Communiqués

A Marseille, les géants des mers polluent toujours autant

Jamais deux sans trois, France Nature Environnement est retourné cette semaine à Marseille afin de réaliser de nouvelles mesures de la qualité de l’air. Malgré les décisions encourageantes prises par le port de Marseille et le gouvernement, le nombre de particules fines dans l’air est encore jusqu’à 100 fois plus élevé à proximité du port par rapport à d’autres endroits de la ville. Une situation préoccupante qui oblige les acteurs concernés à agir rapidement vers des démarches respectueuses de la santé des habitants.

Une pollution propre aux navires aux effets néfastes pour la santé et l’environnement

La majeure partie de la pollution de l'air des navires s’explique par la teneur en soufre des carburants. Fioul lourd, diesel marin... les carburants des navires ont une teneur en soufre jusqu'à 3 500 fois plus élevée que le diesel que nous mettons dans nos voitures ! Une fois brûlé, ce carburant rejette du dioxyde de soufre, un polluant réglementé, connu pour son impact sanitaire (maladies respiratoires, bronchites, irritations de la gorge) et environnemental (pluies acides) important.

L’université de Rostock et le centre de recherche sur l’environnement allemand Helmholzzentrum Munich, ont établi un lien sans équivoque entre les gaz d’échappement des cargos et plusieurs maladies cardiovasculaires et respiratoires. Cette même étude montre que la moitié de la pollution de l'air liée aux particules dans les zones côtières et portuaires provient des émissions des navires. Les habitants des régions côtières sont donc les premiers impactés par les fortes émissions des navires. Au total, les émissions du transport maritime causent en toute discrétion 60 000 morts par an en Europe et coûtent 58 milliards d’euros par an aux services de santé européens.

Des résultats toujours aussi alarmants malgré une prise de conscience

Les équipes de France Nature Environnement et de FNE PACA ont mesuré, grâce à des instruments de laboratoire, les concentrations de particules ultra-fines dans l'air. Ces particules sont les plus dangereuses pour la santé car leur taille extrêmement petite (jusqu'à 1000 fois plus fines qu'un cheveu) leur permet de s'accumuler dans les poumons et de passer à la fois dans le sang et dans le système nerveux. Ainsi, le lien entre ces particules et l'augmentation des risques cardiovasculaires (crises cardiaques notamment), l'hypertension artérielle et la maladie de Parkinson a été démontré. Les résultats des mesures réalisées sont particulièrement alarmants. En effet, plus on s’approche des navires, plus la pollution augmente.

Pour en témoigner, nous avons ainsi réalisé au cœur de la ville et chez des habitants plusieurs mesures et observé, une pollution jusqu’à 100 fois supérieure par rapport à différents points « témoins » situés en dehors de la zone portuaire :

Des initiatives encourageantes mais limitées

Pour réduire ces impacts sanitaires, des alternatives existent et certains armateurs ont pris conscience des enjeux en équipant leurs navires de différents dispositifs afin de réduire leurs émissions. A Marseille par exemple, les navires de la compagnie « La Méridionale » sont raccordés à un système électrique à quai ce qui permet de réduire drastiquement les émissions de ses navires. Une initiative à généraliser car aujourd’hui trop limitée face aux nombres de navires en escales et à la forte augmentation du trafic (voir photo ci-dessous).

Les technologies et pratiques opérationnelles disponibles, telles que le changement de carburant, la réduction de la vitesse des navires, l’équipement en filtres et l’alimentation en énergie à terre permettraient de réduire les émissions globales du transport maritime jusqu’à 70%. France Nature Environnement encourage également l’initiative du gouvernement Français qui étudie la mise en place d’une zone de contrôle des émissions des navires en Méditerranée. Cette mesure obligera les navires à changer de carburant ce qui entrainera une réduction de la pollution et des risques sanitaires.

Représentation du trafic maritime en temps réel

Source : Vessel Finder – Organisation Maritime international

 

Dossier : « L’insoutenable pollution de l’air du transport maritime »

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le mardi 11 juillet 2017
Je relaie J'agis Je donne