Actualités

Utiliser une crème hydratante... et se dire que l'on n'aurait pas dû

Se dire qu’on se fait du bien… et pourtant se faire du mal. C’est ce qui arrive à chacun d’entre nous, dans l’intimité de sa salle de bains, lorsque l’on prend soin de soi.

Les faits : Les industries pharmaceutiques et cosmétiques, dans leur course effrénée à la nouveauté, usent et abusent des molécules. Dans une étude récente, l’UFC-Que choisir a pointé 185 produits cosmétiques contenant des substances préoccupantes, allergènes, composés toxiques, perturbateurs endocriniens et nanoparticules. 1600 produits contenant des nanoparticules sont disponibles sur le marché français. Plus de 200 produits fabriqués par l’industrie, dont des crèmes solaires et des dentifrices, contiennent du dioxyde de titane (E171 pour les intimes), une nanoparticule classée cancérigène qui garantit aux produits un blanc éclatant. Et encore, impossible de mesurer l’effet cocktail de toutes ces particules lorsqu’on utilise régulièrement plusieurs produits cosmétiques.

Concrètement, FNE fait quoi ? Nous réclamons une information sur les produits claire, lisible et compréhensible par tous, que chacun puisse choisir en conscience, une règlementation contraignante pour les produits de grande consommation, l’interdiction pure et simple des composés dangereux, des études indépendantes sur l’impact des produits financées par les industriels… Nous sensibilisons les consommateurs. Nous relayons les attentes et les inquiétudes du grand public auprès des pouvoirs publics.  

Jusqu’à la fin de l’été, France Nature Environnement mène campagne sur ces plaisirs simples et ces actions quotidiennes menacés par la crise écologique, mais que nous pouvons défendre ensemble. 

Revoir toute la campagne >

A voir aussi 
Notre dossier santé-environnement
Notre article Les serviettes hygiéniques font 23 fois la distance terre-lune chaque année
Toutes nos actions Santé-environnement

 

Par FNE
Le lundi 18 juillet 2016
Je relaie J'agis Je donne