Education & sensibilisation

Autoportrait - Bruno Ulrich

Bruno Ulrich est trésorier d’Alsace Nature et du Centre d’Initiation à la Nature et l’Environnement de Bussierre (Strasbourg). Représentant, via l’ARIENA, des Structures d’éducation à l’Environnement au CESER Grand-Est, il participe également au pilotage national des activités d'éducation et de formation de France Nature Environnement depuis 2014.

Qui es-tu ? Que fais-tu ?

Tombé tout petit dans la marmite de l’éducation à la nature, j’ai participé dès 12 ans à la création en autonomie (sans adulte référent !) d’un club « Jeunes pour la Nature ». J’ai ensuite été acteur dans des groupes naturalistes, puis à Alsace Nature. En parallèle, j’ai fait des études de biologie, puis une formation d’éco-conseiller. J’ai, entre-autre, travaillé pour le réseau des Conservatoires d’Espaces Naturels et dans des collectivités territoriales avant de développer une activité de consultant et formateur en développement durable.

 

Pour toi, l'éducation et la sensibilisation à l'environnement et à la nature c'est quoi ? Qu’est-ce qui t’a amené à te tourner vers ce domaine ?

Faire prendre conscience que nous sommes un des éléments de la Nature, que sans une nature fonctionnelle nous ne pourrions simplement pas (sur)vivre ! L’éducation par la nature est donc une éducation à la citoyenneté, à la responsabilité. Pour pouvoir agir de manière efficiente, il faut tenter de comprendre… Jeune naturaliste, j’ai participé à la surveillance des aires de Faucons pèlerins et à la lutte antinucléaire dans la plaine du Rhin. La difficulté à faire partager la nécessité de mettre en protection quelques espaces des Hautes-Vosges a contribué à mon engagement à l’émergence du CPIE des Hautes-Vosges que j’ai eu le plaisir de présider quelques années.

Si tu pouvais faire 3 vœux pour l'éducation à l'environnement ?

Ton plus beau souvenir ?

Difficile de faire un tri : la réminiscence d’une nuit à la belle étoile lors d’une randonnée nature en tant qu’animateur d’un centre de vacance ; l’observation inopiné d’un blaireau musardant dans une prairie ; la découverte après plusieurs jours de recherche d’un gite d’une espèce particulière de chauve-souris …

Si tu étais un autre animal ?

Une chauve-souris …, je m’intéresse tout particulièrement à nos mammifères volants et en particulier aux Oreillards. J’ai également un faible pour le Hérisson qui sert de symbole aux associations du réseau de France Nature Environnement.

Si tu étais un végétal ?

Un chêne ou un roseau ! Le chêne peut accueillir une colonie de Noctule ou de Murin de Bechstein et le roseau servir de support au nid du Rat des moissons.

Un message pour les lecteurs.trices ?

Garder l’esprit ouvert, ne pas s’enfermer dans nos certitudes, accepter de se tromper, exercer notre esprit critique dans une démarche constructive … et agir, chacun à son niveau au quotidien, sans oublier de se faire plaisir et de partager …

Par fne-writer
Le mercredi 18 juillet 2018
Je relaie J'agis Je donne