Actions en justice

500 oeufs de flamants roses abandonnés à cause du tournage d'un film

Alors qu’elle réalise un film en Camargue gardoise ce mois de juin, l’équipe de tournage de Nicolas Vanier a survolé en ULM la seule colonie de Flamants roses de France en pleine période de couvaison. En tentant de les faire s’envoler pour les filmer en vol, les engins ont provoqué un mouvement de panique au moment le plus sensible de l’année : 11 % des nids ont été abandonnés. France Nature Environnement porte plainte.

Le flamant rose, une espèce emblématique qu’il fallait préserver


Ce printemps, Nicolas Vanier et son équipe ont tourné un film retraçant la vie de Christian Moullec, dresseur d’oies sauvages. Le tournage a eu lieu dans une zone humide proche du Grau-du-Roi (Gard) et propriété du Conservatoire du Littoral. A proximité, dans les salins d’Aigues-Mortes, la seule colonie de flamants roses de France s’était établie dans un lieu reculé pour couver ses œufs. La présence de cette espèce emblématique et identifiée comme « quasi-menacée » sur la liste rouge régionale des oiseaux nicheurs du Languedoc-Roussillon exigeait les plus grandes précautions lors du tournage, pour éviter de menacer la réussite de leur reproduction. L’équipe de Nicolas Vanier en avait été informée par le bureau d’étude Biotope, auprès de qui elle avait pris conseil, ainsi que par les naturalistes locaux.

En raison des négligences commises, France Nature Environnement porte plainte.

Pourtant, le soir du 7 juin, un membre de l’équipe de tournage a survolé en rase-motte et à plusieurs reprises la colonie de Flamants roses, afin de les pousser à s’envoler pour réaliser des images en plein vol. Paniqués, 500 couples sur les 4500 que comprend la colonie ont abandonné définitivement leur œuf. France Nature Environnement porte plainte pour perturbation intentionnelle d’espèce protégée et destruction d’œuf d’espèce protégée. Ces oiseaux emblématiques des littoraux méditerranéens sont extrêmement sensibles au dérangement pendant la couvaison. Ils abandonnent facilement si on les effraye, et ne reviennent pas. Nous attendons de tous une très grande prudence, et plus encore de la part de professionnels qui souhaitent promouvoir la protection de la biodiversité à travers leurs activités médiatiques.

Flamants roses en Camargue © Andrea Schaffer
Par FNE
Le vendredi 06 juillet 2018
Je relaie J'agis Je donne