Communiqués

Nucléaire : transition en vue pour Fessenheim et la politique énergétique de la France

Suite au conseil d’administration d’EDF du 6 avril où l’entreprise s’est prononcée en faveur du report de la mise en service de l’EPR de Flamanville à 2018, a été publié au Journal officiel du 9 avril 2017 le décret portant abrogation de l’autorisation d’exploiter la centrale nucléaire de Fessenheim. Ce décret conditionne la fermeture de cette centrale à la mise en service de l’EPR et rompt la promesse électorale du président Hollande. Pour France Nature Environnement, EDF a ainsi réussi à garder la main sur la politique énergétique de la France. Le futur gouvernement devra quant à lui accélérer la reconversion de la filière nucléaire pour respecter le cap fixé par la loi de transition énergétique de ramener la part du nucléaire à 50% de la production d’électricité d’ici 2025.

Quand l’Etat se couche trois fois devant EDF : indemnisation, EPR et réacteur de Paluel

1/ D’après EDF, l’Etat, bien qu’actionnaire à 85 %, doit indemniser EDF jusqu’en 2041 car cette centrale tellement extraordinaire pourrait fonctionner jusqu’en 2041 sans que l’Autorité de Sûreté Nucléaire ne se prononce sur sa sécurité. « Blague à part, cette centrale a le radier le plus mince de toutes les centrales et ne résisterait donc que quelques heures à une fusion du réacteur. Ces deux réacteurs, d’ailleurs à l’arrêt, sont aussi ceux qui cumulent le plus de pannes. Et la cuve du réacteur 2 suspectée de malfaçons pourrait bien ne jamais redémarrer ! » déclare Maryse Arditi, référente nucléaire à FNE.

2/ L’EPR de Flamanville aurait dû entrer en service en avril 2017, mais avec les scandales techniques et financiers il lui faut désormais un délai supplémentaire de 3 ans s’il vous plait ! Maryse Arditi, est outrée : « L’Etat oublie ainsi que la cuve est défectueuse, qu’elle a été installée alors qu’EDF savait depuis 2005 que le site du Creusot où elle a été forgée connaissait des problèmes de qualité récurrents. On ne sait toujours pas si elle pourra assurer ces fonctions. L’ASN ne doit pas céder elle non plus aux désidératas d’EDF. »

3/ Lors de son remplacement en mars 2016 un générateur de 500 tonnes est tombé dans le réacteur de Paluel qui est donc à l’arrêt depuis. Maryse Arditi « D’après la loi sur la transition énergétique, tout réacteur arrêté plus de 2 ans pour réparation est considéré comme arrêté définitivement sauf si le ministre ajoute un délai de 3 ans. Cela signifie que la fermeture de Fessenheim est aussi conditionnée au redémarrage de Paluel ! Tout ceci prouve qu’EDF ne fermera jamais un seul réacteur sans en ouvrir un autre même si c’est financièrement rentable ».

Un déni de démocratie organisé par EDF

A l’occasion de cette prise de décision, EDF a exclu du vote les représentants de l’Etat, actionnaire majoritaire de l’entreprise, sous prétexte de conflit d’intérêt. Pour Fabien Veyret, responsable Energie « Oui, l’Etat doit être garant de la programmation énergétique du pays et de la sécurité des populations, et non, l’exercice de ses missions ne peut être un motif d’exclusion des prises de décision de l’entreprise dont il est actionnaire à plus de 80% ! La sécurité des populations et l’argent publique ne doivent pas servir de monnaie d’échange pour compenser les erreurs accumulées par EDF ». FNE s’étonne encore une fois qu’EDF définisse la politique énergétique de la France et que son action ne s’inscrive pas dans le respect des décisions prises par l’Etat de baisser la part du nucléaire d’ici 2025.

Une autre filière industrielle est possible

Depuis plusieurs mois les annonces se suivent et révèlent au grand jour que la filière nucléaire est à bout de souffle, allant jusqu’à demander aux citoyens de participer au renflouement des caisses ! Ce constat d’échec se traduit notamment par les révélations sur les récentes malfaçons et les soupçons de falsifications dans les éléments importants pour la sécurité des installations et donc des populations.

Au lieu de persister à maintenir sous perfusion une filière industrielle en échec, l’Etat doit préparer la transition environnementale, sociale et industrielle de la filière nucléaire et promouvoir la création d’une filière industrielle de démantèlement qui permettrait de maintenir et créer de nouveaux emplois.

Pour Michel Dubromel, président de FNE « l’Etat doit cesser de laisser les manettes de la politique énergétique à EDF et assumer son rôle de stratège, mais aussi de garant de la sécurité de sa population. La transition énergétique doit être réfléchie et non subie. Nous attendons avec de plus en plus d’impatience ce que la programmation pluriannuelle de l’énergie aurait dû faire : une programmation de la fermeture des centrales et la création de nouvelles filières industrielles basées sur l’expertise française dans ce domaine ».

Télécharger ce communiqué en format PDF.

© Photo Florival
Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le mercredi 12 avril 2017
Je relaie J'agis Je donne