Actualités

Transports aériens et maritimes : les grands oubliés des négociations de la COP21

« Imaginez une conférence de médecins sur le cancer du poumon pendant laquelle personne ne parle du tabac. Ça serait étrange non ? Et bien c'est la même chose pour la COP21 avec la question du transport aérien et maritime. Ce sont des responsables du dérèglement climatique dont personne ne parle  » résume Jean-Baptiste Poncelet, coordinateur du projet COP21 pour France Nature Environnement. Pourquoi et comment notre fédération appelle à inclure ces responsables dans l'accord de Paris ? Explications.

Photo © Andrés Nieto Porras

A l'horizon 2050, l'aviation et les transports maritimes pourraient représenter 40 % des émissions.

Aujourd'hui, l'aviation internationale est responsable de 5 % du réchauffement climatique d'origine humaine. Le transport maritime, 3 %. Seulement, cette part croît à un rythme effréné. D'ici 2050 si rien n'est fait, leur part de responsabilité pourrait représenter à eux seul 40 % des émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine.
Sans agir sur ces deux responsables, les efforts effectués dans d'autres secteurs s'avèreraient rapidement annulés. C'est pourquoi, France Nature Environnement, dans la même ligne que la fédération européenne Transport et Environnment dont elle est membre, demandent d'inclure ces deux modes de transports dans les négociations.

Kyoto : un échec cuisant pour réduire les émissions des transports aériens et maritimes.

Le protocole de Kyoto, signé en 1997, lui, ne les omettaient pas. Il incluait l'aviation et le transport maritime dans une annexe. Seulement, sans fixer d'objectifs, cet accord laissait le soin à la bonne volonté de deux organisations : l'Organisation Maritime Internationale (OMI) et l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI).

18 ans après, l’Organisation de l'Aviation Civile Internationale n’a pas adopté une seule mesure et a exclu toute taxe sur le carburant. De son côté, l’Organisation Maritime Internationale a adopté un index d’efficacité énergétique des navires. Seulement celui-ci ne s’applique qu’aux nouveaux bateaux et non à ceux déjà en mer. Résultat : si cela provoque un ralentissement de l'augmentation, en aucun cas cette décision n'engendre la nécessaire diminution des émissions. A cela, il faut ajouter que les discussions portant sur un mécanisme international de marché ont été suspendues en 2011 et que, désormais, l’Organisation Maritime Internationale considère les objectifs globaux de réduction comme « n’étant pas urgent ».
Et pendant que ces deux organisations débattent, leurs émissions, elles, ne cessent de croître : + 80% entre 1990 et 2010 alors que le reste de l'économie mondiale, elle, affichait une croissance de ses émissions de 40%.

Donnons des objectifs aux organismes de régulations de l'aviation et du transport maritime

L'inaction de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale et l’Organisation Maritime Internationale découle de l'influence qu'exerce sur elles l'industrie mais aussi, et surtout, du manque d'objectifs précis et vérifiés qui leurs sont assignés.
Ainsi, l'accord sur le climat de Paris ne doit pas omettre la responsabilité des avions et des navires. Mais comment ne pas reproduire l'échec de Kyoto ? Il est indispensable d'envoyer un message politique fort aux deux organismes en question mais aussi leur assigner des objectifs et un suivi régulier et transparent. De cette manière, l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale et l’Organisation Maritime Internationale seraient enfin contraints d'adopter des mesures sérieuses pour réduire, elles aussi, la part de responsabilité de l'aviation et du transport maritime dans les dérèglements climatiques.

 

Pour en savoir plus, consultez le site développé par la fédération Transport & Environnment http://www.elephantsintheroom.eu/ et sur les réseaux sociaux #Elephantintheroom

Par FNE
Le mercredi 02 décembre 2015
Je relaie J'agis Je donne