Europe & international

Bois-énergie : 15 scientifiques de renom dénoncent un projet de loi européen

Les ministres européens de l'Energie se réunissent lundi 18 décembre pour discuter de la révision de la Directive énergies renouvelables. Un point en particulier inquiète la communauté scientifique : le recours massif au bois-énergie pour atteindre les objectifs en matière d'énergies renouvelables. Quinze scientifiques reconnus par leurs pairs, dont de nombreux membres du GIEC, publient aujourd'hui une tribune dans le journal The Gardian afin d'alerter sur les dangers de la production d’énergie à partir de la biomasse forestière. France Nature Environnement, qui a pointé du doigt à plusieurs reprises les dérives possibles du bois-énergie, applaudit cette démarche et relaie leurs propos.

L’Europe ne doit pas brûler les forêts de la Planète pour produire de l’énergie

L’Union Européenne prépare une Directive pour doubler la production des énergies renouvelables d'ici 2030. C’est admirable, si ce n’est que la version actuelle comporte un défaut critique qui accélèrera le changement climatique. Cette faille permet aux pays, aux centrales électriques et aux usines, d'affirmer que couper les arbres et les brûler pour faire de l'énergie peut être pleinement qualifié d'énergie renouvelable.

Produire, même une faible part de l'énergie européenne, à partir de la biomasse forestière nécessite une grande quantité d'arbres. Il est impératif que le Conseil et le Parlement européens pallient ce défaut pour éviter de porter un préjudice profond au climat et aux forêts.

Depuis des décennies, les filières européennes du bois produisent de l'électricité et de la chaleur à partir de sous-produits provenant d’une quantité limitée de déchets de bois et de résidus forestiers. Etant donné que l’essentiel de cette matière serait, sans cet usage, appelé à se décomposer et à libérer du CO2 au bout de quelques années, l’utiliser pour remplacer des combustibles fossiles est vertueux et peut également réduire le CO2 relâché dans l'atmosphère.

Malheureusement, le projet de Directive actuellement en discussion au Parlement européen irait au-delà de ces déchets et résidus et inciterait les pays et les entreprises à couper des arbres supplémentaires en forêt dans le seul but de les brûler pour produire de l'énergie. Cette approche a des conséquences fondamentalement différentes car le carbone libéré dans l'air ne resterait plus alors stocké dans les forêts.

L’argument avancé pour le justifier est que, tant que les forêts repoussent, elles finissent au bout d’un certain temps par réabsorber le carbone libéré. Cependant, même si cela est vrai, de nombreuses études ont montré que l’effet net sera finalement une aggravation du réchauffement climatique pendant des décennies - pouvant aller jusqu’à des siècles, même lorsque le bois aura remplacé le charbon, le pétrole ou le gaz naturel.

La première cause de ce bilan négatif tient aux pertes inhérentes à la récolte du bois. Typiquement, environ un tiers ou plus de chaque arbre est constitué par les racines et les petites branches qui doivent impérativement être laissées en forêt pour protéger les sols, et dont la plupart se décomposent en émettant du carbone. Ensuite, par unité d'énergie produite, le bois brûlé dégage plus de CO2 que le charbon et brûle à une température plus basse, produisant donc moins d'électricité. (Transformer le bois en granulés comprimés augmente l'efficacité mais utilise de l'énergie et crée de grandes quantités d’émissions supplémentaires). A énergie finale identique, les cheminées d'une centrale qui brûle des copeaux de bois émettent généralement une fois et demie le CO2 d'une centrale brûlant du charbon et au moins trois fois plus de dioxyde de carbone qu’une centrale électrique brûlant du gaz naturel.

Même si les arbres qui repoussent absorbent du carbone, ceux-ci poussent lentement, et pendant un certain nombre d’années, ils absorbent moins de carbone que dans le cas où la forêt aurait été laissée telle quelle. Au bout d’un certain temps, la nouvelle forêt se développe plus rapidement et le carbone qu'elle absorbe, ainsi que la réduction des combustibles fossiles, peuvent rembourser la "dette de carbone" ; mais cela prend des décennies et des siècles, en fonction du type de forêt et de l'utilisation qui en est faite. Nous estimons que l'utilisation de bois délibérément récolté pour produire de l’énergie au lieu de combustibles fossiles libérera, par kilowatt/heure, au moins deux fois plus de CO2 dans l'air d'ici 2050. Du fait de cette forme d’utilisation du bois, un tel choix transforme au final, la réduction potentielle des émissions liée à l'énergie solaire ou éolienne, en une en forte augmentation.

Il faut agir vite. Augmenter le carbone dans l'atmosphère pendant des décennies entraînera des dommages permanents (en raison de la fonte rapide du pergélisol et des glaciers) et plus de chaleur et d’acidité dans les océans. Au moment critique où les pays doivent « gagner du temps » contre le changement climatique, cette approche revient à vendre le temps limité dont dispose le monde pour lutter contre le changement climatique sous prétexte de fausses améliorations.

Signataires :
** Personnes ayant coordonné ou dirigé plusieurs rapports du GIEC.

Version française (traduction FNE) de la tribune parue dans The Guardian.

Lire la tribune en version originale sur The Gardian

 

Par FNE
Le jeudi 14 décembre 2017
Je relaie J'agis Je donne