Actualités

Biodiversité : les alertes et engagements se suivent, les mauvais résultats aussi !

Une alerte doit être suivie d'effets ! Aujourd'hui, le service de la donnée et des études statistiques (SDES) du ministère en charge de l’Écologie publie, en partenariat avec l’agence française pour la biodiversité (AFB), les « chiffres clés de la biodiversité » qui confirment le mauvais état de la biodiversité en France. France Nature Environnement milite pour que cette sonnette d'alarme ne sonne plus dans le vide : elle doit permettre d’accélérer la mise en œuvre des solutions connues et prévues pour préserver le monde vivant.

Des alertes régulières sur l’état de la biodiversité

« Alerter : avertir d'un danger quelqu'un, une collectivité, pour leur permettre d'agir, de prendre des mesures de protection. » indique le Larousse. Mais quand il s'agit de biodiversité, si les alertes se suivent, les mesures de protection, elles, tardent à être mises en oeuvre.

Que se soient les scientifiques à l’échelle internationale, l’observatoire national de la biodiversité, l’étude du WWF ou la mise à jour du suivi des oiseaux, les alertes sur l'état de la biodiversité sont en effet légion. Aujourd'hui, c'est la publication des « chiffres clés de la biodiversité » qui tire la sonnette d'alarme. Elle confirme malheureusement la tendance : les oiseaux et les chauve-souris diminuent, 26 % des espèces sont menacées ou éteintes, 29 % des coraux diminuent, seuls 22 % des habitats naturels européens sont en bon état de conservation.

Pourtant, les causes de cette érosion de la biodiversité sont depuis bien longtemps connues. Par exemple, l’utilisation de pesticides est depuis longtemps pointée du doigt tout comme l'artificialisation des sols, phénomène de grignotage des terres naturelles au profit du béton et autres aménagements de l'Homme. Pourtant, l'une comme l'autre ne cessent de progresser.

Les pouvoirs publics ont pourtant pris des engagements afin d'enrayer la disparition de la biodiversité.

Des engagements sont pris, reste à les suivre

Depuis les années 1970, de nombreux engagements ont été pris tant à l’échelle internationale, européenne, nationale que territoriale. Pourtant, même si des évolutions positives sont à noter, l’érosion de notre patrimoine naturel se poursuit.

Une convention internationale sur la diversité biologique a notamment été signée à Rio en 1992. Dans le cadre de cette convention, les États signataires se sont engagés, en 2010, à atteindre « les objectifs d’Aïchi » d’ici 2020 : réduire le taux de perte d'habitats naturels, restaurer des zones dégradées, gérer de manière durable les zones consacrées à l’agriculture, l’aquaculture et la sylviculture ou encore réduire les pressions sur les récifs coraliens figurent parmi ces 20 objectifs.

La 14ème Conférence des parties associée à cette convention s'est achevée fin novembre en Égypte. Face aux retards pris, les Etats se sont engagés à accélérer leurs efforts pour atteindre ces objectifs. Le lien entre Biodiversité et changement climatique a également été reconnu.

Solutions pour la nature, solutions pour le climat : les décideurs attendent quoi ?

France Nature Environnement milite pour que le gouvernement et les élus aient le courage de déployer les politiques et outils qui existent pour préserver le monde vivant.

En effet, un plan Biodiversité a été adopté en juillet 2018. Les atlas de la biodiversité communale doivent se démultiplier pour améliorer la connaissance. Une amplification des mesures concrètes en faveur de la trame verte et bleue se fait attendre. Les plans d'actions en faveur des espèces menacées attendent elles aussi des moyens.

France Nature Environnement défend aussi la mise en place d’une véritable fiscalité écologique juste et équitable. Nous plaidons également pour l’intégration réelle de la préservation de la biodiversité, des milieux herbacés et humides dans la prochaine politique agricole commune prévue pour la période 2021-2027.

La conférence internationale sur le climat a lieu du 2 au 14 décembre, suite à l’accord de Paris sur le climat, doit ainsi acter la mise en œuvre des solutions fondées sur la nature. Il est temps d’agir pour préserver la planète et notre avenir !

Crédit photo : Maxime Paquin
Par FNE
Le vendredi 14 décembre 2018
Je relaie J'agis Je donne