Publications

Guide pour organiser une rencontre associative sur le gaspillage alimentaire

Dans une nouvelle publication, France Nature Environnement propose aux acteurs associatifs désireux de mettre en place des rencontres sur le gaspillage alimentaire des conseils méthodologiques pour préparer, mettre en œuvre et évaluer leurs projets. Au-delà de leur diversité, les rencontres associatives constituent des supports pour développer des dynamiques et des stratégies locales contre le gaspillage alimentaire, en impliquant des acteurs de divers horizons.

La lutte contre le gaspillage alimentaire, un enjeu environnemental

En France, nous gaspillons chaque année 10 millions de tonnes de nourriture[1]. Un gâchis déconcertant qui a lieu à tous les étages, du champ à l’assiette. Au-delà du scandale éthique et économique qu’il constitue, le gaspillage alimentaire est source d’externalités négatives pour l’environnement. Cela se traduit par un gaspillage de ressources naturelles (eau, sols, énergie…) mais aussi par des pollutions liées à la production des aliments, à leur transformation ainsi qu’à leur destruction en tant que déchets (pesticides, engrais chimiques, perturbateurs endocriniens, métaux lourds, dioxines…). Selon l’ADEME, l’empreinte carbone du gaspillage alimentaire de l’Hexagone serait de près de 15,5 millions de tonnes équivalent CO2 par an, ce qui correspond à 3% de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre de notre activité nationale et 5 fois les émissions liées à notre trafic intérieur aérien. L’impact environnemental du gaspillage alimentaire n’est cependant pas une donnée linéaire : il varie fortement selon la nature des produits[2] mais aussi en fonction de leurs modes de culture, de distribution et de consommation[3]. En ce sens, la question de la lutte contre gaspillage alimentaire ne peut se déconnecter d’une réflexion plus globale sur le développement de systèmes d’alimentation plus durables, accessibles au plus grand nombre.

L'engagement de France Nature Environnement au niveau national

Depuis une dizaine d’années, France Nature Environnement se bat activement contre le gaspillage alimentaire, aux côtés de ses associations membres et affiliées. Au niveau national, la fédération a mené de multiples enquêtes ainsi que des opérations pilotes « coaching-frigos », monté un food truck, proposé de nouveaux outils de sensibilisation et accompagné ses associations pour faire émerger des dynamiques territoriales sur le sujet. Sa campagne « Faut pas gâcher ! » s’est ainsi déployée sous des formes multiples. La mobilisation de France Nature Environnement se décline également au travers de son action de plaidoyer auprès des pouvoirs publics, sa participation à des travaux de recherche et ses partenariats avec des professionnels. L’intérêt médiatique et pédagogique suscité par la fédération autour de cette thématique a contribué à l’élaboration d’un Pacte national[4] en 2013, actuellement en cours de révision, qui fixe un objectif de réduction de moitié du gaspillage alimentaire à l’horizon 2025. Cependant, si ce Pacte a permis d’officialiser la mise à l’agenda politique de la problématique du gaspillage alimentaire et de fédérer un certain nombre d’acteurs, le chemin à parcourir reste encore long pour atteindre l’objectif de réduction et décliner la mobilisation nationale dans les territoires.

Un mouvement associatif en action dans les territoires

À travers leurs actions contre le gaspillage alimentaire, les associations du mouvement de France Nature Environnement contribuent à cette déclinaison effective du Pacte national, partout en France. Leurs interventions mêlent différents formats relevant de typologies complémentaires :

Les rencontres associatives comme supports pour favoriser l'émergence de stratégies locales anti-gaspi

Dans une nouvelle publication, France Nature Environnement propose aux acteurs associatifs désireux de mettre en place des rencontres sur le gaspillage alimentaire des conseils méthodologiques pour préparer, mettre en œuvre et évaluer leurs projets. Le terme de « rencontres » se veut ici volontairement large et englobant. Il fait référence à de multiples projets ayant pour finalité de rassembler des acteurs d’horizons divers afin de favoriser la mise en débat, le partage de connaissances et/ou de compétences ainsi que l’émergence de solutions collectives pouvant répondre à la problématique du gaspillage alimentaire, dans un contexte donné. Ces rencontres peuvent présenter des configurations différentes, de la rencontre territoriale dédiée au monde associatif à la rencontre multi-acteurs, en passant par la rencontre à destination du grand public. De même, les formats peuvent être très variés : réunions, journées d’échanges, projections-débats, colloques, assises, forums ouverts…

Au-delà de leur diversité, les rencontres associatives constituent des supports pour stimuler des synergies et des dynamiques multi-acteurs sur les territoires, contribuant ainsi à l’objectif de développement de stratégies locales contre le gaspillage alimentaire promu dans le rapport[5] remis par Guillaume Garot au gouvernement en avril 2015, dans le cadre de sa mission parlementaire. Ce rapport souligne que « la lutte contre le gaspillage ne sera efficace que si elle est mise en œuvre localement. C’est au niveau local que la plupart des initiatives naissent et que les actions sont menées. La mise en place d’une politique publique nationale doit donner un élan et un cadre aux initiatives locales. Mais c’est au niveau local, l’intercommunalité ou le Conseil départemental, que sont les échelons les plus pertinents pour mettre au point un agenda contre le gaspillage, afin de tisser les liens entre les acteurs, indispensables pour réussir ». Le député plaide ainsi pour la mise en place d’assises territoriales contre le gaspillage alimentaire ayant vocation « à rassembler les parties prenantes de la lutte contre le gaspillage alimentaire à l’échelon local et à faciliter l’émergence de projets concrets et innovants en mettant en relation les acteurs concernés ».

Au même titre que les collectivités et que d’autres acteurs clés, les associations peuvent être motrices pour mettre en œuvre ou contribuer à ces stratégies locales contre le gaspillage alimentaire.

Télécharger notre guide pour organiser une rencontre sur le gaspillage alimentaire

 

[2] L’étude de l’ADEME montre que le gaspillage alimentaire varie fortement d’un produit à un autre : de 9% pour les œufs à 57% pour les salades par exemple. Si l’on raisonne en grandes familles de produits, on aboutit aux taux de gaspillage moyens suivants : 23% pour les fruits et légumes, 20% pour les produits issus des grandes cultures et 12% pour les produits des filières animales.

[3] Le bilan environnemental du gaspillage d’1 kg de bœuf est par exemple bien plus conséquent que celui d’1 kg de tomates. Mais si ces dernières ont poussé sous des serres chauffées à des milliers de kilomètres des consommateurs, qu’elles ont subi des traitements chimiques et qu’elles ont été intégrées dans des plats préparés conditionnés sous des emballages en plastique avant d’être mises en vente dans les rayons de nos supermarchés, le poids de leur bilan environnemental s’en trouve nécessairement alourdi.

Par fne-writer
Le mercredi 08 mars 2017
Je relaie J'agis Je donne