Actions en justice

Un sous-traitant d'ArcelorMittal soupçonné de pollution à l'acide : FNE porte plainte

Début juillet, la vidéo a fait scandale : de l’acide utilisé dans l’usine d’ArcelorMittal en Lorraine aurait été déversé dans la nature par un sous-traitant du géant de la sidérurgie, au lieu d’être transmis à un centre de traitement. France Nature Environnement porte plainte et entend se constituer partie civile.

Soupçon de rejet d’acide dans la nature

Début juillet 2017, un ancien salarié de sous-traitants d'ArcelorMittal-Florange, travaillant pour Suez Rv Osis Industrial Cleaning, a fait d'impressionnantes révélations. Au Républicain Lorrain, il explique avoir reçu l'ordre de déverser de l'acide dans un espace naturel, le crassier de Marspich, à Hayange (Moselle) pendant trois mois à raison de plus de vingt mètres-cubes d’acide par jour. 

L'acide dont il est question serait utilisé pour décaper l’acier transformé dans l’usine à froid du site de Florange, détenu par ArcelorMittal. Lorsqu’il est usagé, l'acide est, en théorie, transporté dans un centre de recyclage, en l’occurrence celui de Malancourt-la-Montagne. Plus de 2 000 mètres cubes d’acide usagés auraient donc ainsi potentiellement été déversés illégalement dans la nature.

A l’appui de ses dires, ce lanceur d'alerte produit une vidéo, sur laquelle on peut très distinctement constater qu’un liquide vert fluorescent et produisant de la fumée au contact de l’eau est déversé d’un imposant camion-citerne dans un plan d’eau. Dans un communiqué de presse, Arcelor-Mittal affirme respecter les prescriptions du préfet de Moselle et souligne qu’il s’agit de boues d’hydroxyde de fer.

L’enquête est ouverte : France Nature Environnement porte plainte

Pour faire toute la lumière, le procureur de la République de Thionville s’est très rapidement saisi du dossier, et a ouvert une enquête pénale, toujours en cours à l’heure actuelle. Ces faits sont susceptibles de constituer une pollution et un non-respect des conditions d’élimination des déchets dangereux qui s’imposent au producteur de ces déchets (ArcelorMittal) et son sous-traitant (Suez Rv Osis Industrial Cleaning). C’est pourquoi France Nature Environnement a décidé d’adresser une plainte à la justice dans le dessein de se constituer partie civile si un procès en correctionnel devait résulter des conclusions de l’enquête.

Par FNE
Le vendredi 28 juillet 2017
Je relaie J'agis Je donne