L'essentiel

Pourquoi faut-il interdire la nage commerciale avec les dauphins sauvages ?

En ce début de saison estivale, la nage commerciale avec les mammifères marins connait un certain succès en Méditerranée française. Cette activité, actuellement pratiquée par au moins 5 opérateurs, implique une volonté de contact ou de rapprochement étroit avec les mammifères marins, particulièrement les dauphins sauvages. Lucrative pour les uns, elle n’est pourtant pas sans conséquence pour ces animaux et peut se révéler dangereuse pour les vacanciers à la recherche de sensations fortes. France Nature Environnement et le GREC (Groupe de Recherche sur les Cétacés) souhaitent interdire cette pratique. Pourquoi ? Explications.

© photo Souffleurs d'écume

 

La nage commerciale avec les cétacés, un business qui se développe

La promesse est bien trompeuse. Aujourd'hui, en France, des opérateurs vendent des sessions de nage avec les cétacés, plus particulièrement les dauphins sauvages, dans leur milieu naturel pour un « moment privilégié et inoubliable », promesse d'un souvenir « impérissable ». Peu au courant des conséquences d'une telle pratique, la plupart des touristes y voient l'occasion de savourer les beautés de la mer lors d'une expédition pleine de sensations fortes. Une activité qui perturbe ces animaux alors que ceux-ci subissent déjà de plein fouet d'autres méfaits des activités humaines (bruit, pollution, raréfaction des ressources alimentaires...)

Concrètement, cette activité de nage commerciale consiste à placer les clients dans l'eau, à proximité immédiate des cétacés (dauphins, baleine ou cachalot). Les animaux sont au préalable traqués par des avions de repérage qui volent à basse altitude sur une zone étendue jusqu'à au moins 20 milles au large. Les sorties se déroulent essentiellement entre mai et septembre et le business se développe notamment en Méditerranée française. Il faut dire que, côté opérateur, le commerce n'est pas très compliqué à monter : peu de réglementations existent et aucune licence n'est exigée

© photo Groupe de Recherche sur les Cétacés (GREC)

La nage commerciale avec les dauphins sauvages : une importante source de stress pour les animaux

Les mammifères marins, et en particulier les cétacés, ne sont pas amenés à se trouver spontanément en présence de l’homme. Le fait d’être confronté directement à cette présence crée, irrévocablement, une modification du comportement chez l’animal sauvage. Dauphins, baleines et autres cétacés se trouvent alors perturbés, stressés. Tentant d'échapper à leurs poursuivants installés dans leur avion ou les traquant dans l'eau, les animaux s'épuisent. Ils sont également interrompus dans leurs activités, cessant par exemple leur quête de nourriture ce qui perturbe leur équilibre alimentaire.

© photo Souffleurs d'écume

Fausse couche, séparation de la mère et du petit... des effets délétères sur la reproduction

Pour les cétacés en période de mise-bas ou d'élevage de nourrissons, le stress est également particulièrement déroutant : les mères dépensent alors une énergie folle, ce qui affecte la survivabilité du nouveau-né.

Par ailleurs, alors que les cétacés vivent généralement en communauté, jouant et chassant ensemble, le flot de touristes tentant de les approcher, de les toucher, les perturbe et peut les disperser. Une séparation du groupe mais également, parfois, des mères et leurs petits. Pour les nouveaux-né, cet important stress précoce peut menacer leurs vies.

© photo Adrien GANNIER – Groupe de Recherche sur les Cétacés (GREC)

Une pratique également à risque pour les clients

Si le business de la nage commerciale avec les dauphins sauvages et autres cétacés s'avère dangereuse pour les animaux, elle l'est également pour les clients. Malgré son bleu azur, carte postale idyllique de vacances, la mer est aussi un milieu hostile dont le client n'a généralement aucune connaissance. Courants marins, houle, vent, profondeur, conditions météorologiques rapidement changeantes... les sources de danger sont multiples pour ces touristes en quête d'émotions. Et si le milieu présente des risques, les cétacés sauvages également.

En effet, ces animaux peuvent mesurer de 2 à plus de 20 mètres et peser plusieurs dizaines de tonnes. Sauvages, peu ou pas du tout habitués à rencontrer des êtres humains, ils sont susceptibles de développer des comportements dangereux dont les signaux avant-coureurs ne sont pas compris par les touristes. La réaction de l'animal, se sentant en danger par cet harcèlement, peut alors s'avérer particulièrement dangereuse pour le client.

© photo Souffleurs d'écume

Les quelques textes existants peinent à protéger les cétacés

Au niveau juridique, il existe plusieurs textes qui règlementent non pas spécifiquement le harcèlement des cétacés en Méditerranée mais, de manière plus générale, la perturbation des espèces protégées. Ces textes sont internationaux et nationaux et leur violation n’entraîne pas toujours une sanction. Toutefois, ils peuvent permettre d’exercer une pression supplémentaire sur l’Etat et ses émanations afin que ceux-ci respectent leurs engagements et améliorent, si ce n’est la règlementation nationale applicable, au moins leurs pratiques.

Dans les faits, peu de sanctions sont prises contre les opérateurs qui, de par leur activité, perturbent les mammifères marins. Toutefois, le 28 avril dernier, le tribunal de Papeete (Polynésie française) a condamné deux opérateurs pour avoir harcelé des baleines, une première en France et un premier pas pour mettre fin à un laxisme qui n’a que trop duré.

Afin de faire cesser la nage commerciale avec les dauphins et autres cétacés, soutenez nos propositions : signez la pétition !

JE SIGNE LA PETITION

© photo Souffleurs d'écume

À noter : une activité à ne pas confondre avec les sessions d'observation

France Nature Environnement et le GREC souhaitent rappeler que cette nage commerciale avec les dauphins et autres cétacés n'est pas à confondre avec les activités de « whale-watching » ou de « dolphin-watch », sessions d'observation des mammifères marins. Lorsqu'elles sont bien menées, ces dernières peuvent être un moyen d’éducation à l’environnement et de sensibilisation sur la protection des cétacés.