L'essentiel

Les sols : pourquoi protéger ce bien commun ?

Pollué, étouffé, rongé… malmené, le sol est l'un des rares milieux naturels à ne faire l'objet d'aucune protection juridique dédiée. Cet écosystème en péril livre pourtant, quand il est sain, une myriade de bienfaits. Avec France Nature Environnement, exigez une protection des sols en participant à l'Initiative Citoyenne Européenne People4sols. Pourquoi et comment agir ?

Sols pollués par l'industrie : un héritage qui nous intoxique

1 129 écoles françaises sont construites sur des sols potentiellement pollués. 1 129 écoles sur lesquelles des mesures doivent être prises pour vérifier que ces pollutions n’affectent pas la santé de nos enfants et de nos adolescents. Cela constitue une véritable menace pour notre santé : augmentation du nombre de cancers, d'asthme, d'ezcéma chez les riverains, interdiction de consommer l'eau du puits, de manger fruits et légumes plantés aux alentours du site ou irrigués par le cours d'eau à proximité… Les effets secondaires des sites pollués sont aussi variés que les pollutions.

La France compterait près de 100 000 hectares de sols pollués par des friches industrielles situées près des villes. Elles sont le fruit d'une désindustrialisation massive pas encadrée, les quelques textes juridiques arrivant trop tard. Décharges, anciennes mines, sites industriels… l'enfouissement était de mise. Mais ignorer un problème ne le règle pas.

Aujourd’hui, plus de 340 000 anciennes industries ont laissé un sol potentiellement pollué derrière elles. Parmi elles, plus de 4 000 sites doivent être sécurisés par l'État par le biais de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie) faute d’exploitant pour payer la sécurisation du site.

La loi vise à endiguer, non à protéger

Selon le principe pollueur-payeur, lorsque l’exploitant de ces sites existe encore, c’est à lui de payer une remise en état qui est moins exigente qu'une dépollution totale. Quand l'exploitant a disparu et que ce site présente des risques sanitaires, c'est à l’Etat de le sécuriser et donc aux citoyens de payer la lourde facture. Cette réglementation est indispensable pour endiguer les risques sanitaires mais elle est insuffisante et incomplète. En effet, il est bien plus judicieux d'établir des règles pour ne pas polluer plutôt que se limiter à remettre en état une fois le mal fait. D'autant plus qu'un sol sain, lui, possède des trésors de biodiversité qui font par exemple avancer... la médecine.

Des sols sains, champ de découverte pour la médecine

En 1945, Alexander Flemming remporte le Prix Nobel de Médecine grâce à sa découverte du premier antibiotique, la pénicilline. C’est grâce à la vie des sols, que les substances pénicillines anti bactériennes se sont naturellement développées à partir de champignons microscopiques de la terre. Ces molécules sont aujourd'hui couramment utilisées dans des traitements contre certaines infections de la gorge, des voies respiratoires ou encore de la peau.

Plus récemment, alors que la découverte de nouveaux antibiotiques se fait de plus en plus rare, c'est dans les sols que des chercheurs ont trouvé une source d'espoir : des micro-organismes pourraient permettre la mise au point de nouveaux traitements.

Une biodiversité grouillante dépendante de la terre

Rien de bien surprenant quand on sait qu'une seule cuillère à café de sol sain contiendrait plus d’organismes vivants qu’il n’y a d’humains sur terre d'après la FAO. Et comme pour les fonds des océans, notre connaissance de cette biodiversité reste infime. De la bactérie à la taupe, en passant par les vers, les champignons ou encore les acariens, l'épiderme de la terre constitue l'un des habitats majeurs et essentiel de notre planète : il abriterait un quart de la biodiversité mondiale d'après les estimations de la FAO. Sans compter l'ensemble des animaux dépendants de ces terres nourricières.

Car les arbres, plantes, herbes et fleurs qui abritent et alimentent la faune ont besoin de l’action des micro-organismes du sol : ils leurs livrent les nutriments nécessaires à leur croissance. À la base de toute la vie sur notre planète, les sols sont donc intrinsèquement liés à l'alimentation d'un grand nombre d'espèces dont… l'humanité.

Les sols cultivent notre patrimoine culinaire

99,7 % de notre nourriture dépend directement (légumes et fruits) ou indirectement (viande) des sols selon l'ONU1. Sans terre, nos assiettes seraient bien vides. Et la variété des types de sol, qui participe à la diversité des paysages, contribue fortement à la richesse culinaire des terroirs.

En effet, la figue de Solliès, l’Olive de Nyons, la Clairette de Die ou le Camembert de Normandie puisent notamment leur goût dans le caractère de leur sol et ses habitants. Ces spécificités locales peuvent d'ailleurs être prises en compte pour l'obtention d'une appellation d'origine contrôlée (AOP). Ainsi, pour obtenir l'AOP du Comté, le cahier des charges exige que l'herbe pâturée réponde à certains critères2. Les végétaux, inséparables de la nature du sol, sont alors reconnus pour apporter leur contribution à la saveur du fromage. Seulement, si l'agriculture est dépendante de la terre, des pratiques intensives pressurent et appauvrissent cet écosystème vivant.

Des sols épuisés par l'agriculture intensive

En métropole, 51 % du territoire est dédié à une agriculture industrielle. Ce virage pris dans les années 1950 a conduit à des changements d’usage des sols : retournements de prairies, arrachages de haies, assèchement de mares ont débouché sur des parcelles plus grandes, exploitées avec des engins de plus en plus gros et lourds. De plus, chaque région s'est spécialisée dans certains types d'élevage ou de culture, ce qui a entraîné une uniformisation des paysages et un appauvrissement des ressources de la terre. Appauvrissement accéléré par les épandages de pesticides.

Également tassée et labourée, la terre perd alors ses capacités d'absorption. L'eau s'y infiltre plus difficilement, ce qui nuit au ravitaillement des nappes phréatiques. Au lieu de pénétrer, l'eau s'écoule et emporte avec elle la couche supérieure des sols, celle qui offre les nutriments aux plantes.

Le modèle intensif enclenche donc un cercle vicieux : il nuit à la bonne vie des organismes vivants, fait disparaitre habitats et nourriture pour la biodiversité, érode les sols, contamine la terre et l’eau, avec des pesticides. Finalement, l'agriculture industrielle met en péril l'équilibre de l'écosystème et notre sécurité alimentaire. Une agriculture elle-même mise en péril par le béton.

Une terre rongée par l’extension urbaine

En effet, l'extension urbaine représente, avec les friches industrielles et l'agriculture intensive, l'un des principaux dommages sur la qualité des sols. En métropole, 5,1 milliards d’hectares, soit 9 % du territoire, est artificialisé. Cela signifie qu'au lieu d'accueillir la nature ou des champs, le sol supporte des aménagements qui le rend partiellement ou complètement imperméable. Ce grignotage de terre avance 4 fois plus vite que la croissance démographique. Entre 2006 et 2014, ce sont ainsi 60 000 hectares de terres agricoles et 20 000 hectares d’espaces naturels qui ont ainsi disparu chaque année.

L’urbanisation, qui touche à 80% des terres agricoles, concerne plus particulièrement les terres au meilleur potentiel agronomique, c'est à dire les terres les plus fertiles en périphérie des villes. Entre se loger ou se nourrir, il faut choisir ? Pas vraiment puisqu'un aménagement mieux pensé, avec des centres villes repeuplés, l'aménagement de friches urbaines ou encore la dépollution des friches industrielles présentent des solutions face à cette urbanisation gourmande de sols.

Vêtement, énergie, cycle de l'eau, climat… Un florilège de services rendus par les sols.

France Nature Environnement se mobilise pour protéger les sols car ils logent et nourrissent la biodiversité terrestre et sous-terrestre, nous alimentent, structurent nos paysages, font avancer la médecine. Mais pas seulement : ils fournissent à l'humanité des habits (coton, lin...), du bois (papier, meubles…) ou encore de l'énergie (biomasse).

Surtout, les sols jouent un rôle fondamental dans le cycle de l'eau et la régulation du climat. Ils stockent l'eau, la filtrent, l'enrichissent en minéraux et participent à sa dépollution grâce à l'action de ses micro-organismes. Quand les terres ne sont pas artificialisées, elles nous protègent des sècheresses et des inondations.

De plus, le sol joue un grand rôle dans le cycle du carbone : il en stocke entre 1 500 gigatonnes et 2400 gigatonnes de carbone selon les estimations, soit 2400 milliards de kilogrammes de carbone qui ne sont pas relâchés dans l'air. Les sols forestiers en sont les premiers acteurs. Ainsi, quand une forêt est transformée en champ, une partie du carbone présent dans ce sol est relâché, accélérant ainsi le dérèglement climatique.

Les sols nous protègent, protégeons les sols !

Milieu essentiel à la vie sur terre, les sols méritent d'être protégés. Si plusieurs lois évoquent le sol, ce dernier ne bénéficie d’aucun texte dédié.

Pour changer la donne, France Nature Environnement coordonne en France l'action européenne People4soil, un réseau de plus de 350 organisations européennes. Le but : recueillir 1 million de signatures de citoyens européens grâce à une initiative citoyenne européenne (ICE). L'initiative citoyenne européenne est l'un des rares outils de démocratie participative qui permet de contraindre la Commission à se saisir du sujet. Cette ICE People4soil a été enregistrée1 par la Commission depuis le 12 septembre 2016. L'objectif est de réunir ce million de signatures et atteindre un quota minimal dans au moins 7 pays, avant septembre 2017.

La réussite de cette ICE pourrait permettre de réorienter la politique agricole commune (PAC) pour que les aides soutiennent davantage les modèles agricoles soutenables pour la santé des sols, renforcer la dépollution des sites industriels pour réduire leurs effets délétères sur la santé, réaménager ces sites ou encore contraindre les États à lutter efficacement contre l'étalement urbain.

Je signe

Partagez-la auprès de votre entourage pour un effet boule de neige.

Les informations que vous devez remplir pour signer l’ICE sont protégées : la liste des signataires n’est pas publique et les informations que vous avez données ne peuvent être utilisées à d’autres fins par la Commission européenne, destinataire de vos signatures.