Communiqués

Sécurité maritime : la France ne doit plus compter sur la chance

Le cargo Modern Express immatriculé au Panama a dérivé pendant de 6 jours et s’approchait dangereusement des côtes françaises. Le navire de 164 m de long, avait appareillé de Owendo (Gabon), le 16 janvier dernier avec une cargaison de 3 600 tonnes de bois et devait se rendre au Havre. Ses cuves contiennent encore 300 tonnes de fioul de propulsion.

 

Course au gigantisme et absence de règle augmentent le risque

La dérive du Modern Express pendant plus de 6 jours témoigne de l’extrême difficulté pour les autorités françaises à faire face à un tel ris que. Cet évènement n’est pas sans rappeler les accidents du TK Bremen (2011) ou encore du Luno (2014) pour lesquels l’absence d’anticipation des autorités et le manque de moyens en mer avaient déjà été soulignés. La dérive du Modern Express est également un témoignage des incontestables points noirs qui subsistent sur la sécurité des navires. En effet, l’augmentation continue du nombre de navires battant pavillons de complaisance ne permet pas la bonne application des règles du droit maritime international. Cet accident met aussi en lumière le mauvais arrimage des marchandises, de plus en plus fréquent, qui aurait causé la gîte du navire. L’émergence de navires de plus en plus volumineux rend la situation particulièrement alarmante en aggravant le risque en cas de naufrage. Rappelons qu’actuellement, aucune limite de taille n'est imposée au niveau international. Enfin, la question de l’utilisation du fioul lourd, extrêmement polluant, comme carburant se doit d’être à nouveau posée. Nos océans, nos côtes et leurs habitants n’ont que trop subies les pollutions du transport maritime pourtant facilement évitables !

Face aux risques, ne plus compter sur la chance

La sécurité sur le littoral français est insuffisante. L’absence de moyens d’action suffisant des autorités françaises face à la dérive du cargo Modern Express dans le Golfe de Gascogne a fait perdre des heures précieuses pour le sauvetage du navire. Le Golfe de Gascogne est une zone où le trafic maritime est en augmentation constante et où le manque de moyens d’action est flagrant. En effet, depuis le départ de l'Abeille Languedoc dans le Nord Pas-de-Calais en 2011, le Golfe de Gascogne est dépourvu de tout moyen de sauvetage. La France doit ainsi mettre en œuvre les moyens d’anticiper les risques par un renforcement et un renouvellement de sa flotte de remorqueurs et un contrôle accru des navires battant pavillon de complaisance croisant dans nos eaux.

Pour Denez L’Hostis, Président de France Nature Environnement : «  il est essentiel de renforcer la sécurité maritime et les moyens d’anticiper les risques en tirant les leçons du passé. Le développement d’un transport maritime durable conciliant les sphères économiques, sociales et environnementales doit être une priorité pour la seconde nation maritime du monde, il en va de l’avenir du climat et de nos océans, du notre donc. ».

Pour Antidia Citores, coordinatrice lobbying à Sufrider Foundation Europe «  Le Modern Express met une fois de plus en lumière l’inertie dans la prévention des risques que ce soit l’inexistence d’un fonds de compensation pour les hydrocarbures de soutes,  l’absence de conventions propres à l’arrimage des marchandises ou encore les tergiversations pour désigner les ports de refuge. Combien de temps encore devra-t-on négocier la préservation du milieu marin ? »

France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement. C'est la porte-parole d'un mouvement de 3000 associations, regroupées au sein de 80 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. Retrouvez-nous sur fne.asso.fr, Facebook et Twitter (@FNEasso).


 


 

Télécharger le communiqué en PDF
Par fne-writer
Le mardi 02 février 2016
Je relaie J'agis Je donne