle dit plus simplement que chaque acteur de la société, citoyen, association, collectivité, entreprise, État, Europe, etc. ne peut pas, à lui seul, tout faire mais doit agir résolument, à son échelle. Comme un écosystème, fruit de multiples relations entre divers rouages dont FNE tente de relancer les plus paresseux, pour que jamais l’ensemble ne s’arrête.

FNE est en effet un réseau de scientifiques et de spécialistes qui, in fine, n’étudient pas les petites bêtes ou les fleurs invisibles, mais l’homme. « Quand elles protègent les pollinisateurs sauvages méconnus », me dit Jean-David Abel, le pilote du réseau Biodiversité de la fédération, « quand elles sauvegardent des zones humides, quand elles veulent faire prendre en compte les trames vertes et bleues qui permettent la connexion des milieux et des espèces, toutes ces associations s’occupent en réalité de la résilience des territoires, de leur capacité à répondre à des évolutions futures. Elles traitent donc de l’homme, en le replaçant au sein de la nature qui l’héberge et le nourrit ». Défendre la nature et l’environnement pour mieux défendre l’homme, remis à sa juste place : une écologie sociale, en somme.

L’écologie n’est en effet pas une utopie, mais bien plutôt une envie, autant qu’un besoin.

Un mot polysémique, ô combien réjouissant. L’écologie n’est en effet pas une utopie, mais bien plutôt une envie, autant qu’un besoin. Elle est excitante, car elle nous donne à voir la complexité dans l’espace et le temps, nous obligeant à questionner notre responsabilité colossale, factuelle et morale, sur le cours du monde. Elle est politique, en ce sens qu’elle interroge nos choix de société, notre modèle de développement, notre système économique, l’aménagement de notre territoire. Elle est philosophique puisque, si nous en sommes là, aujourd’hui, c’est que nous nous sommes sentis portés par la flèche du progrès tirée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, tournant le dos aux dégâts soulevés dans notre sillage.

C’est aussi une discipline souriante, gaie, et non pas ce catastrophisme mal digéré, cette eschatologie des écolos millénaristes qui traînent encore parfois dans les médias. Ni ce théâtre de boulevard des politiques colorés en vert, qui font peine à voir. Elle n’est en rien une ascèse, mais un art de vivre, une façon de voir les choses nourrie de bon sens, d’humanisme et de sciences. Avec un point de départ simple : puisque nous sommes chaque année sur Terre plus nombreux à vivre dans le confort, il va nous falloir couper davantage de parts d’un gâteau qui se rétrécit, et cela sans nous battre ni le saccager.

Une précision pour finir : ce livre ne propose pas de solutions toutes faites, mais des mesures à inventer et à diffuser.

Une précision pour finir : ce livre ne propose pas de solutions toutes faites, mais des mesures à inventer et à diffuser. Pas de révolution, pas de grands soirs, mais des petits matins, ceux des victoires anodines, des procès gagnés, des combats discrets. Des fonctionnaires épaulés, des agriculteurs aidés, des alertes lancées, de la vigilance constante, bref tous ces petits riens qui, sans en avoir l’air, entérinent la possibilité d’une vie meilleure à l’échelle de la France et, par extension, de l’Europe. La certitude, aussi, qu’il existe une autre façon de faire. Ce ne sont pas des compromissions, mais des compromis avec les pouvoirs qui n’entendent que les rapports de force assumés et ne voient que les limites qu’on leur oppose. Et vous verrez, ça marche – il suffit de s’engager.

Commander ici le livre "S'engager pour un monde meilleur"

Les auteurs

Frédéric Denhez est journaliste, spécialiste des questions environnementales. Collaborateur de Denis Cheissoux (CO2 mon amour sur France Inter), il a publié une vingtaine d’ouvrages dont Cessons de ruiner notre sol ! (Flammarion, 2014).

Jean Jouzel est glaciologue, médaille d’or du CNRS. Il fut longtemps vice-président du groupe scientifique du GIEC, prix Nobel de la paix.

France Nature Environnement (FNE) est la fédération française des associations de la nature et de l'environnement. C'est la porte-parole d'un mouvement de 3000 associations regroupées au sein de 80 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer.

Par FNE
Le mercredi 27 avril 2016
Je relaie J'agis Je donne