Actualités

Biodiversité : les scientifiques tirent une nouvelle fois le signal d’alarme

Plus de 750 experts du monde entier planchent cette semaine sur l’état de la nature et des sols du Globe. Face aux constats inquiétants, ils renouvelleront les préconisations pour enrayer l'extinction massive d'espèces et la dégradation des sols.

La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) tient sa sixième session plénière du 17 au 24 mars à Medellin, en Colombie. Elle réunit quelque 750 experts issus de 116 pays autour de l’évaluation de la biodiversité des différentes régions de la Terre (les Amériques, l’Asie et le Pacifique, l’Afrique, l’Europe et l’Asie centrale) et de la dégradation et la restauration des sols.

Cette plateforme est évidemment moins connue que le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) qui vient de fêter en grande pompe ses 30 ans à Paris. Notamment à cause du fossé existant entre la couverture médiatique du changement climatique et celle de la biodiversité. Mais son rôle n’en est pas moins essentiel : éclairer les décisions politiques pour faire face à la « crise » de la biodiversité.

Car crise il y a. En effet, deux espèces de vertébrés disparaissent chaque année depuis un siècle en moyenne. Certes, dit ainsi, cela peut sembler anodin ou insignifiant. Mais en fait, la planète connaît sa sixième extinction massive d’espèces, la dernière qu’elle a connue remontant il y a 65 millions d’années avec la disparition des dinosaures.

Cela nous concerne tous directement car aujourd’hui nous mangeons, nous buvons, nous bâtissons, nous nous soignons, nous nous habillons, nous nous déplaçons, nous apprécions nos paysages de vacances ou du quotidien en grande partie grâce à la biodiversité. Tous ces biens et services risquent d’être remis en cause si nous ne faisons rien pour préserver la nature.

« Protéger la biodiversité est aussi important que lutter contre le changement climatique »

Les experts de l’IPBES fourniront des données actualisées sur l’état de la biodiversité partout dans le monde pour mieux qualifier les grands défis qui nous attendent. La biodiversité des sols fera en particulier l’objet d’un rapport inédit qui sera dévoilé le 24 mars prochain. Celui-ci devrait montrer qu’un tiers des sols de la planète sont de moyennement à fortement dégradés, et donc inutilisables pour l’agriculture. Plus généralement, 60 % des sols sont en mauvais état.

Tous ces éléments appellent évidemment à l’action, comme l’a justement rappelé le président colombien en inaugurant cette session. « Protéger la biodiversité est aussi important que lutter contre le changement climatique » poursuit-il, faisant ainsi écho à l’étude alarmante, publiée le 14 mars par le Fonds mondial pour la nature (WWF) en collaboration avec le Tyndall centre for Climate Change de l'université d'East Anglia (Royaume-Uni) et l’Université James Cook (Australie).

Cette étude confirme ce que France Nature Environnement écrivait déjà en 2005 : le réchauffement climatique amplifie les menaces pesant déjà sur la faune et la flore : destruction et dégradation d’habitats, surexploitation des ressources, pollutions accidentelles ou diffuses, propagation d’espèces envahissantes. Il constitue aussi une menace directe pour les espèces les moins mobiles et les plus sensibles aux conditions climatiques, à savoir les plantes, les amphibiens et les reptiles.

Un quart des plantes et des animaux de toute façon condamné

Cette étude, publiée dans la revue Climatic Change, vient démontrer de façon précise les effets du changement climatique sur la nature. Elle s’est ainsi intéressée au devenir des plantes, des oiseaux, des mammifères, des amphibiens et des reptiles de 35 régions de la planète, sélectionnées pour leur biodiversité emblématique, en fonction de plusieurs scénarios climatiques.

Il en ressort qu’un réchauffement global de la Terre de 4,5°C (réchauffement estimé en cas d’inaction climatique) provoquerait la disparition de 48% des espèces vivant dans ces zones. Même limité à 2°C, comme le préconise l’Accord de Paris sur le climat conclu en 2015, le réchauffement global pourrait engendrer une perte de 25% des espèces de ces zones.

Ces 35 « écorégions prioritaires » sont notamment l’Amazonie, la Grande Barrière de corail, le désert de Namibie ou le delta du Mékong. Mais elles concernent aussi la France avec le plateau des Guyanes où 4 plantes sur 10 seraient menacées d’extinction, et la Méditerranée où 3 espèces de tortues marines (Tortues luth, verte et caouanne) sont particulièrement menacées.

Notre avenir dépend de la biodiversité

Les données de la réunion de Medellin risquent de montrer que les objectifs d’Aichi de protection de la biodiversité, fixés en 2010 dans le cadre de la Convention sur la Diversité biologique, ne seront pas tous atteints en 2020.

Nous ne pouvons et ne devons pas nous contenter de ce constat et l’accepter sans rien faire. Préserver la biodiversité, c’est aussi préserver l’Humanité et lui assurer un avenir durable. Il est temps d’agir. La Nature doit donc revenir en tête de l’agenda politique, pour le bénéfice de tous.

Elle doit aussi nous mobiliser, nous citoyens et acteurs économiques, au quotidien. Chacun peut agir, à sa place et à son niveau, par ses actes d’achats, par ses déplacements, par sa manière de conduire ses activités et concevoir ses projets, etc. L’initiative #MakeourplanetGREENagain en est une bonne illustration.

Photo : © Christian HOSY / FNE

Par fne-writer
Le mardi 20 mars 2018
Je relaie J'agis Je donne